Foto

Rabbin Samson Raphael HIRSCH
(1808-1888)

Foto
Rabbin Dr. Mendel HIRSCH
(1833-1900)
Foto
Rabbin Dr. Salomon BREUER
(1850-1926)
Foto
Rabbin Dr. Raphael BREUER
(1881-1932)
Foto
Reb Julius HIRSCH
(1842-1909)

ברוך הבא!    السلام عليكم!

Bienvenue sur le blog de l'association d’étude YECHOUROUN, Judaïsme contre Sionisme. Nous proposons des textes rabbiniques, (surtout de l’école de Samson Raphael HIRSCH) ainsi que des infos et documentations, le tout avec engagement antisioniste et solidarité anti-impérialiste, inspirés par la fidélité à la Torah.
Visitez aussi notre Blog  www.bloggen.be/jesjoeroen en Allemand, Anglais et Néerlandais.
 

Inhoud blog
  • Pourim, la Fête de la victoire de מרדכי sur המן
  • Antisémitisme & antisionisme: une assimilation absurde dans le monde arabe
  • פרשת זכור - עמלק (deuxième partie et fin)
  • פרשת זכור - עמלק (première partie)
  • L’antisionisme Juif oui, mais pas n’importe comment !
  • L’entité sioniste « Israel » est la pire abomination qui soit !
  • פרשת שקלים
  • La Résistance Juive se poursuit
  • « L’antisémitisme est un crime tandis que l’antisionisme est un devoir »
  • Comment Israël et le CRIF manipulent la lutte contre l’antisémitisme
  • Où se trouve le véritable הר סיני ? Documentaire - Deuxième partie
  • Chez Thora-box, la censure sioniste religieuse fonctionne !
  • Où se trouve le véritable הר סיני ? Documentaire - Première partie
  • Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH: Humanisme et Judaïsme (Septième partie)
  • חמשה עשר בשבט
    Liens intéressants
  • Centre Zahra France
  • Parti AntiSioniste
  • Al-Manar
  • „Yakov RABKIN, Historian and Author“ Site multilingue
  • Centre d'information Palestine
  • Mouvement Citoyen Palestine
  • ISRAEL VERSUS JUDAISM
  • Juifs du Liban
  • Mondialisation.ca
  • Campaign to end Israeli Apartheid, Southern California
    Liens d'informations
  • Palestinian Mothers
  • IRIB francophone
  • Press tv
  • Mediane.tv
  • Euro-Palestine
  • Palestine solidarité
  • Zoeken in blog

    Archief
  • Alle berichten
    Foto

    Rabbin Josef Chaïm SONNENFELD
    (1849-1932)

    Foto
    Dr. Jacob Israël DE HAAN
    (1891-1924)
    assasinné par les sionistes
    60 ANS DE NAKBA, 60 ANS D'ETAT SIONISTE ANTI-TORAH, DEBARASSONS-NOUS EN!
    Foto

    Dr. Nathan BIRNBAUM
    (1864-1937)

    Foto

    Rabbin Pinchos KOHN
    (1867-1942)

    Foto

    Rabbin Ernest WEILL
    (1865-1947)

    Foto
    Foto
    IVJ dénonce l'oppression sioniste vicieuse des Juifs religieux qui s'opposent à servir dans l'armée sioniste, ou qui protestent contre son régime.
    Foto
    YECHOUROUN
    Judaïsme contre Sionisme
    25-12-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Le but des sionistes est de transformer le Peuple Juif en entité nationale, לא עלינו !!!
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    Le but des sionistes est de transformer
    le Peuple Juif en entité nationale, 
    לא עלינו !!!

     

     

     

    Traduction du texte en Anglais de la vidéo en annexe (Bijlagen)

     

     

    «Israël» a pris le drapeau d’être le «corps représentatif» de la Communauté Juive mondiale, affirmant que critiquer l'"Etat", c'est de « l'antisémitisme ».

     

    C’est le contraire qui est vrai. Dès le début de l’idéologie sioniste, l’objectif était de «transformer» l’identité Juive authentique. D'un collectif religieux à une entité nationale, ils voulaient créer un « nouveau Juif » sans « judéité » en elle.

     

    De la bouche des fondateurs sionistes:

     

    -       Micah Joseph Berdichevski : «Nous devons cesser d'être Juifs en vertu d'un Judaïsme abstrait et devenir des Juifs à part entière/dans leur propre droit, en tant que nationalité vivante et en développement».

     

    -       Vladimir Jabotinsky: "Prenez chaque caractéristique d'un Juif, imaginez son contraire, ça c'est un sioniste ".

     

    -       David Ben Gourion : "Ce qui rend cette révolution si différente, c'est qu'elle n'a aucun rapport avec un ordre existant".

    • Les sionistes ont travaillé pour créer une identité nationale à partir du véritable Juif
    • Ils ont donc pris notre Terre Sainte et en ont fait un «État-nation» politique.
    • Ils ont «nationalisé» notre langue sacrée du Loshon Kodesh biblique et en ont fait l’Hébreu moderne (ivrit).
    • Et finalement, ils ont pris en otage notre religion sacrée et l'ont transformée en une culture nationale.

     C’est simple que l’"État d’Israël" représente le contraire de ce à quoi les Juifs se sont identifiés pendant des milliers d’années. Comment alors l'"Etat d'Israël" peut-il prétendre représenter le Peuple Juif?

     

     

    La vidéo a été réalisée par Torah Jews

    Traduction en Français par Hadassah BORREMAN

     

    Bijlagen:
    But sioniste. transformer le Peuple Juif en entité nationale.mp4 (8 MB)   

    25-12-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    23-12-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Perversité ! Le nouveau « nouvel antisémitisme »
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

    YECHOUROUN info

     

    Perversité !
    Le nouveau « nouvel antisémitisme »

      

    Cacher les crimes d’État d’Israël derrière de fausses allégations de victimisation

     Richard Falk

     Avec beaucoup d’autres, je suis actuellement victimisé. Nous sommes qualifiés d’antisémites et dans certains cas, de Juifs ayant la haine de soi. Il s’agit d’un effort sioniste et israélien visant à nous faire taire et à punir notre militantisme non-violent, avec un venin spécial dirigé contre la campagne BDS, car elle est devenue efficace ces dernières années.

     Cette image négative de l’opposition est qualifiée de 'nouvel antisémitisme'. Le vieil antisémitisme était simplement une haine des Juifs exprimée par des images et des attitudes négatives, des pratiques discriminatoires, des persécutions et des actes de violence. Le soi-disant 'nouvel antisémitisme' est la critique d’Israël et du sionisme.

     Cette idée a été approuvée par des gouvernements amis d’Israël et poussée par diverses organisations juives de premier plan, notamment des personnes associées aux survivants de l’holocauste et à leurs souvenirs.

     Emmanuel Macron, Président de la République française, a exprimé assez clairement ce rejet par les apologistes d’Israël, même si c’était sous une forme plutôt malveillante: «Nous ne nous rendrons jamais aux expressions de la haine. Nous ne cèderons rien à l’antisionisme, car il s’agit de la réinvention de l’antisémitisme.»

     La fausse prémisse est d’assimiler le sionisme aux Juifs, faisant automatiquement de la critique et de l’opposition à l’État israélien sioniste un antisémitisme.

     Déjà en 2008, le Département d’État des États-Unis était allé plus subtilement dans un sens semblable à celui de Macron avec cette déclaration formelle: «Les motifs pour critiquer Israël à l’ONU peuvent découler d’inquiétudes légitimes concernant la politique ou de préjugés illégitimes. […] Cependant, quelles que soient les intentions, les critiques disproportionnées d’Israël comme barbare et sans principes, et les mesures discriminatoires correspondantes adoptées par l’ONU à l’encontre d’Israël, ont pour effet d’inciter le public à associer des attributs négatifs aux Juifs en général, alimentant ainsi l’antisémitisme

     L’erreur est de considérer les critiques comme 'disproportionnées' sans jamais tenir compte des réalités du long passé d’illégalité d’Israël par rapport au peuple palestinien.

     Pour ceux d’entre nous qui voient la réalité des politiques et des pratiques israéliennes, il ne fait aucun doute que les critiques formulées et les pressions exercées sont en tous sens proportionnées.

     Un argument connexe souvent avancé est qu’on soumet Israël à des normes plus élevées que d’autres États, ce qui révélerait un sous-entendu antisémite. Un tel argument est fallacieux. Suggérer que la criminalité d’autrui est plus grave n’est pas une défense.

     En outre, les États-Unis subventionnent Israël pour au moins 3,8 milliards de dollars par an, outre son soutien inconditionnel à son comportement, ce qui cause la responsabilité d’imposer des limites conformément au droit international humanitaire.

     De même, l’ONU a contribué aux épreuves palestiniennes en omettant de mettre en œuvre la solution de partage et en laissant des millions de Palestiniens être soumis aux structures de domination de l’apartheid pendant 70 ans. Nul autre peuple ne peut autant blâmer à juste titre les forces extérieures pour sa propre tragédie.

     En 2014, Noam Chomsky a expliqué la fausse logique d’une telle allégation avec une clarté morale et intellectuelle typique:

     «En fait, le locus classicus, la meilleure formulation, a été rédigé par un ambassadeur auprès des Nations Unies, Abba Eban, […]. Il avisa la communauté juive américaine qu’elle avait deux tâches à accomplir. L’une consistait à démontrer que la critique de la politique, ce qu’il appelait antisionisme - c’est-à-dire les critiques de la politique de l’État d’Israël - étaient de l’antisémitisme. C’est la première tâche.

     La deuxième tâche, si la critique était faite par des Juifs, leur tâche était de montrer que c’est une haine de soi névrotique nécessitant un traitement psychiatrique.

     Il a ensuite donné deux exemples de cette dernière catégorie. L’un était I.F. Stone. L’autre était moi. Nous devions donc être traités pour nos troubles psychiatriques, et les non-Juifs doivent être condamnés pour antisémitisme, s’ils critiquent l’État d’Israël. Il est compréhensible que la propagande israélienne prenne cette position. Je ne reproche pas particulièrement à Abba Eban de faire ce que les ambassadeurs sont parfois supposés faire. Mais nous devons comprendre qu’il n’y a pas d’accusation raisonnable. Pas de charge raisonnable. Il n’y a rien à répondre. Ce n’est pas une forme d’antisémitisme. Il s’agit simplement de critiquer les actions criminelles d’un État, point final.»

     L’une des caractéristiques des accusateurs du 'nouvel antisémitisme' est leur silence face aux allégations bien établies de crimes contre l’humanité formulées par ceux/celles qu’ils qualifient d’antisémites. Ces ardents partisans d’Israël poussent-ils vraiment leur sens de l’impunité à un point tel que le silence est autorisé à rester une défense adéquate?

     Ce sens de l’exceptionnalisme israélien, une vision du droit pénal international qu’il partage avec l’exceptionnalisme américain, sous-tend un déni de l’idée même de responsabilité juridique et de responsabilité morale. Ceux qui adhèrent à un tel exceptionnalisme prétendent être scandalisés par la seule implication qu’un tel gouvernement pourrait être soumis aux normes énoncées dans le statut de la Cour pénale internationale ou de la Charte des Nations-Unies.

     L’exceptionnalisme israélien a ses racines propres dans la tradition biblique, en particulier dans une lecture laïque des Juifs en tant que 'le peuple élu' mais elle repose en réalité sur une zone de confort créée par le parapluie géopolitique qui protège de la surveillance mondiale ses mouvements les plus contraires au droit.

     La récente résolution de l’Assemblée générale des Nations-Unies déclarant nulles et non avenues les démarches israéliennes en vue de l’annexion du plateau du Golan a été un bon exemple de ces mesures de protection. Seuls Israël et les États-Unis ont voté 'non' contre 151 membres de l’ONU votant 'oui'.

     Si nous prenons juste une minute pour consulter le droit international, nous trouvons le sujet si évident qu’il ne mérite pas de discussion sérieuse. Un principe cardinal du droit international contemporain, souvent affirmé par l’ONU dans d’autres contextes, est l’interdiction d’acquérir un territoire par la force des armes. Il est incontestable que les hauteurs du Golan faisaient partie du territoire souverain syrien jusqu’à la guerre de 1967 et qu’Israël a acquis le contrôle qu’il exerce depuis lors par suite d’une occupation forcée.

     Les ironies du nouveau 'nouvel antisémitisme'

     Une ironie opportuniste est présente. Les accusateurs du 'nouvel antisémitisme' ne semblent pas avoir de mal à donner l’accolade aux sionistes chrétiens malgré leur hostilité envers les Juifs, qui est couplée à leur dévotion fanatique pour Israël en tant qu’État Juif.

     Quiconque a regardé un exposé sioniste chrétien sait que leur lecture du Livre des Révélations contient une interprétation selon laquelle J reviendra une fois que tous les Juifs seront rentrés en Israël et que le Temple très saint de Jérusalem sera restauré.

     Le processus ne s’arrête pas là. Les Juifs sont alors confrontés à un ultimatum pour se convertir au christianisme ou à la damnation éternelle. Et donc, il existe parmi ces amis fanatiques d’Israël une véritable hostilité à l’égard des Juifs, tant en voulant insister sur la fin de la diaspora juive en tant qu’impératif religieux pour les chrétiens, qu’en prévoyant le sort lamentable qui attend les Juifs qui refusent de se convertir après la Deuxième Venue.

     Il y a là une perversité révélatrice. Contrairement aux soi-disant 'nouveaux antisémites' qui n’ont aucune hostilité envers les Juifs en tant que peuple, les sionistes chrétiens accordent la priorité à leur enthousiasme pour l’État d’Israël, tout en étant prêts à perturber la vie des Juifs de la diaspora et même finalement des Juifs israéliens et sionistes.

     Peut-être est-ce moins de la perversité que de l’opportunisme. Israël n’a jamais hésité à soutenir les dirigeants les plus oppressifs et dictatoriaux des pays étrangers, à condition qu’ils achètent des armes et n’adoptent pas une diplomatie anti-israélienne. Le message de félicitations de Netanyahu à Jair Bolsonaro, le dirigeant brésilien nouvellement élu, n’est que le cas le plus récent, et Israël a été rapidement récompensé par l’annonce de la décision de se joindre aux États-Unis pour déplacer son ambassade à Jérusalem.

     En réalité, les accusateurs du soi-disant 'nouvel antisémitisme' sont à l’aise à la fois avec le sionisme chrétien et avec les dirigeants politiques étrangers qui manifestent des inclinations fascistes.

     En réalité, un œil aveugle sur la réalité fondamentale du véritable antisémitisme est une caractéristique du nouvel antisémitisme tant prôné par les sionistes militants. Pour une documentation abondante, voir le livre important de Jeff Halper, War Against the People : Israel, the Palestinians and Global Pacification (2015).

     Dans un tel contexte, nous avons besoin d’un terme descriptif qui identifie ce phénomène et rejette ses affirmations insidieuses. Je propose ici l’expression inélégante suivante: «le nouveau ‘nouvel antisémitisme’».

     L’idée de cette expression est de suggérer que ce sont ces nouveaux antisémites et non les critiques et les militants critiques d’Israël qui sont les véritables porteurs de la haine envers les Juifs en tant que Juifs.

     Ce rejet de la campagne visant à discréditer, voire à criminaliser les soi-disant 'nouveaux antisémites' contient deux sortes d’arguments. Premièrement, cette campagne détourne les critiques de la persistance d’une réalité alarmante, du calvaire persistant de l’apartheid imposé à l’ensemble du peuple palestinien dans son ensemble, ce qui devrait devenir la préoccupation majeure de tous ceux qui souhaitent ce qu’il y a de mieux pour l’humanité. Deuxièmement, elle détourne délibérément ou non l’attention des objections à un véritable antisémitisme en acceptant de la part de l’État d’Israël son attachement aux sionistes chrétiens (et aux évangéliques), et avec des dirigeants fascistes qui prêchent des messages de haine ethnique.

     En conclusion, nous qui sommes attaqués en tant que soi-disant 'nouveaux antisémites' essayons réellement d’honorer notre identité humaine et de rejeter les loyautés tribales ou les alignements géopolitiques, dans notre engagement pour la réalisation des droits des Palestiniens, et surtout de leur droit à l’autodétermination.

     En tant que Juifs, tenir Israël responsable en vertu des normes utilisées pour condamner les dirigeants politiques et militaires nazis survivants revient à honorer l’héritage de l’holocauste et non à le souiller. En revanche, quand Israël vend des armes et offre de la formation en contre-insurrection dans le monde entier à des gouvernements dirigés par des fascistes ou reste prêt à accepter l’Arabie saoudite post-Khashoggi comme un allié précieux, il masque la nature malfaisante de l’holocauste d’une manière qui pourrait hanter Israël et même les Juifs de la diaspora à l’avenir.

     Richard Falk -

    Source: Aurdip

     

    23-12-2018 om 10:32 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    16-12-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Comment le Talmud peut-il être à la fois la référence des sionistes et des Juifs antisionistes ? (2)
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

    Comment le Talmud peut-il être à la fois
    la référence des sionistes et des Juifs antisionistes ? (2)

     

     

    Première partie : Comment le Talmud peut-il être à la fois la référence des sionistes et des Juifs antisionistes ? (1)

     


    Suite

     

    Reprenez à présent toutes les affirmations anti-talmudiques qui circulent sur Internet, et vous verrez que les phrases que l'on prêtent au תלמוד n'existent pas pour l'écrasante majorité d'entre elles. Prenez par exemple l'affirmation suivante : « Une femme non-juive enceinte ne vaut pas mieux qu'un animal enceinte. » Ceux qui rapportent cette affirmation prétendent que cette phrase apparaîtrait dans le תלמוד, au traité חושן משפט 405.

     

    ·        Premièrement, où avez-vous vu dans la liste des traités Talmudiques un traité appelé « Choshen HaMishpat » ? Il n'y a aucun traité du תלמוד appelé « Choshen HaMishpat » ! Toute personne qui cite un tel passage se tire une balle dans le pied, car il ne provient pas du תלמוד !

     

    ·        Deuxièmement, les pages du תלמוד sont numérotées d'une manière spécifique, avec d'abord le nom du traité, suivi du numéro de la page et de la lettre a (qui désigne le recto de la page) ou b (qui désigne le verso de la page). Non seulement « Choshen HaMispat » n'est pas un traité du תלמוד, mais en plus la référence donnée ne comporte pas de lettre a ou b à la suite de la page, montrant bien par-là que ce passage ne provient absolument pas du תלמוד, mais est une référence inventée de toute pièce. Ainsi, lorsqu'on veut faire référence à un enseignement Talmudique se trouvant, par exemple, dans le traité 'Avodâh Zârâh, au verso de la page 17, la référence sera Avodâh Zârâh 17b.

     

    ·        Et enfin, le תלמוד est rédigé en araméen, une langue que 99,9% des propagandistes anti-Talmudiques ne comprennent pas du tout. Ils se contentent de recopier les bêtises d'autres personnes qui, si elles avaient devant les yeux une page de תלמוד, seraient incapables de la déchiffrer (elles pourraient même ne pas savoir que c'est une page de תלמוד !) Ces personnes ne valent pas mieux que les islamophobes qui utilisent le Coran et les Hadiths pour attaquer l'Islam, allant jusqu'à inventer des passages ou à les sortir de leur contexte pour justifier leur haine du Musulman !

     

    ·        Le plus pathétique est que de plus en plus de Musulmans tombent dans le piège de la propagande anti-Talmudique et contribuent à répandre ces mensonges. Avec les attaques contre leur religion, ils devraient savoir ce que cela fait d'entendre de telles calomnies. Ils devraient être bien placés pour savoir que les accusations lancées contre le תלמוד sont exactement les mêmes que celles qui sont lancées contre l'Islam et le Coran ! Nous pouvons reprendre toutes les accusations anti-Talmudiques et les mettre côte à côte avec les accusations lancées contre l'Islam, et vous ne verrez aucune différence !

     

    Comme cela a été dit, tous les Juifs Orthodoxes étudient et appliquent la תורה et le תלמוד. Comment donc le même livre (à savoir, le תלמוד) peut-il être la référence de deux groupes philosophiques diamétralement opposés, c'est-à-dire des sionistes et des Juifs antisionistes ? La réponse est que les sionistes religieux prennent des morceaux de passages par-ci et par-là hors de leurs contextes. Ils prennent les morceaux de תורה et de תלמוד qui les arrangent et ignorent le reste.

     

    -       Le תלמוד dit explicitement que depuis que le Temple a été détruit en l'an 70 de l'E.C., et que notre Exil a commencé, les Juifs ont reçu l'interdiction de livrer la moindre guerre contre les non-Juifs ! Le תלמוד le dit, mais les sionistes préfèrent laisser cette loi de côté. Comment donc les guerres livrées par les sionistes contre les Palestiniens en particulier et les Arabes en général tireraient leur source du תלמוד ?

     

    -       Le תלמוד dit clairement que les Juifs ont été chassé de Terre Sainte à cause de leurs péchés et qu'ils n'ont pas le droit d'immigrer en masse vers la Terre Sainte. Le תלמוד le dit, mais les sionistes préfèrent laisser cette loi de côté.

     

    -       Comment donc le projet colonisateur des sionistes peut-il être imputé au תלמוד, qui interdit la colonisation de la Terre Sainte ?

     

    -       Le תלמוד dit clairement qu'il est interdit de voler un non-Juif. Comment donc les escroqueries commises par des sionistes tels que Maddof et d'autres peuvent-elles être imputées au תלמוד ?

     

    Ce sont là des questions que les propagandistes anti-Talmudiques devraient se poser avant de foncer tête basse et d'accuser le תלמוד de tous les maux. Quand on ne connaît pas la signification d'un mot, le réflexe naturel veut qu'on ouvre un dictionnaire. Pourquoi ne prend-t-on pas la peine de s'informer et de vérifier les informations de propagande avant de les répandre ?

     

    Il n'y a rien de commun entre le Judaïsme et le sionisme, ni entre le תלמוד et l'idéologie satanique qu'est le sionisme !

     

     

    Ce texte revu et corrigé avait initialement été composé par notre ami Reb Moshé Yehouda ZILBERSTEIN dont le blog n’est plus disponible.

     

     

    Bijlagen:
    Les six ordres et leurs traités.jpg (366.8 KB)   

    16-12-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Comment le Talmud peut-il être à la fois la référence des sionistes et des Juifs antisionistes ? (1)
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

    Comment le Talmud peut-il être à la fois
    la référence des sionistes et des Juifs antisionistes ?

     

     

    Tous les Juifs Orthodoxes, sans aucune exception, honorent la תורה et le תלמוד. Quand HaShem nous a donné la תורה, Il nous a également donné des explications des lois qui y sont rapportées, afin qu'elles se transmettent oralement de génération en génération. Par exemple, la תורה interdit d'accomplir la moindre « מלאכה » pendant le שבת, mais elle ne dit pas exactement ce que désigne le terme « מלאכה. » HaShem a expliqué oralement à משה רבינו que ce terme désignait trente-neuf catégories d'activités spécifiques qui sont interdites pendant le שבת, du labourage d'un terrain au fait de transporter un objet d'un domaine à un autre. La תורה ordonne d'utiliser le « fruit du bon arbre » durant la fête de סוכות, mais ne dit pas de quel fruit elle parle. La Tradition Orale explique que l'on parle de l'Ethrog. La תורה exige d'abattre un animal de la façon qui nous a été prescrite par משה רבינו. Or, nulle part elle explique comment il faut le faire, car cela a été transmis oralement. Si vous y regardez de plus près, la majorité des lois de la תורה sont tout bonnement impossible à mettre en application sans de plus amples explications.

     

    Ces explications furent transmises de bouche à oreille et de maître à disciple pendant près de 1500 ans, jusqu'aux environs de l'an 200 de l’Ère Courante. À cette époque-là, les Sages craignaient qu'à cause de la persécution romaine et de l'Exil, les lois et les traditions finiraient par se perdre, et ils décidèrent de les mettre par écrit. Cette œuvre écrite fut appelée « משנה », et est la colonne vertébrale du תלמוד. Néanmoins, cette משנה fut rédigée de façon concise, ce qui pouvait rendre difficile la compréhension de certaines lois. Par conséquent, la משנה fut commentée et expliquée pendant près de 300 ans. À ce moment-là, tous les commentaires et explications sur la משנה furent eux aussi mis par écrit, là encore afin qu'ils ne se perdent pas. Ces commentaires et explications sur la משנה sont ce qu'on appelle « גמרא. » La משנה et la גמרא forment ensemble le « תלמוד », un terme qui signifie « apprentissage, instruction. » Toute la Loi Juive est basée sur le תלמוד, qui est suivi par tous les Juifs pratiquants. Le תלמוד nous donne les définitions des expressions obscures employées dans la תורה et nous explique comment respecter le שבת, comment abattre nos animaux, comment un animal devient « Treif », comment les prières quotidiennes doivent être organisées, comment procéder aux conversions, comment se déroulaient les rituels dans le Temple, quels sont les rites s'appliquant à l'enterrement, comment se comporter durant une période de deuil, combien de temps dure la période de deuil, comment organiser les relations hommes-femmes, comment procéder aux mariages et aux divorces, comment éduquer nos enfants, comment partager un héritage à la mort d'un parent, comment se purifier d'une impureté, quelles sont les lois qui se rapportent au commerce, etc.

     

    Le תלמוד est divisé en six livres appelés « סדרים » (ordres), qui sont subdivisés en divers traités appelés « מסכתות ». Voir l’image en annexe (bijlagen)

     

    Comme vous pouvez le voir, le תלמוד est donc une espèce de législation de la vie quotidienne du Juif, que l'on appelle « הלכה ». À titre de comparaison, la הלכה est l'équivalent de ce que les Musulmans appelleraient la « شريعه ».

     

    On entend et lit souvent beaucoup de choses fausses sur le תלמוד. Ces mensonges ont été dénoncés et prouvés fallacieux depuis très longtemps, mais persistent encore, surtout dans le camp des non-Juifs « antisionistes », qui ne prennent pas la peine de vérifier ce qu'ils lisent et affirment que le תלמוד est la clé pour comprendre le Sionisme, car les Sionistes ne feraient rien d'autre qu'appliquer les prescriptions du תלמוד, un livre qui serait rempli de haine anti-juive, etc.

     

    Voir la suite au prochain document.

    Bijlagen:
    Les six ordres et leurs traités.jpg (366.8 KB)   

    16-12-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    10-12-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH: Humanisme et Judaïsme (cinquième partie)
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH

                  (1833 – 1900)



    Humanisme et Judaïsme (cinquième partie)

    Das reine Menschentum im Lichte des Judentums (1893)

    Par Dr. MENDEL HIRSCH Directeur des écoles communautaires religieuses israélites, Frankfort-on-Main.

    Les quelques exemples suivants, choisis parmi le matériau riche dont nous disposons, serviront à corroborer ce qui a été dit plus haut.


    À la vue du firmament éclairé par les étoiles, ce n'est pas l'importance du Juif mais de l'homme mortel qui se lève sur le psalmiste lorsqu'il chante: «Quand je vois Tes cieux, œuvre de Tes mains, la lune et les étoiles que Tu as formés, qu'est-ce qu'un « homme » excité par la passion (« Enosh ») [que Tu penses à lui, le « fils de l'homme purement humain » (« Ben Adam ») que Tu le protèges. Tu as donné son destin et l'as fait mais presque l’égal des êtres Divins, pour le couronner d'honneur et de gloire! Tu lui a donné la domination sur les œuvres de tes mains. Tu as tout mis à ses pieds : moutons et taureaux, et les bêtes des champs, les êtres ailés de l'air et les poissons de la mer! »  (S.R. HIRSCH, Psaumes VIII., 4-9).

     

    Non seulement le Juif, mais chaque être humain, se consacrant à Dieu, subit dans sa vie intérieure et extérieure l'influence de la proximité éducative directe de Dieu.

     

    «Heureux celui qui est à l’abri du crime et protégé de la transgression. Heureux également l’homme à qui Dieu n’a pas besoin d’imputer l’iniquité et dans l’esprit duquel il n’ya pas de ruse. »


    «C’est pourquoi, au moment des visitations,  celui qui est dévoué envers Toi dans l'amour cherche la connaissance de soi en te priant; alors les grandes eaux débordantes ne viendront pas près de lui » (Psaumes XXXII, 1,2,6)

     

    'Car le péché ne sort pas de la poussière, pas plus que les malheurs ne sortent du sol. Mais l'homme doit naître involontairement pour la douleur, comme les étincelles jaillissent dans les airs. Mais je cherche Dieu dans le destin de l’homme et j’expose ma cause au Dieu de justice qui fait les choses d'une manière insondable et des merveilles sans nombre! Voici, l'homme, qui tombe (« Enosh »), que Dieu corrige progresse avec bonheur.  Ne méprisez donc pas l’instruction éducative par le Tout-Puissant. Car s'Il blesse, Il panse aussi, s'Il frappe, Ses mains apportent aussi la guérison. Dans six troubles, Il vous aura livré, alors dans le septième, le désastre ne vous touchera plus » ( Job V , 6 etc., 17 etc.)

     

    «Car l'homme sans cœur et sans intelligence sera doté de cœur et d'intelligence, et l’ingérable âne sauvage sera né de nouveau comme un homme» (Job XI, 12)


    «Qu'elle est excellente Ta bonté, Dieu, que Tu exerces en Justice! C'est pourquoi les enfants de l'homme trouvent leur confiance sous l'ombre de Tes ailes. Dans l'abondance de Ta maison, ils trouvent une grande satisfaction, et du fleuve de Ton délice Tu les abreuves » (Psaumes, traduction de S.R. HIRSCH; XXXVI, 8, etc.)

     

    «Béni – (dans le progrès éternel) est l'homme dont le pouvoir de résistance est en Toi, dont le cœur l'élève à Toi; même lorsqu'ils traversent la vallée des larmes ils en font une source de bénédiction, en outre une bénédiction enveloppée de pluie. » « Car Dieu est un soleil et un bouclier, Dieu accorde la grâce et la gloire, aucun bien ne sera refusé à ceux qui marche dans l'intégrité morale. Eternel Cébaoth, bénédiction éternelle à l'homme qui Te fait confiance » (Psaumes LXXXIV, 6, etc.)

     

    (Humanism and Judaism by Dr Mendel HIRSCH, pp. 31 – 33 à suivre lundi prochain)

     

    10-12-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (1)
    02-12-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Hanoukka 25 Kislev 5778
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

    Hanoukka 25 Kislev 5779

    חנוכה כ"ה כסלו תשע"ט


    Fête de l’inauguration du 2ème Temple et aussi appelée Fête des lumières

     

    25 Kislev, premier jour des huit jours de la Fête de Hanoukka tombe cette année le dimanche 2 décembre à la tombée de la nuit. Nous allumons la première lumière de Hanoukka, et les jours suivants chaque fois une lumière de plus jusqu’à 8.

     

    Nous rappelons la victoire de la Résistance des Cohanim (prêtres Juifs) conduite par Mattathias sur les Syro-Grecs (dynastie hellénistique) qui persécutaient les Juifs à cause de l’Etude et l’Observation de la Thora. Cela s’est passé il y a exactement  2185 ans (-168)

     

    Beaucoup d’histoires sont liées à la Fête de Hanoukka et c’est pour cela que nous retrouvons des coutumes liées à cette Fête : des mets frits à cause du miracle de la fiole d’huile d’olive comme les beignets, des plats lactés, les toupies…

      

    Voici ce que nous ajoutons dans les prières pendant les huit jours de Hanoukka :

     

     ...

    Nous Te remercions pour les miracles, la délivrance, pour les exploits que Tu as montrés, pour les délivrances, pour les prodiges, pour les consolations et pour les guerres contre les peuples impies que Tu as menées pour nos pères en leur temps, à cette époque-ci.

     

    Au temps de Mattathias fils de Yohonon, le grand-Prêtre le Hasmonéen et ses fils, quand la domination impie de la Grèce s’est dressée contre les Juifs pour leur faire oublier Ta Thora et les forcer de transgresser les lois, expressions de Ta volonté,  Toi Maitre du monde,  dans Ta grande Miséricorde,

    ·         Tu les as soutenus dans le temps de leur détresse,

    ·         Tu as combattu en leur faveur,

    ·         Tu T’es rangé à leur parti,

    ·         Tu les as vengés.

    ·         Tu as livré

    -         les forts aux mains des faibles

    -         la multitude aux mains de ceux qui sont peu

    -         des impurs aux mains des purs (de pécher)

    -         les impies aux mains des justes

    -         des scélérats aux mains de ceux qui étudient la Thora.

    Pour Toi, Maitre du monde, Tu T’es fait un nom grand et saint dans Ton monde, et pour Ton Peuple, Tu as procuré une grande victoire et une délivrance comme en ce jour.

    Puis (après que Tes enfants ont gagné cette guerre), ils sont venus au Sanctuaire de Ton Temple et ont débarrassé Ton Palais (ils ont sorti les idoles que les Grecs ont laissées) et ils ont purifié Ta Maison Sainte, et ont allumé les lampes du chandelier dans Tes parvis sacrés, et ils ont établi ces huit jours de Hanoukka pour bénir et louer Ton grand Nom.

     ...

     

    Ce n’est pas difficile de faire le rapport entre les Syro-Grecs et les sionistes. Bien que les sionistes religieux utilisent l’aspect extérieur du Judaïsme, ils peuvent être comparés à bien des égards aux politiciens collaborateurs des Syro-Grecs.

     

    Parmi les sionistes contemporains se trouvent aussi de ceux qui étudient la Thora, mais pour la falsifier et s’en servir pour leurs intérêts nationalistes.

     

    Depuis la propagation de leur idéologie impure sortie des ténèbres à la fin du 19ème siècle, et surtout à travers l’établissement de leur entité en Terre Sainte, les sionistes ont tué un grand nombre d’âmes Juives, en leur faisant renier la Foi Juive, en les convertissant à leur nationalisme.

     

    En s’établissant en Terre Sainte, en imposant leur domination en Palestine, ils vont à l’encontre des principes de la Foi Juive (que Maimonide a classée en 13 points) dont celui de ne pas attendre la venue de Moshiah annoncé par Elie le Prophète qui doit nous délivrer de l’Exil. Ils ne font non plus confiance au Saint Créateur pour la protection, mais utilisent les armes pour attaquer d’autres peuples, dont la population palestinienne qu’ils maltraitent, et dont ils ont chassé ou tué un grand nombre pour les démunir de leur terre natale. Pratiquer des commandements de la Thora en cassant les Serments Divins, dont le Peuple Juif  a été conjuré, n’est pas valable. Un État sioniste ‘pieux’ est pire qu'un Etat sioniste laïque ; la tromperie des nations en est plus grande.

     

    Mais, nous Juifs, petit reste faible en Exil et Dispersion, nous continuons de servir le Maitre du monde en toute fidélité à Sa Sainte Parole, nous nous purifions, nous faisons confiance en la bonté et la miséricorde du Tout-Puissant pour être sauvés de ce dernier Exil afin de pouvoir bénir et louer Son grand nom dans le 3ème et éternel Temple qu’il fera descendre du Ciel, une maison de prière pour toutes les nations.

     

    Hadassah BORREMAN

    02-12-2018 om 00:06 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    28-11-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.כ''א כסלו תשע''ט
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

    בס"ד

     

     

    כ''א כסלו תשע''ט

     

     

    En ce כ''א כסלו תשע''ט, c’est l’anniversaire de la libération miraculeuse du Rebbe de Satmar Joel TEITELBAUM זי"ע, sorti du camp de concentration Bergen-Belsen en ‘944 vers la Suisse.

     

    Alors commença le développement des institutions de Thora (Ecoles de filles, Talmud Thora, Yeshivoss, …) à l’échelle internationale, dont à Antwerpen (Belgique).

     

    כ''א כסלו est commémoré chaque année par un diner et des paroles sur la vie et les œuvres du Rabbi de Satmar et dont la rentrée est au profit des différentes institutions de Thora.

     

    L’antisionisme s’est maintenu grâce aux mérites du Satmar Rebbe.

     

    28-11-2018 om 22:37 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    19-11-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH: Humanisme et Judaïsme (quatrième partie)
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH

                  (1833 – 1900)



    Humanisme et Judaïsme (quatrième partie)

    Das reine Menschentum im Lichte des Judentums (1893)

    Par Dr. MENDEL HIRSCH Directeur des écoles communautaires religieuses israélites, Frankfort-on-Main.


    Pour cette raison, quand Abraham a été choisi, la mission qui lui a été confiée, ainsi qu’à ses enfants, a été résumée comme suit: alors que tous les autres aspirent à être bénis, « sois une bénédiction »; « Par toi, toutes les familles de la terre seront bénies » (ibid.: XII, 2 et 3). La même injonction ou le même enseignement figurait également dans les mots que Moïse devait adresser au souverain égyptien, pour plaider en faveur de la libération de ses frères et lui déclarer, au nom de Dieu: «Le paria hébreu méprisé par toi, et jeté dans l'esclavage par toi, c'est Mon fils, Mon fils premier-né!  Car le terme hébreu désignant le premier-né, « Bechor », est un étymogramme « libérateur » (commentaire de S.R.
    HIRSCH), un abreuvoir qui libère les sources de la maternité jusque-là restreintes. Pas pour lui-même, mais pour ce qui suit, il s'appelle Bechor. Lorsque tel est le cas, Dieu parle de Yisroel comme de « Beni Bechori », « Mon fils, Mon premier-né », la signification sous-jacente est la suivante: à travers lui les puissances génératrices de l’humanité sont ouvertes. A travers Yisroel, la marche commence dans laquelle toutes les nations doivent marcher. Mes fils : « En ton nom et en celui de tous les hommes, Je viens à toi, Pharaon; Yisroel est mon premier né, mais pas le seul. Je demande la liberté pour Yisroel, tout comme je veux la réclamer pour toutes les nations qui Me suivent en tant que fils » Non pas en rang, mais chronologique, Yisroel est le premier.

     

    Mais surtout, au Sinaï, alors que Yisroel devait se préparer à la révélation, la conception de tous les hommes comme subordonnés au dessein de Dieu et à leur haute signification en tant que telle était soulignée en termes particulièrement clairs et précis: « La terre entière M’appartient » (Exode XIX, 5,6). Tu M'appartiendras cependant plus exclusivement que tous les peuples, car tu seras pour moi un royaume de prêtres et une nation sainte ». Par cette déclaration, les lois qui suivent sont définies comme celles qui établissent la consécration de Yisroel au sacerdoce de l’humanité, tout comme de nouveau à la Maison de Yisroel, des tâches spéciales sont imposées au prêtre. Cependant, toute idée fausse concernant la position de Yisroel est évitée par la déclaration emphatique: « Toute la terre est à Moi » et par le rappel que le simple appel à la prêtrise pour Yisroel est une reconnaissance accentuée de la soumission à Dieu, même sous beaucoup de conditions qui, autrement, sont laissées au libre choix des hommes. Par l'expression comparative: «plus exclusivement», la relation intime entre Dieu et tous les hommes s'exprime sans ambiguïté. Que le mot « Segoula » n'implique pas un trésor représentant la totalité des biens du propriétaire, mais indique plutôt la propriété exclusive du poste par ce propriétaire, peut être déduit de manière concluante de la phrase suivante: « car toute la terre est à Moi ». Pourtant, l'interprétation erronée de cette expression a été utilisée pour soutenir tout un tissu de faussetés concernant la prétendue restriction de la relation du Père de toute l'humanité avec la petite Communauté Juive.

     

    Dans l'introduction des lois sacrificielles (Lévitique I, 2), nous trouvons certaines directions adressées à « l'homme » en tant qu’ « Adam ». Ces prescriptions pour ces actes symboliques, par lesquels la dévotion désintéressée de toutes les forces humaines et les moyens de promouvoir les objectifs éthiques les plus élevés de la justice, de l'amour de l'homme et de la moralité, doivent être exprimées de manière formelle et solennelle comme « le maintien du feu Divin sur la terre, sont donnés, non pas exclusivement aux Juifs, mais aussi à « Adam », « Homme ». Quel autre objectif pourrait-il avoir si ce n’était d’exprimer le principe selon lequel, conformément à la tradition juive, tous les hommes sont invités à la maison de Dieu, et que sur l'autel du sanctuaire Juif l'offrande du non-Juif est déjà acceptée comme tout aussi acceptable comme « reconnaissance de la soumission à la Volonté Divine ».

     Ainsi, c’est l’universalité, avec sa vision large de l’humanité tout entière, et l’idéal de la hauteur du destin humain qui constitue la base ainsi que le point de départ de l’Ancien Testament dans sa vision du monde. Le souffle chaud de tout l'amour pour l'humanité tel qu'il nous vient des prophètes, des Psaumes et du reste des Hagiographes, ne peut donc pas être considéré comme une sorte d'élévation ou de transcendance de la vision mosaïque, mais comme portant loyalement et préservant le même souffle de vie auquel l'enseignement de Moïse était destiné, et travaille encore, à inculquer à ses enfants, ainsi qu'à tous les hommes qui le reçoivent avec un esprit et un cœur ouverts. Ces conceptions, dont nous avons indiquées certaines grandes lignes, étaient les prémisses des enseignements du Prophète et du Psalmiste. Et nous pouvons en outre affirmer à la foi qu’ils caractérisent également l’esprit des Rabbins du Talmud, dont l’instruction a aidé à organiser le Culte Juif ultérieur, et c’est le même esprit qui subsiste jusqu’à présent dans la synagogue, dans l'humble demeure dans laquelle l'âme du Juif solitaire s’élève dans la prière à son Dieu.

    (Humanisme et Judaïsme du Dr Mendel HIRSCH, p. 27-31 - Traduit par J. GILBERT ( à suivre lundi prochain)

     

    A lire aussi :

    Humanisme et Judaïsme - préface de l'auteur

    Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH: Humanisme et Judaïsme (première partie)

    Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH: Humanisme et Judaïsme (deuxième partie)

    Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH: Humanisme et Judaïsme (troisième partie)

     

    19-11-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    12-11-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH: Humanisme et Judaïsme (troisième partie)
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH

                  (1833 – 1900)



    Humanisme et Judaïsme (troisième partie)

    Das reine Menschentum im Lichte des Judentums (1893)


    Par Dr. MENDEL HIRSCH Directeur des écoles communautaires religieuses israélites, Frankfort-on-Main.

    Par ces mêmes doctrines, il est démontré que tout prosélytisme Juif est incompatible avec l'enseignement Juif. L'Ancien Testament ne considère jamais les hommes en dehors de la foi Juive comme des hommes condamnés à la damnation et dont le seul espoir de salut serait leur conversion au Judaïsme. Tout ce qui est nécessaire pour qu'ils deviennent des hommes purs, pas des Juifs - leur nature humaine inhérente les qualifie pleinement pour cela - et, par l'observance fidèle des devoirs humains généraux, ils seront comme Ses enfants, gagnent leur part de la grâce de leur et de notre Dieu . L'histoire Juive ne connaît qu'un exemple dans lequel ce principe a été violé par une terrible illusion, non pas pour des raisons religieuses mais pour des raisons politiques. Jamais l'outrage n'a été plus sévèrement vengé. C'était la conversion des Iduméens. Le règne maudit du sanguinaire Hérode en fut le résultat.

    Les récits bibliques de la période pré-abrahamique contiennent deux autres passages importants: l'un est une phrase de Prophétie, qui nous ouvre une perspective du plus grand intérêt et l'autre une loi divine donnée au genre humain. , qui a une signification incommensurable

    La phrase prophétique se lit comme suit: «Quant à Japhet, Dieu ouvre ses sentiments» (c’est-à-dire leur donne un jeu gratuit) (Gen. IX, 27). La partie la plus importante de la tribu Japhetite, du point de vue des progrès de la culture humaine, est celle appelée Javan, le Grec (ibid., 2). À la lumière de cette phrase biblique, l’ennoblissement de l’art hellénique et de la poésie - dont les charmes n'ont jamais cessé de «libérer les sentiments» et de constituer le fondement de toute éducation esthétique possédée par des races cultivées - semblerait servir les objectifs les plus élevés de la Providence. Selon cette phrase prophétique, cet ennoblissement esthétique ne constitue certes que le premier pas vers un ennoblissement moral, que cette dernière doit être réalisée pour l'humanité par la réalisation de ce message de la vérité divine à travers la partie la plus importante de la race, la plus importante sur le plan culturel. (Vide S.R. HIRSCH ad.loc. Et «Hellenismus und Judentum», Gesammelte Schriften II., Page 26 et suivantes)

    La Loi à laquelle il est fait référence est toutefois la déclaration faite à propos de l'autorisation de l'alimentation animale, en ce qui concerne la valeur suprême de la vie humaine. Cette phrase proclame que l'homme est le trésor de l'homme le plus exalté et le plus sacré, et que Dieu est le protecteur de l'homme, qui l'appellera pour rendre compte du «sang de l'homme», versé par la main de son frère, désignant ainsi l'homme à devenir le gardien responsable de l'homme.

    Ce n’est sûrement pas sans intention délibérée que la Bible enregistre tous ces faits et enseignements, dans lesquels le statut élevé et l’importance de l’homme sont mis en évidence de manière si évidente, avant de passer au récit de l’appel adressé à Abraham. Ayant appris comment l'humanité coulait de plus en plus bas; comment les hommes, individuellement, sont devenus esclaves de leurs appétits sensuels et, collectivement, esclaves de la tyrannie rusée et hypocrite; comment, avec leur dispersion sur la terre, a commencé l'histoire de la parole et l'éducation de l'humanité; comment, parallèlement à l'éducation par l'expérience, l'éducation par la parole de la vérité divine devait venir; et comment, en tant que détenteur de cette vérité et pour le salut et la délivrance de l'humanité, une nation spécifique devait être formée sous le contrôle immédiat de Dieu, il était évidemment nécessaire, pour la bonne compréhension de sa mission historique, que ce peuple soit éclairé , au début, quant à la position et à la tâche de ses semblables. Ce n’est qu’ainsi qu’elle pourrait être protégée contre la surestimation de sa propre nationalité, et empêchée de se considérer elle-même avec une présomption excessive, ou de voir son élévation et sa perfection morale l’ultime objectif de la révélation à laquelle il était appelé au porteur. L’expérience de tous les temps a amplement montré à quel point même les nations qui occupent un rang élevé au sens spirituel succombent, en conséquence du succès, au danger de regarder avec mépris tout ce qui est étranger. Et combien ce péril était grand pour une nation jugée digne de la direction directe de Dieu, livrée sous une omnipotence Divine active, visible et miraculeuse, et élevée au rang d’entité nationale, après avoir vu la puissance mondiale de ses redoutables oppresseurs mordre dans la poussière! Ainsi, nous pouvons facilement comprendre pourquoi la sagesse de la Bible rappelle continuellement à ce peuple, à chaque étape de son développement, que tous les hommes sont des enfants de Dieu et que Yisroel a été appelé à diriger le chemin qui mène à l'arbre de vie. ou plutôt préserver et transmettre aux hommes, dans les enseignements divins, le fruit de l'arbre de vie.

     (Humanisme et Judaïsme du Dr Mendel HIRSCH, pp. 23-27 - à poursuivre lundi prochain)

    A lire aussi :

    Humanisme et Judaïsme - préface de l'auteur
    Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH: Humanisme et Judaïsme (première partie)
    Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH: Humanisme et Judaïsme (deuxième partie)

     

    12-11-2018 om 10:30 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    11-11-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Le film que le lobby sioniste voulait vous empêcher de voir
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

    Image : le lobby sioniste états-unien, l’AIPAC et le lobby sioniste français, le CRIF


     

    Nous Juifs de stricte observance et antisionistes, fidèles à HaShem et Sa Thora, nous devons savoir et dénoncer ce qui se fait en notre nom !

    Il faut savoir ce que les lobbies sionistes s’activent au nom des Juifs ! Ces organisations sionistes ne représentent pas les Juifs et ne sont pas habilitées à parler au nom des Juifs. Les sionistes ne sont pas une part du Peuple Juif ; ce sont pour la plupart des non-Juifs (protestants évangélistes) et des renégats du Judaïsme, donc des self-exclus du Peuple Juif.

    Ci-dessous 2 articles en Français avec des preuves de leurs crimes contre l’humanité.

     

     

    Visionnez le film que le lobby pro-israélien voulait vous empêcher de voir !

    4 novembre 2018 Articles, Slider

    Capture d'écran de "Le lobby-USA : la guerre secrète" (voir ‘Bijlagen’ en bas de page)

    The Electronic IntifadaThe Electronic Intifada a obtenu une copie intégrale du film Lobby – USA, une enquête en quatre parties menée sous couverture par Al Jazeera sur la campagne secrète israélienne de lobbying aux États-Unis. Il publie aujourd’hui les deux premiers épisodes. Le journal électronique Orient XXI, basé à Paris, a publié les mêmes épisodes avec des sous-titres français. Le film, commencé par Al Jazeera en 2016, a été terminé en octobre 2017. Mais il a été censuré suite aux intenses pressions du lobby israélien sur le Qatar, l’émirat du Golfe riche en gaz qui finance Al Jazeera. Le directeur général d’Al Jazeera a affirmé le mois dernier que le film posait des problèmes juridiques mais il a été contredit par ses propres journalistes. En mars, The Electronic Intifada a été le premier à révéler le contenu spécifique du film. Nous avons ensuite publié le premier extrait du film en août, et, peu après, Max Blumenthal du Grayzone Project en a publié d’autres. Depuis, The Electronic Intifada a publié trois autres extraits, et plusieurs autres journalistes ont vu le film en entier et en ont parlé, dont Alain Gresh et Antony Loewenstein. The Electronic Intifada a maintenant réussi à se procurer les quatre parties du film.

    https://www.youtube.com/watch?v=jl9s09LMp10

    Pour avoir un accès sans précédent aux rouages internes du lobby israélien, le journaliste sous couverture « Tony » s’est fait passer pour un volontaire pro-israélien à Washington. Le film qui en résulte montre les efforts d’Israël et de ses lobbyistes pour espionner, salir et intimider les citoyens américains qui soutiennent les droits de l’homme palestiniens, en particulier le BDS – le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions. Il montre la collusion entre l’agence gouvernementale d’opérations plus ou moins clandestines d’Israël, le ministère des Affaires stratégiques, et un vaste réseau d’organisations basées aux États-Unis, notamment la Coalition Israël sur les campus, The Israel Projet et la Fondation pour la défense des démocraties.

     Censuré par le Qatar

    Le film n’a pas été diffusé à cause des pressions que le gouvernement du Qatar a subies de la part, ironiquement, du lobby même dont le film dénonce l’influence et les manœuvres. Clayton Swisher, chef des enquêtes d’Al Jazeera, a révélé dans un article paru dans The Forward en mars qu’Al Jazeera avait envoyé plus de 70 lettres à des individus et des organisations qui apparaissent dans le film ou qui y sont mentionnés pour qu’ils puissent réagir. Seulement trois l’ont fait. Au lieu de répondre, des groupes pro-israéliens ont essayé de faire interdire le film qui dévoile les activités du lobby. En avril, la direction d’Al Jazeera a été obligée de réfuter l’affirmation de the Zionist Organization of America, une organisation d’extrême droite, selon laquelle la diffusion du film avait été absolument interdite. En juin, The Electronic Intifada a appris qu’une source de haut niveau à Doha avait déclaré que le retard indéfini du film était dû à des préoccupations de « sécurité nationale » du gouvernement qatari.

     Opérations secrètes

    Comme l’a révélé un clip publié par l’Intifada électronique plus tôt cette semaine, dans le film on voit Julia Reifkind – alors employée d’une ambassade israélienne – expliquer que sa journée de travail consiste principalement à « recueillir du renseignement, pour le compte d’Israël… en lien avec le ministère des Affaires étrangères et/ou le ministère des Affaires stratégiques ». Elle dit que le gouvernement israélien « apporte, dans les coulisses, son soutien » aux groupes qui sont au front Reifkind admet également avoir utilisé de faux profils Facebook pour infiltrer les cercles de militants de la solidarité palestinienne sur le campus.

    https://www.youtube.com/watch?v=rJkEzGid2DY

    Le film révèle également que des groupes basés aux États-Unis coordonnent leurs efforts directement avec le gouvernement israélien, en particulier avec son ministère des Affaires stratégiques. Dirigé par un ancien officier du renseignement militaire, le ministère est responsable de la campagne internationale secrète de sabotage du mouvement BDS menée par Israël. Le film montre des images de cet ex-officier du renseignement militaire, Sima Vaknin-Gil, en train d’expliquer qu’elle a dressé la carte de l’activisme palestinien en faveur des droits de l’homme « dans le monde entier. Pas seulement aux États-Unis, pas seulement dans les campus, mais dans les campus, l’intersectionnalité, les syndicats et les églises. » Elle dit qu’elle va utiliser ces données pour mener des « actions offensives » contre les militants palestiniens. On voit Jacob Baime, directeur exécutif de l’Israel on Campus Coalition, affirmer dans la vidéo cachée que son organisation utilise « un excellent logiciel de surveillance des médias sociaux, du type de ceux utilisés dans les grandes entreprises » pour repérer les événements liés à la Palestine organisés par les étudiants sur le campus, « généralement dans les 30 secondes, parfois moins » de leur publication en ligne. Baime dit également devant la caméra cachée que son groupe se « coordonne » avec le ministère israélien des Affaires stratégiques. Baime déclare que ses chercheurs  » envoient des alertes immédiates à nos partenaires  » – dont les ministères israéliens. Le collègue de Baime, Ian Hersh, dit dans le film qu’il ajoute le « ministère des Affaires stratégiques d’Israël à nos briefings sur les opérations et le renseignement ». « Une guerre psychologique » Baime décrit la manière dont son groupe utilise des sites Web anonymes pour cibler des militants. « Avec les opposants à Israël, ce qui est le plus efficace, ainsi que nous l’avons constaté l’année dernière du moins, c’est de faire des recherches sur l’opposition, créer un site Web anonyme, puis y poster des publicités Facebook ciblées, explique Baime dans la troisième partie du film. « Canary Mission en est un bon exemple, dit-il. « C’est une guerre psychologique. » Le film révèle que c’est Adam Milstein, le multimillionnaire condamné pour évasion fiscale, qui a financé et administré Canary Mission – un site de diffamation anonyme ciblant des étudiants activistes. The Electronic Intifada l’avait déjà révélé dans un clip en août. On voit aussi Eric Gallagher, alors directeur de la collecte de fonds pour The Israel Project, dire que « Adam Milstein, c’est lui qui finance » Canary Mission. Milstein finance également The Israel Project, selon Gallagher. Gallagher se vante dans le film d’avoir  » échangé des courriels avec [Adam Milstein] pendant qu’il était en prison », lorsque, lui, Gallagher travaillait pour l’AIPAC, le groupe de pression israélien le plus puissant de Washington. Bien qu’il n’ait pas répondu à la demande de commentaires d’Al Jazeera, Milstein a nié que lui et sa fondation familiale « aient financé Canary Mission » le jour où The Electronic l’Intifada a publié le clip. Depuis, Josh Nathan-Kazis de The Forward a identifié beaucoup d’autres groupes étasuniens qui financent Canary Mission.

     L’interdiction du film

    En mars, The Electronic Intifada a publié les premiers détails sur le film. Nous avons dévoilé qu’on y voyait Sima Vaknin-Gil expliquer qu’elle avait réussi à faire travailler pour son ministère l’influent think tank néoconservateur, la Fondation for défense of démocraties working. Sur le film en caméra cachée, on voit Vaknin-Gil affirmer : « Nous avons FDD. Nous avons d’autres personnes qui travaillent » sur des projets, « incluant la collecte de données, l’analyse de l’information, le travail sur les organisations militantes et la piste financière. C’est quelque chose que seul un pays, avec ses ressources, peut faire. » Comme cela est indiqué dans la première partie du documentaire, l’existence du film et l’identité du journaliste infiltré ont été révélées après la diffusion, début 2017, d’images qu’il avait tournées pour le film The Lobby d’Al Jazeera – sur la campagne d’influence clandestine d’Israël au Royaume-Unis. Depuis, les lobbyistes israéliens exercent de fortes pressions sur le Qatar pour empêcher la diffusion du film réalisé aux États-Unis

     « Agent étranger »

    Clayton Swisher, chef des enquêtes d’Al Jazeera, a confirmé pour la première fois en octobre 2017 que la chaîne avait, au même moment, un journaliste infiltré dans le lobby israélien américain et un autre au Royaume-Uni. Swisher avait promis que le film sortirait « très bientôt », mais il n’est jamais sorti. De nombreuses sources israéliennes ont déclaré au journal israélien Haaretz en février que des dirigeants qataris leur avaient assuré à la fin de l’année dernière que le documentaire ne serait pas diffusé. Le Qatar l’a démenti, mais Swisher n’est pas revenu sur son annonce. L’article de Swisher dans The Forward de mars dernier a été son premier commentaire public sur le sujet depuis qu’il avait annoncé le documentaire en 2017. Il y réfute les allégations du lobby israélien sur le film et exprime sa frustration qu’Al Jazeera ne l’ait pas diffusé, apparemment à cause de pressions extérieures. Plusieurs députés pro-israéliens à Washington ont multiplié les pressions sur le ministère de la Justice pour qu’il force Al Jazeera à s’enregistrer comme « agent étranger » en vertu d’une loi de contre-espionnage datant des années 1930.

     Le lobby israélien se rend à Doha

    Bien que la diffusion du film ait été repoussée, une vague de personnalités pro-israéliennes a déferlé sur le Qatar à l’invitation de son dirigeant, l’Emir Tamim bin Hamad Al Thani. On y a vu certaines des figures les plus à droite et les plus extrémistes parmi les défenseurs d’Israël aux États-Unis, comme Alan Dershowitz, professeur de droit à Harvard, et Morton Klein, directeur de l’Organisation sioniste d’Amérique. Swisher a écrit dans The Forward qu’il a rencontré Dershowitz dans un restaurant de Doha lors d’une de ces visites, et a invité le professeur à une projection privée du film. Swicher rapporte que Dershowitz lui a dit, après coup : « Je n’ai aucun problème avec les tournages en caméra cachée ; et ça ne me dérangerait pas que ce film soit diffusé sur PBS » – la télévision publique étasunienne. Pourtant, il semble bien que les efforts du lobby israélien pour interdire le film aient été couronnés de succès – jusqu’à présent.

    2 novembre 2018 – The Electronic Intifada – Traduction : Chronique de Palestine – Dominique Muselet

     

     

    Le film que le lobby pro-israélien voulait vous empêcher de voir : suite et fin

     11 novembre 2018 Articles, Slider

    Photo : Capture vidéo : Voir ‘Bijlagen’ en bas de page

    The Electronic IntifadaThe Electronic Intifada a obtenu une copie intégrale du film Lobby – USA, une enquête en quatre parties menée sous couverture par Al Jazeera sur la campagne secrète israélienne de lobbying aux États-Unis. Dans les deux premières parties du documentaire censuré The Lobby – USA, publiées cette semaine par The Electronic Intifada, Tony, le journaliste infiltré d’Al Jazeera, a joué de son charme pour pénétrer dans les cercles pro-Israël.

    Visionnez les deux premières parties du film.

    https://www.dailymotion.com/video/x6wivtg

    Il a découvert un réseau d’organisations servant de bases à l’État israélien pour espionner, perturber et empêcher d’agir les supporters étasuniens des droits des Palestiniens – en particulier les activistes du BDS, le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions. Dans les deux dernières parties du film, Tony en apprend davantage sur les campagnes secrètes de lobbying d’Israël en participant à un stage de The Israel Projet. The Electronic Intifada diffuse le film fuité en même temps que Orient XXI en France et Al-Akhbar au Liban, qui ont respectivement sous-titré les épisodes en français et en arabe. Dans la troisième partie, Al Jazeera interviewe Bill Mullen, professeur d’études américaines à l’Université Purdue dans l’Indiana qui milite activement pour le BDS. Comme l’a rapporté The Electronic Intifada en 2016, Mullen et sa famille ont été la cible d’une campagne de diffamation qui a débuté en mars de la même année. Plusieurs sites Web anonymes ont été créés pour répandre des histoires fabriquées de toutes pièces sur le prétendu harcèlement sexuel d’une étudiante par Mullen. Dans le film, Mullen dit que cette campagne avait pour but de détruire son mariage. Son épouse, également professeur, a reçu un lien vers l’un des sites. La campagne de diffamation semble avoir été orchestrée par des agents israéliens aux États-Unis.

     « Ces gens-là sont prêts à tout »

    « Un de ces articles [anonymes] racontait que pour soi-disant lui mettre la main dessus, je l’avais invitée à une réunion sur la Palestine. Et je me suis dit que c’était signé », dit Mullen, pour expliquer comment il s’était rendu compte que des pro-israéliens étaient à l’origine de ces calomnies. Mullen explique qu’il s’est rendu compte que « ces gens sont prêts à tout, ils n’ont pas de limites » quand des sites Web anonymes ont aussi ciblé sa fille ; c’est ce qui lui est arrivé de pire dans sa vie, ajoute-t-il. Une militante de Students for Justice in Palestine avec qui Mullen a travaillé, a répondu anonymement aux questions d’Al Jazeera.

    https://www.dailymotion.com/video/x6wklwn

    Elle aussi a été la cible d’un site de diffamation anonyme, qui prétendait à tort qu’elle « faisait la fête, buvait » et « couchait avec n’importe qui ». Elle décrit les tensions et les bouleversements que cela a provoqués chez elle, ses parents voulaient qu’elle arrête de militer avec Students for Justice in Palestine.Israël utilise ces tactiques de diffamation depuis des décennies. Les lobbyistes israéliens savent qu’ils ne peuvent pas gagner un débat ouvert et honnête sur ces questions aujourd’hui. Mais il y a eu une escalade tactique dans les efforts pour cibler et détruire la vie privée des militants au cours de ces dernières années, sous l’égide du ministère israélien des Affaires stratégiques. Ces tactiques se rapprochent de celles déployées par les services secrets israéliens contre les organisations de résistance palestiniennes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, à savoir le chantage, la désinformation, les rumeurs et le sabotage. Cela n’est pas tout à fait surprenant si l’on considère que le personnel du ministère des Affaires stratégiques est composé principalement d’espions israéliens.

     « C’est une guerre psychologique »

    Jacob Baime, de la Coalition Israël on campus, a admis qu’il se coordonnait avec le ministère israélien. Il a décrit son approche comme étant « calquée sur la stratégie anti-insurrectionnelle du général Stanley McChrystal en Irak », expliquant qu’ils « ont beaucoup copié cette stratégie qui a très bien fonctionné pour nous, en fait ». Bien que Baime semble s’être trompé de pays – l’effort « anti-insurrectionnel » du général américain était axé sur l’Afghanistan et non sur l’Irak – la stratégie de McChrystal met l’accent sur les « opérations offensives d’information « . Dans le troisième épisode, Baime explique comment son organisation utilise ces méthodes contre « les anti-Israéliens », en créant « un site web anonyme » et en postant des publicités ciblées sur Facebook. Baime explique que les militants ciblés « soit cessent de militer, soit perdent beaucoup de temps à y répondre et à enquêter, et pendant ce temps-là ils ne peuvent pas attaquer Israël ». « C’est une guerre psychologique, on les rend fous », dit-il. Il déclare plus tard que la Israel coalition on campus dispose d’un budget d’environ 2 millions de dollars uniquement pour la « recherche » de matériaux pour monter des campagnes de diffamation. Comme The Electronic Intifada l’a déjà révélé, l’épisode trois montre également qu’Adam Milstein le multimillionnaire condamné pour évasion fiscale qui finance le lobby israélien, a créé le site anonyme Canary Mission qui diffuse des listes noires. Il révèle également que la Fondation pour la défense des démocraties est aussi un agent du ministère israélien des Affaires stratégiques. Jonathan Schanzer, qui travaille pour la Fondation, admet dans la vidéo en caméra cachée que « calomnier les gens en les accusant d’être antisémites n’a plus le même pouvoir qu’avant ».

     « Les fondations sur lesquelles reposent l’AIPAC sont en train de pourrir »

    Le quatrième épisode révèle comment Israël œuvre contre le mouvement Black Lives Matter. On voit le consul général d’Israël à Atlanta se plaindre dans des séquences filmées en caméra cachée que « Israël a un gros problème avec la jeune génération de la communauté noire ». On voit aussi l’ancien journaliste de CNN, Jim Clancy, qualifier de « propagande » les efforts –couronnés de succès – de Israel Projet pour influencer les médias grand public étasuniens. Toujours dans le quatrième épisode, Tony se joint à un groupe de jeunes membres d’un think tank conservateur que leurs patrons obligent à se joindre à une manifestation cont

    Bijlagen:
    AIPAC - film.jpg (49.3 KB)   
    Capture vidéo 2ème article.jpg (55.1 KB)   

    11-11-2018 om 17:22 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    07-11-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Watch the Full Video: The Israel Lobby Didn't Want You To See
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

    Voici l'entièreté du documentaire concernant le lobby sioniste. 4 vidéos que les sionistes ne veulent pas que vous voyiez ! Il faut savoir ces choses ... et bien sûr agir en conséquence.

     

    Watch the Full Video: The Israel Lobby Didn't Want You To See

     Updated - Includes Final 2 Programs- Must Watch  - Video

    How Israel and its lobbyists spy on, smear and intimidate US citizens who support Palestinian human rights.

    November 02, 2018 "Information Clearing House" -  The Electronic Intifada has obtained a complete copy of The Lobby – USA, a four-part undercover investigation by Al Jazeera into Israel’s covert influence campaign in the United States. It is today publishing the first two episodes. The Paris-based Orient XXI has published the same episodes with French subtitles. The film was made by Al Jazeera during 2016 and was completed in October 2017. But it was censored after Qatar, the gas-rich Gulf emirate that funds Al Jazeera, came under intense Israel lobby pressure not to air the film. Although Al Jazeera’s director-general claimed last month that there were outstanding legal issues with the film, his assertions have been flatly contradicted by his own journalists. In March, The Electronic Intifada was the first to report on any of the film’s specific content. We followed this in August by publishing the first extract of the film, and shortly after Max Blumenthal at the Grayzone Project released others. Since then, The Electronic Intifada has released three other extracts, and several other journalists have watched the entire film and written about it – including Alain Gresh and Antony Loewenstein. Now The Electronic Intifada can reveal for the first time that it has obtained all four parts of the film.

    You can watch the all 4 parts in the video embeds below.

    https://www.dailymotion.com/video/x6wisw0

    To get unprecedented access to the Israel lobby’s inner workings, undercover reporter “Tony” posed as a pro-Israel volunteer in Washington. The resulting film exposes the efforts of Israel and its lobbyists to spy on, smear and intimidate US citizens who support Palestinian human rights, especially BDS – the boycott, divestment and sanctions movement. It shows that Israel’s semi-covert black-ops government agency, the Ministry of Strategic Affairs, is operating this effort in collusion with an extensive network of US-based organizations. These include the Israel on Campus Coalition, The Israel Project and the Foundation for Defense of Democracies.

    https://www.dailymotion.com/video/x6wiuqj

    Censored by Qatar

    The film was suppressed after the government of Qatar came under intense pressure not to release it – ironically from the very same lobby whose influence and antics the film exposes. Clayton Swisher, Al Jazeera’s head of investigations, revealed in an article for The Forward in March that Al Jazeera had sent more than 70 letters to individuals and organizations who appear in or are discussed in the film, providing them with an opportunity to respond. Only three did so. Instead, pro-Israel groups have endeavored to suppress the film that exposes the lobby’s activities. In April, Al Jazeera’s management was forced to deny a claim by the hard-right Zionist Organization of America that the film had been canceled altogether. In June, The Electronic Intifada learned that a high level source in Doha had said the film’s indefinite delay was due to “national security” concerns of the Qatari government.

    http://www.dailymotion.com/clockworkuprising

    Covert action

    As revealed in a clip published by The Electronic Intifada earlier this week, the film shows Julia Reifkind – then an Israeli embassy employee – describing her typical work day as “mainly gathering intel, reporting back to Israel … to report back to the Ministry of Foreign Affairs, the Ministry of Strategic Affairs.” She discusses the Israeli government “giving our support” to front groups “in that behind-the-scenes way.” Reifkind also admits to using fake Facebook profiles to infiltrate the circles of Palestine solidarity activists on campus. The film also reveals that US-based groups coordinate their efforts directly with the Israeli government, particularly its Ministry of Strategic Affairs. Run by a former military intelligence officer, the ministry is in charge of Israel’s global campaign of covert sabotage targeting the BDS movement. The film shows footage of the very same ex-military intelligence officer, Sima Vaknin-Gil, claiming to have mapped Palestinian rights activism “globally. Not just the United States, not just campuses, but campuses and intersectionality and labor unions and churches.” She promises to use this data for “offense activity” against Palestine activists. Jacob Baime, executive director of the Israel on Campus Coalition, claims in the undercover footage that his organization uses “corporate level, enterprise-grade social media intelligence software” to gather lists of Palestine-related student events on campus, “generally within about 30 seconds or less” of them being posted online. Baime also admits on hidden camera that his group “coordinates” with the Israeli Ministry of Strategic Affairs. Baime states that his researchers “issue early warning alerts to our partners” – including Israeli ministries. Baime’s colleague Ian Hersh admits in the film to adding Israel’s “Ministry of Strategic Affairs to our operations and intelligence brief.”

    http://www.dailymotion.com/clockworkuprising

    “Psychological warfare”

    Baime describes how his group has used anonymous websites to target activists. “With the anti-Israel people, what’s most effective, what we’ve found at least in the last year, is you do the opposition research, put up some anonymous website, and then put up targeted Facebook ads,” Baime explains in part three of the film. “Canary Mission is a good example,” he states. “It’s psychological warfare.” The film names, for the first time, convicted tax evader Adam Milstein as the multimillionaire funder and mastermind of Canary Mission – an anonymous smear site targeting student activists. The Electronic Intifada revealed this in a clip in August. Eric Gallagher, then fundraising director for The Israel Project, is seen in the undercover footage admitting that “Adam Milstein, he’s the guy who funds” Canary Mission. Milstein also funds The Israel Project, Gallagher states. Gallagher says that when he was working for AIPAC, Washington’s most powerful Israel lobby group, “I was literally emailing back and forth with [Adam Milstein] while he was in jail.” Despite not replying to Al Jazeera’s request for comment, Milstein denied that he and his family foundation “are funders of Canary Mission” on the same day The Electronic Intifada published the clip. Since then, Josh Nathan-Kazis of The Forward has identified several other groups in the US who fund Canary Mission.

    Suppressed film

    In March, The Electronic Intifada published the first details of what is in the film. We reported that it showed Sima Vaknin-Gil claiming to have leading neoconservative think tank the Foundation for Defense of Democracies working for her ministry. The undercover footage shows Vaknin-Gil claiming that “We have FDD. We have others working on” projects including “data gathering, information analysis, working on activist organizations, money trail. This is something that only a country, with its resources, can do the best.” As noted in part one of the documentary, the existence of the film and the identity of the undercover reporter became known after footage he had shot for it was used in Al Jazeera’s The Lobby – about Israel’s covert influence campaign in the UK – aired in early 2017. Since then, Israel lobbyists have heavily pressured Qatar to prevent the US film from airing.

    “Foreign agent”

    Clayton Swisher, Al Jazeera’s head of investigations, first confirmed in October 2017 that the network had run an undercover reporter in the US Israel lobby at the same time as in the UK. Swisher promised the film would be released “very soon,” but it never came out. Multiple Israel lobby sources told Israel’s Haaretz newspaper in February that they had received assurances from Qatari leaders late last year that the documentary would not be aired. Qatar denied this, but the paper stood by its story. Swisher’s op-ed in The Forward was his first public comment on the matter since he had announced the documentary. In it, he refutes Israel lobby allegations about the film and expresses frustration that Al Jazeera had not aired it, apparently due to outside pressure. Several pro-Israel lawmakers in Washington have piled on more pressure by pushing the Department of Justice to force Al Jazeera to register as a “foreign agent” under a counterespionage law dating from the 1930s.

    The Israel lobby goes to Doha

    While the film was delayed, a wave of prominent pro-Israel figures visited Qatar at the invitation of its ruler, Emir Tamim bin Hamad Al Thani. They have included some of the most right-wing and extreme figures among Israel’s defenders in the US, such as Harvard law professor Alan Dershowitz and Morton Klein, the head of the Zionist Organization of America. Swisher wrote in The Forward that he ran into Dershowitz at a Doha restaurant during one of these visits, and invited the professor to a private viewing of the film. “I have no problem with any of the secret filming,” Swisher says Dershowitz told him afterwards. “And I can even see this being broadcast on PBS” – the US public broadcaster. Yet it appears that Israel lobby efforts to quash the film were successful – until now.

    This article was originally published by "Electronic Intifada" -    
     http://www.informationclearinghouse.info/50555.htm

    07-11-2018 om 22:18 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    05-11-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH: Humanisme et Judaïsme (deuxième partie)
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


    Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH

                  (1833 – 1900)



    Humanisme et Judaïsme (deuxième partie)


    Das reine Menschentum im Lichte des Judentums (1893)


    Par Dr. MENDEL HIRSCH Directeur des écoles communautaires religieuses israélites, Frankfort-on-Main.

    Compte tenu des notions répandues au sujet de la religion Juive, la plupart des gens vont probablement le prendre pour acquis, qu’un seul avis est possible et peuvent exprimer la surprise qu’un tel point soit soulevé, à supposer que la réponse soit évidente. En effet, comment le Judaïsme pourrait-il séparer ses adhérents aussi soigneusement qu'il le fait, et les séparer, comme le dit le poète, même "à fond", ne fait-il que totalement rejeter le principe de l'universalité? Cependant, en des temps comme le présent, qui accentuent sans ménagement tout ce qui divise les hommes, il serait extrêmement opportun de dresser un bilan de ces idéaux considérés consciemment ou inconsciemment par tous les hommes communs comme des hommes élevés et sacrés. Un examen attentif de la position adoptée par le Judaïsme à ce sujet sera donc d'un grand intérêt. Car aucune religion n'est aussi peu comprise et mal comprise que le Juif.

    Laissez-nous définir la question plus précisément. Le Judaïsme reconnaît-il ce principe d'humanisme pur? Admet-il sa justification et sa réalité? Que pense-t-il des païens, non convertis au Judaïsme, mais qui croit en Dieu et qui accomplit fidèlement tous les impératifs de la justice, de l'humanité et de la moralité? Le Judaïsme le considère-t-il comme l'un des enfants de Dieu? un tel homme peut-il, à la lumière de la foi Juive, espérer son salut?

     Une référence à la Bible prouvera que c'est précisément le Judaïsme, précisément l'Ancien Testament, qui fournit l'origine même et les bases de la conception de l'humanisme pur dans sa réalisation la plus complète et dans son affirmation la plus positive.

    L'Ancien Testament, cet enregistrement le plus ancien du genre humain, cette source de toute connaissance de Dieu et de l'humanité, ce livre que les Juifs, malgré un martyre sans pareil, ont chéri pendant des milliers d'années comme leur plus grand trésor et la clé de leur propre et dans toute la rédemption de l'humanité, l'Ancien Testament ne fait pas précéder son enseignement d'une déclaration comme celle-ci: Avant la révélation sur le Sinaï ou à Abraham, tous les hommes étaient condamnés et incapables d'atteindre le salut. Au contraire, cela commence par la doctrine édifiante selon laquelle tous les hommes sont à l'image de Dieu (Gen. I, 26). Car ce n'est pas le Juif mais l'homme, qui est représenté comme la pierre d'achoppement et le but suprême de la création (Gen. I, 26); et ce n'est pas le Juif mais l'homme à qui est attribué le caractère «Adam». Pourtant, dans cette doctrine, tout le destin du genre humain est énoncé. Car «Adam» ne signifie pas «motte de terre».

    Étymologiquement, le mot «Adam» n’est pas dérivé de «Adamah», la terre, mais «Adamah» est évidemment dérivé de «Adam», la terre étant désignée comme le «sol de l’homme», le domicile et le porteur de l’homme. Indépendamment de cela, il ne serait pas logique de qualifier l’homme de «né de la terre», en raison de la partie terrestre de son origine, vu que la caractéristique dominante de l’homme, soulignée par la Bible, est que son corps terrestre n’est devenu «l’homme» que par Le souffle de Dieu, et donc par son origine, n'appartient pas entièrement à la terre. Selon les recherches de profonds biblistes et philologues, «Adam» représente l’homme dans sa plus haute dignité, en tant que «fiduciaire de la gloire divine sur la terre», en tant que «sceau de Dieu sur la création», en tant que «représentant de Dieu sur la terre». Tout cela, impliqué par le mot «Adam», n'est pas dit (ibid: 15,7) «Dieu a soufflé dans ses narines le souffle de vie et l'homme est devenu une personnalité vivante»

    Ainsi, l'anthropologie biblique, qui ne connaît qu'un seul ancêtre pour toutes les races, confère une double supériorité à tous les hommes, par leur descendance d'Adam; à savoir, la possession d'une âme, qui n'est pas faite de la poussière de la terre, et d'un corps, dont la formation, malgré son analogie avec l'organisme animal, le Créateur se voulait spécifiquement différent de celui du corps animal, en le rendant apte à son destin supérieur et en voulant qu'il soit, pendant la vie, un cadre et un instrument appropriés pour le souffle divin qui y habite.

    Ce point est d’une importance fondamentale. L'enseignement de la Bible confère ainsi à l'homme le pouvoir de se contrôler. Si, par conséquent, pour l'accomplissement des devoirs humains généraux, chaque homme est appelé - et, pour celui des devoirs Juifs spécifiques, chaque Juif est appelé - à subordonner ses instincts et appétits sensuels aux ordres de la morale.

    (à suivre)


    Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH: Humanisme et Judaïsme (première partie)

     

    05-11-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    04-11-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Un documentaire interdit sur le lobby pro-israélien aux États-Unis
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    Un documentaire interdit sur le lobby pro-israélien aux États-Unis
    (2 vidéos)

     

    Le Monde diplomatique a publié au mois de septembre un article à propos d’une enquête réalisée par la chaîne Al-Jazeera, propriété du Qatar, sur l'action du lobby pro-israélien aux États-Unis. 

     Ce documentaire, réalisé notamment grâce à un journaliste infiltré, devait être diffusé au début de l’année 2018.

     Il ne l’a finalement pas été, suite à un accord entre le gouvernement du Qatar et une partie du lobby pro-israélien qui a, en échange, accepté d’adopter une attitude neutre dans le conflit entre l’Arabie saoudite et le Qatar. 

     Orient XXI a décidé, avec Electronic Intifada aux États-Unis et Al-Akhbar au Liban, de rendre public ce documentaire. Il y va du droit à l’information.

     Car cette enquête pose des questions de fond: dans une démocratie, a-t-on le droit d’espionner les citoyens sur la base de leurs convictions? Est-il normal que le gouvernement israélien participe et orchestre ces campagnes sur le sol de pays dits « alliés »?

     Ce vendredi 2 novembre, les deux premiers épisodes du documentaire (sur les quatre) sont accessibles avec des sous-titres français. Les prochains épisodes suivront dans les semaines à venir.

     LE LOBBY - USA: La guerre secrète (épisode 1)

    https://www.youtube.com/watch?v=jl9s09LMp10

     

    LE LOBBY - USA: Orienter les élites (épisode 2)

    https://www.youtube.com/watch?v=rJkEzGid2DY

     02.11.18

    Source: OrientXXI

    Posté par MCPalestine

     

    Bijlagen:
    Le lobby - USA. La guerre secrète.JPG (34.6 KB)   
    Le lobby - USA. Orienter les élites.JPG (32.3 KB)   

    04-11-2018 om 23:53 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    26-10-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH: Humanisme et Judaïsme (première partie)
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH

                  (1833 – 1900)



    Humanisme et Judaïsme (première partie)



    Par Dr. MENDEL HIRSCH Directeur des écoles communautaires religieuses israélites, Frankfort-on-Main.

    Traduit par J. GILBERT



    Préface de l’auteur


    Le sujet traité dans les pages suivantes a fait l'objet de plusieurs conférences données par l'auteur à la société «Ben-Usiel», qui se consacre à la tâche de cultiver et de diffuser la compréhension du Judaïsme.


    Compte tenu de la diversité des conceptions confuses et tout à fait erronées de la religion Juive et des allégations formulées à son encontre comme étant une exclusivité étroite et un particularisme enragé, il ne serait peut-être pas inopportun d'accorder une diffusion un peu plus large aux vues élaborées dans ces conférences. Elles sont censées être acceptées dans un sens explicatif aussi bien que dans un sens conciliant, et devraient aider à induire un âge qui est trop enclin à souligner les choses qui divisent les hommes, à se souvenir de la hauteur et du caractère sacré des principes éthiques élevés, dans la reconnaissance de qui tous, si écartés, sont unis. Peut-être un contact plus étroit sera-t-il alors établi entre ceux qui marchent sur des chemins différents pour atteindre le même but et qui ne sont étrangers que parce qu'ils ne se comprennent pas. L'auteur sera heureux si, par ce traité sur le sujet, il peut contribuer modérément à la compréhension.


    Francfort-sur-le-Main. 15 janvier 1893.

     

    Humanisme et Judaïsme

    Par le Dr Mendel HIRSCH


    Vers la fin du 18ème et le début du 19ème siècle, le rationalisme était endémique et l'indifférence absolue à l'égard de tout ce qui était religieux était devenue la caractéristique essentielle de la majorité des personnes de culture. Si, à cette époque, quelqu'un avait hasardé la prédiction selon laquelle, dans cent ans, les contrastes de religion et de profession de foi seraient aussi accentués qu'aujourd'hui dans la dernière décennie de notre siècle, un tollé de colère d'indignation aurait été élevé contre un "voyant" si aveugle. Son pessimisme, révélé par son refus d'admettre les progrès de l'histoire; aurait été unanimement condamné. Le contrevenant contre la raison humaine aurait même pu subir une excommunication sociale! Mais peut-être est-ce une conclusion erronée. La simple suggestion d'une telle possibilité aurait impressionné les gens comme étant si absurde que des bavardages aussi délirants et imbéciles auraient probablement été rejetés, car ils étaient indignes de préavis.


    Et pourtant, ce qui paraissait alors totalement impensable est devenu une triste réalité. Tout comme au niveau international, nos dirigeants ont jeté des regards hostiles au-delà des frontières, cherchant constamment la paix, mais prêts à frapper à tout moment et toujours prêts à conjurer ou à anticiper de prétendues attaques défensives de la part de la résistance offensive. sont rangés dans les rangs opposés, et dans peut-être un contraste encore plus net. À côté de conflits politiques spirituels, l'expression des religions et les différences sectaires semblent s'affirmer avec une férocité sans précédent.

     

    En essayant d’obtenir une étude complète de ces conditions, deux courants se dégagent entre lesquels, en raison de l’extrême divergence qui les oppose, aucune réconciliation ne semble possible. Le matérialisme non moins rigide des conceptions du monde s'oppose au fanatisme inflexible. Ce contraste est en lui-même aussi vieux que les collines, mais il n’a été discuté dans le passé que dans les cercles étroits des érudits, illustrant ainsi les diverses doctrines de différentes écoles philosophiques, mais il est maintenant devenu la propriété commune des classes élargies. du peuple, qui ne doit allégeance qu’aux dogmes absolus du matérialisme. Le fanatisme d'affirmation s'oppose au fanatisme beaucoup plus funeste de la négation, qui abhorre la conception de Dieu dans toute forme d'immanence, et qui marque toute croyance en un Dieu détaché, extra-mondain, avec le stigmate du déni complet de la science

     

    Grâce au ciel, les armes utilisées dans le passé sont devenues moins redoutables et, malgré tout, le progrès irrésistible de la civilisation s'est imposé. Pourtant, avec une dextérité de but sans scrupule, les Torquemadas de la Foi sont également égalés par l'Arbuez de l'incroyance. Entre ces extrêmes, on observe une gamme infinie d’opinions dans lesquelles la foi et la connaissance, dans des combinaisons et des commutations sans cesse changeantes d’orthodoxes et d’hétérodoxes se mêlent dans un véritable élixir de vie.


    Au milieu de ces courants de balancement et à égale distance des deux extrêmes, une communauté d'hommes silencieux, qui compte ses membres parmi toutes les nations cultivées, a pris vie et subsiste encore; été des hommes de mérite inférieur. Sans signes distinctifs, insignes ou mots de passe de reconnaissance, même sans contact personnel, ils sont liés par une étroite camaraderie spirituelle qui les élève au-dessus de toutes les frontières politiques et religieuses et au-delà de toutes limitations laïques ou temporelles. Ils travaillent ensemble dans un accord cordial, chacun dans son domaine modeste; certains dans les arts et les sciences, d'autres dans le service public ou dans la société; ou ils aspirent à ennoblir leur propre caractère; mais tous sont engagés dans la tâche glorieuse et sacrée de l'élévation de l'homme et de la promotion du bien-être humain. Ce sont ces personnes qui croient que, sans s’attacher à une confession définitive de Foi, il suffit que la conscience de Dieu soit dans son cœur, pour mener une vie honnête et intègre et pour accomplir son devoir de façon fidèle et loyale, promouvoir les intérêts du pays ou du cercle auquel ils appartiennent. Celles-ci suffisent pour donner à la vie toute sa joie et pour créer cette tranquillité d’esprit que seule peut donner la satisfaction d’avoir fait son devoir avec honnêteté, ce qui permet à l’homme de faire face à la fin de ses jours avec la sérénité du sage et le vertueux.


    C'est ce que nous appelons le point de vue de l'humanisme pur. L’attitude que les adeptes d’une stricte exclusivité religieuse peuvent adopter à l’égard de ce principe, estimant que le salut n’est possible que par l’acceptation de leur propre credo, est un sujet qui doit rester en dehors du cadre de la présente discussion, qui est: ne concerne que le principe dans la mesure où il concerne le Judaïsme.


    (Humanisme et Judaïsme du Dr Mendel HIRSCH, p. 11-14 - à suivre)

     

    26-10-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    17-10-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Rabbin Dr. Salomon BREUER ז"ל : « Enseignement et Exhortation » pour la section hebdomadaire לך לך (extrait)
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    Rabbin Dr. Salomon BREUER ז"ל

                    (1850 – 1926)

     

    « Enseignement et Exhortation »
    pour la section hebdomadaire
    לך לך (extrait)

     

    Rav Salomon BREUER
    ז"ל a déclaré ceci entre autres paroles fondamentales :


    : [1] קדוש השם

    Chaque Juif a le devoir de sanctifier le Nom de Dieu au grand public, de défendre Sa sanctification avec toutes ses ressources et ses moyens. Il ne suffit pas du tout de le faire dans les limites étroites de l'espace domestique pour avoir rempli sa tâche Juive individuelle.

    Le devoir le plus cher et le plus sacré de chaque individu est plutôt de porter vigoureusement le drapeau de la domination de Dieu et de le relever dans la vie publique où l'opposition, la résistance et la lutte surgissent naturellement, et de lutter afin de rallier de nombreuses gens à l’amour de Dieu et à la fidélité à Sa Sainte Volonté. Cela nécessite bien sûr du courage et de la détermination, une détermination indomptable et une ferme fidélité de conviction, sachant d’avance que cela n’apporte aucunement les applaudissements de la foule. Il ne craint même pas leur calomnie et leur persécution! Celui qui est מקדש השם ברבים, celui-là est un Juif !

    Malheureusement, nous n'avons pas beaucoup de ces Juifs qui sont
    מקדש השם.

     בשתיקה Pour être Juif chez soi en silence, là où il ne faut s’attendre à aucune contradiction ou opposition, on peut au mieux décider de le faire; mais par contre dehors, en public, dans la vie sociale et communautaire, s’opposer à d'autres positions ou pour défendre sa conviction, ce ne sont malheureusement que quelques-uns qui peuvent s’y décider.

    Pour être Juif, pour remplir son dessein Juif, il ne suffit pas que notre demeure soit éclairée ou que tout au plus une pâle et faible lueur pénètre à travers la fenêtre. Etre un מקדש השם est le devoir irrécusable de tout vrai Juif!

     

    Source: Rabbiner Dr. Salomon BREUER  Belehrung und Mahnung erster Teil Genesis J. Kaufmann Verlag Frankfurt am Main 1936 S. 21-22

    Section hebdomadaire de la lecture de la Thora, la Sidrah

    Traduction en Français par nos soins



    [1] Sanctification du Nom Divin

    17-10-2018 om 22:56 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    14-10-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Rabbiner Dr. Leo BRESLAUER ז"ל : “Un indicateur Juif d’Histoire”
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    Rabbiner Dr. Leo BRESLAUER ז"ל

                         (1894-1983)

    ובקשו

     

    “Un indicateur Juif d’Histoire”

     


    Ein  jüdisch-geschichtlicher Wegweiser“ von  Leo BRESLAUER ז"ל. Frankfurt am Main  5695/1935

     

    Cette Etude Rabbinique, que nous sortons de l’oubli, a beaucoup de mérites: elle dénonce les hérésies de la Réforme et du Sionisme. Le Rabbin BRESLAUER développe magistralement le rôle historique du Klal Yisroél, en tant que « Goj Kaudosch » (Peuple Saint) et « Mamleches Kauhanim » (Royaume de Prêtres), dans le plan Divin d’instaurer le Royaume de Dieu sur terre, pour la Rédemption de l’Humanité.

     

    Pour sa réalisation, la première condition fut celle de l’ « Innouj » [1], l’impuissance totale, le manque absolu d’autonomie propre pendant l’Exil. Ce premier apprentissage en Mizraïm (Egypte antique) a été suivi de conditions de mise à l’épreuve en Terre Sainte, dont nous sommes à nouveau exilés par Décret Divin.

    L’ « Innouj » est indiqué dans les versets bibliques : Genèse 15,13 ; Exode 1,12 ; Deutéronome 8,2.

     

    Versets de l’Ecriture et Maximes Talmudiques détaillés à l’appui, le Rabbin Leo BRESLAUER décrit l’instinctivité, la cupidité et le pédantisme[2] comme obstacles à l’accomplissement du Plan Divin d’établissement de Son Royaume sur Terre, obstacles tant individuels que collectifs, tant en Exil qu’en temps d’Etatisme en Terre Sainte.

     

    Le Rabbin Leo BRESLAUER, personnalité intègre, fut un antisioniste conséquent et intégral. Lors des années d’immigration forcée d’Allemagne, il s’est installé à Washington Heights, New York. Lorsque le sionisme agoudiste se développa, malheureusement aussi dans la Communauté Adath Jeschurun, transposée par le Rabbin docteur Joseph BREUR (1882-1980) de Francfort sur-le-Main à New York, il quitta cette communauté et organisa une synagogue séparée.

     

    Il fut proche de Rav Joël TEITELBAUM זי"ע, Rabbi de Satmar et soutint Neturei Karta. Il s’installa ses derniers jours à Monsey (NY) où il fut Av-Beth-Din de la communauté « Beis Tefilloh ».

     

    Nous ne disposons pas encore de portrait de cet éminent Rabbin antisioniste.

     

     



    [1] עׅנּוּי = souffrance, tourment

    [2] Obstination, vouloir avoir raison à tout prix, (Rechthaberei)

    14-10-2018 om 23:17 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    11-10-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Humanisme et Judaïsme - préface de l'auteur
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


    Rabbiner Dr. Mendel HIRSCH

                  (1833 – 1900)

    Humanisme et Judaïsme

     

    Par Dr. MENDEL HIRSCH Directeur des écoles communautaires religieuses israélites, Frankfort-on-Main.

    Traduit par J. GILBERT Bedlock 1928


    Préface du traducteur

    La première traduction anglaise de l'un des essais les plus intéressants du regretté Dr. Mendel HIRSCH est dédiée, en guise de petit témoignage d'affection éternelle, à la mémoire de l’éminent auteur. Comme son père, le Rabbin Samson Raphael HIRSCH a brillamment présenté le Judaïsme traditionnel de façon intellectuelle et classique, en harmonie avec la culture et la science modernes, et avec une défense intrépide et sans compromis de toutes ses institutions et ordonnances, il devait se préparer à l’opposition de divers milieux.

    Une branche du Judaïsme a décrié d'«obscurantistes orthodoxes» des opposants aussi redoutables que HIRSCH et ses disciples. D'autre part, les anciens Talmudistes et les défenseurs de l'exclusivité Juive, dans leur opposition fanatique à la modernisation telle qu’elle soit, ont vu en SR HIRSCH et ses disciples des réformateurs déguisés! Il ne fut certainement pas facile de se débarrasser de ces attaques de tirs croisés dont ils devinrent la cible constante.

    Mendel HIRSCH qui, en 1877, succéda à son père en tant que directeur des écoles fondées par lui sous le slogan désormais célèbre mais pas généralement apprécié: "Yofeh Talmud Torah im Derech-Eretz" (Belle est l'étude de la Torah en combinaison avec activités temporels - civiles, sociales et commerciales), s’est donné pour tâche de donner à ses élèves la hauteur de cet idéal. Dans sa noble entreprise, il était entièrement guidé par les méthodes pédagogiques de son père. Sa manière d'exprimer l'esprit des devoirs spécifiquement Juifs et de démontrer la beauté et les mérites intrinsèques des nombreux enseignements symboliques était très fascinante. Mais, comme son père, dont il a constamment parlé dans l'Exégèse Biblique, il l'a constamment mentionné, non seulement dans ses conférences, mais aussi dans ses commentaires frappants sur les «Haftoroth», les «Douze prophètes», etc. Il n'a jamais négligé de souligner le devoir de l'homme envers l'homme, et l'amour, et le respect total du bien-être de tous les êtres humains, sans distinction de race ou de croyance. Un accent particulier a toujours été mis sur le devoir du Juif envers les non-Juifs; et l'importance de l'amour universel, de la justice et de l'intégrité dans toutes les activités sociales, commerciales ou autres, a été montrée comme l'expression du cœur et de l’essence même du Judaïsme.

    Comme son père, Mendel HIRSCH était généralement très attaché à ses élèves et, même après la fin de leurs études, avait toujours s’empressait de rester en contact avec eux le plus possible. À cette fin, les associations «Mekor-Hayim» et «Ben Usiel» ont été formées. Lors de ses réunions, ses conférences sur divers sujets lui ont permis de poursuivre la formation de ses «fils et filles» en tant que citoyens utiles de leur ville et pays donnant un crédit au Judaïsme.

     Généreux et infatigable dans toutes ses entreprises, il ne tolérerait aucune indifférence bornée en matière de prospérité commune, ni aucune indifférence vis-à-vis d’importants mouvements sociaux et politiques. En tant que contributeur régulier au magazine mensuel “Jeschurun”, il a écrit plusieurs essais très intéressants sur divers sujets. L'un de ses articles politiques les plus marquants est paru dans le numéro 11 du numéro 5619 (1859), intitulé "Villafranca et Kremsier, une contribution à l'histoire contemporaine Juive". Il y exposait la politique autrichienne de «petits bouts de papier» avec une telle véhémence, que l’on ne peut s'empêcher d'admirer le courage de ce jeune instituteur Juif qui a osé, il y a 69 ans, dans un magazine Juif, accuser le gouvernement autrichien d'avoir délibérément rompu les promesses données aux Juifs moraves en 1848 !!!

    Le traité sur « Das reine menschentum im Lichte des Judentums » a sans doute été provoqué par les délires de ce renouveau atavique de la haine des Juifs du Moyen-âge qui a commencé à la fin du XIXe siècle sous le nom quasi scientifique «Antisémitisme ». Ce traité devait naturellement être écrit et soigneusement, comme le grand "chancelier de fer" de ces jours avait permis à son fils de le proclamer “Le père spirituel de l’antisémitisme” et de clore les réunions d’étudiants antisémites avec “Hochs” pour Bismarck! Quoi que ce puissant politicien ait jugé opportun de déclarer à d'autres occasions, aucun aumônier de la cour Stoecker ou Ahltwardt n'aurait osé dénoncer les Juifs comme un danger pour le pays, aucun député sacerdotal n'aurait pu recommander à la Diète bavaroise de promulguer la simple loi : «Très 'Handelsjude' doit être tué ou pendu», si l'agitation n'avait pas été favorisée par le gouvernement allemand. Et le mouvement avec ses terribles «pogroms», «accusations de sang», etc. s'est étendu à l'Autriche, à la Hongrie, à la Roumanie, à la Russie et à la France, où l’«Affaire Dreyfus» a stupéfié et terrorisé la population Juive pendant plusieurs années. Même les États-Unis ont été tellement affectés que des sociétés spéciales de lutte contre la diffamation ont dû être créées.

    L’idéalisme de Hirsch ne l’emporte pas directement dans le camp des «Chovéve Sion» ou du mouvement sioniste, mais en tant que véritable citoyen juif, il tient à ce traité d’ajouter, même modestement, une pierre aux barricades de la raison et de la vérité qui seul se tenait entre la Communauté Juive et les fanatiques de l'antisémitisme

     La traduction littérale dans une autre langue est toujours difficile; et avec la concision particulière du style et l’expression énergique d’un auteur dont la pensée n’était pas de l’ordre ordinaire, les difficultés étaient très grandes. Sans l'aide précieuse et aimable d'un savant hébreu et théologique éminent et d'un érudit anglais, en tant que Rabbin, Professeur Hermann GOLLANCZ, M.A., D.Lit., et de l’aide de mon très serviable  et généreux ami, S. GILBERT, B.A. ex-président de la Première Loge d'Angleterre du «I.O.B.B.» - dont je profite avec plaisir de l’occasion pour exprimer mes sincères remerciements pour leurs services infatigables - cette traduction n'aurait jamais vu le jour. Néanmoins, je ne peux pas m'empêcher de solliciter l'indulgence du lecteur pour toute imperfection qui aurait peut-être encore échappé à l'attention.

    « Humanisme et Judaïsme » du Dr Mendel HIRSCH, pp.5-10 - à suivre)

    11-10-2018 om 11:27 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    04-10-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Communiqué : intervention policière au Centre Zahra
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

     

    Nous exprimons notre solidarité avec le Centre Zahra et vous présentons l’information suivante:

     

    Communiqué : intervention policière au Centre Zahra

     2 octobre 2018

     Depuis 06h00 ce matin, un vaste dispositif policier a été déployé dans la ville de Grande-Synthe (département du Nord) dans le cadre d’une opération antiterroriste visant non seulement les locaux de notre Centre Zahra France, mais également ceux du Parti Anti Sioniste.

     Plus de 200 policiers (dont notamment ceux de la Brigade de recherche et d’intervention, l‘antigang) ont mené des perquisitions au siège de notre association ainsi qu’à nos domiciles.

     Selon la préfecture de police du Nord, nos activités seraient «particulièrement suivies en raison du soutien marqué par les dirigeants à plusieurs organisations terroristes et en faveur de mouvements prônant des idées contraires aux valeurs de la République».

     Selon eux, notre centre « serait un des principaux vecteurs de diffusion de l’Islam radical chiite à l’échelle européenne ».

     Pour notre part, nous souhaiterions avoir un peu plus de précisions sur la nature des accusations qui sont portées contre nous, ainsi que sur les inepties déversées sur notre compte.

     Pourrions-nous savoir de quelles « organisations terroristes » s’agit-il ?

     Quelles sont les valeurs que nous prônons qui seraient donc « contraires à celles de la république » ? 

    Nous tenons à préciser que le Centre Zahra France et le Parti Anti Sioniste ont toujours œuvré dans la transparence la plus totale. Toutes nos actions, nos déclarations ainsi que ce que nous dénonçons, figurent sur nos sites internet et nos plateformes de diffusion.

     « Notre maison est de verre » et nous n’avons rien à cacher.

     Il va de soi que ce qui nous est reproché est notre combat incessant contre le sionisme et le wahhabisme, ainsi que notre dénonciation permanente de leurs méfaits et desseins maléfiques, comme notamment le projet NEOM.

     Pour preuve, il est étonnant de constater que le premier média à avoir diffusé cette information, quelques minutes à peine avant l’intervention policière, soit la chaine israélienne I24.

     Il va sans dire que derrière cette opération se cache la main du sionisme, qui semble avoir exigé des autorités françaises d’agir contre notre association, dont tout le monde sait pourtant qu’elle est notoirement innocente des accusations portées à son encontre.

     Le Centre Zahra France et le Parti Anti Sioniste condamnent avec la plus grande vigueur cette opération honteuse visant à le discréditer aux yeux de l’opinion publique ainsi qu’à tenter d’intimider ses membres et sympathisants.

     Ayant la conscience tranquille, car en totale conformité avec les lois de notre pays, nous accueillons donc cette situation avec la sérénité de ceux qui n’ont rien à se reprocher et restons fermes sur nos positions et principes, quelles que soient les manigances sionistes.

     

     

     

    PRESS TV du 2 octobre écrit ceci :

     

    La France accuse l’Iran! / Un nouveau scénario français contre l’Iran

     

    Des forces de l’ordre françaises devant le bâtiment du Centre Zahra France, le 2 octobre 2018. ©AFP Le scénario a quelque chose de hollywoodien : quelque 200 policiers mobilisés pour une « opération antiterroriste » débarquent dans les locaux de l’association chiite Centre Zahra, que les autorités françaises disent soupçonner de liens avec « les terroristes ». Ces mêmes autorités prétendent avoir saisi des armes dans les locaux de l’association qu’animent, au demeurant, des personnalités au parcours bien connu. Dans la foulée, les responsables français accusent un diplomate iranien, arrêté en juin en pleine visite de Rohani en Europe, d’implication dans une « tentative d’attentat » contre une milice armée, les Moujaheddines du peuple, que la France, berceau des droits de l’homme, abrite depuis quatre décennies sur son sol sans honte ni remord, lui offrant qui plus est de quoi appeler à la guérilla armée en Iran dans une tentative qui n’a rien moins de celle d’une « syrisation » de l’Iran. Dans les heures suivant le raid anti-chiite et anti-iranien de ce mardi en plein territoire français, la Macronie annonce le gel pour une durée de six mois des comptes du ministère iranien des Renseignements. Ahwaz : ce qu’exige l’Iran à l’Europe La diplomatie iranienne a convoqué les représentants des pays qui abritent les terroristes d’A-Ahwaziya. Mais à quoi joue la France ?  Primo, le coup anti-iranien de ce mardi a aussi visé le ministère iranien des Renseignements à peine 48 heures après une frappe balistique parfaitement réussie des unités aérospatiales du CGRI contre Daech en Syrie et ce, en représailles à l’attentat terroriste qui a frappé la ville iranienne d’Ahwaz et fait 25 morts. Il faut bien croire que cette frappe qui a pulvérisé le QG de Daech à Hajine dans la nuit de dimanche à lundi n’aurait jamais pu avoir lieu sans le soutien direct du renseignement iranien. Que la France accuse donc ce renseignement de soutien au terrorisme, cela veut dire que le terrorisme vient de connaître un profond et soudain changement de paradigme en France et que Daech ne représente plus une organisation terroriste aux yeux des responsables français. À partir de ce mardi, le « terroriste » est en France celui qui se bat contre l’idéologie takfiriste, cette même idéologie qui a nourri les auteurs des attentats contre Charlie Hebdo, au Bataclan et à Nice, entre autres, et que les amis saoudiens et émiratis de M. Macron cultivent à souhait. La France vise le Renseignement iranien Sous de fausses accusations, la France entend geler les avoirs du ministère iranien des Renseignements et de deux individus iraniens. De ce dangereux changement de paradigme, personne n’est dupe, et surtout pas les Français : en organisant un coup de filet spectacle comme celui d’aujourd’hui au Centre Zahra, en arrêtant puis en diabolisant avec le renfort des médias les très minoritaires chiites français qui en cette période de Muharram commémorent leur imam Hussein plutôt que de s’adonner à toute autre activité, l’Élysée ne peut se racheter aux yeux de l’opinion française. Celle-ci est bien loin d’être convaincue par la version officielle des attentats terroristes takfiristes qui ont visé la France depuis 2012. Ces attentats, c’est Daech qui les a commis, Daech contre qui se bat l’armée syrienne aidée par ses alliés chiites irakiens et libanais.  Des analystes ne peuvent s’empêcher de voir planer sur le nouveau scénario anti-iranien de la France l’ombre maléfique des amis israéliens de l’Élysée. Après tout, c’était bien en synergie avec Israël que la France, tout comme la Grande-Bretagne, s’est attelée le 17 septembre à provoquer le crash d’un Il-20 russe au-dessus de Lattaquié. La France vient d’accoucher de son affaire Skripal avec cette fois dans le rôle de l’ennemi russe, « le régime iranien ».

    Hadassah BORREMAN

    C’est un coup infâme de la part de Macron et ses services terreur français contre le Centre Zahra et à travers celui-ci la RII, mais cela va se retourner contre lui et ses subalternes. « La France », non le peuple français, se trahit ; leur collaboration avec les terroristes sont dévoilées ! Le Centre Zahra et le P.AS. font partie des rares sources d’informations en Europe qui osent aller contre les mensonges et contre le sionisme et le wahhabi-takfirisme, des idéologies destructrices de l’humanité !

    https://www.presstv.com/DetailFr/2018/10/02/575856/La-France-accuse-lIran-

     

    Autres liens sur le sujet :

    ·        https://fr.sputniknews.com/france/201810021038337957-france-israel-iran-france-operation-antiterroriste-grande-synthe/

    ·        http://french.almanar.com.lb/1065044

     

     

    04-10-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    28-09-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.לַכֹּל זְמָן
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    בס"ד

    לַכֹּל זְמָן, וְעֵת לַכֹּל חֵפֶץ תַּחַת הַשָּׁמָיִם

    Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux

    קהלת פרק ג   Il y a un temps pour tout : un temps pour naître, et un temps pour mourir, un temps pour planter, et un temps pour déraciner, un temps pour détruire, et un temps pour construire, un temps pour se taire et un temps pour parler…. Un temps pour la guerre et un temps pour la paix. Tout le monde connait ces versets de la תורה.

    De plus en plus de personnes, Juives comme non-Juives se plaignent des conséquences sortant tout droit de l’idéologie sioniste telles que l’occupation sioniste de la Palestine avec les crimes qui l’accompagnent et la souffrance des peuples qui y vivent, l’ingérence du régime sioniste dans les affaires des Etats dans le monde, et cette insolence de parler au nom des Juifs.

    Ce proverbe ci-dessus s’applique aussi pour le sionisme. Cette maudite idéologie est née fin du 19ème siècle, elle est un accident de l’Histoire de l’Humanité, et elle est vouée à disparaître, le plus tôt c’est le mieux. Pour pouvoir combattre le sionisme, il faut comprendre comment il fonctionne, et comment, si nous ne sommes pas avertis et pas vigilants, nous pouvons être atteints de ce virus. 

    Comme autrefois, le sionisme se sert du mensonge, de la falsification de la Thora et des faits historiques, de la tromperie, de la propagande … et aussi de notre ignorance et notre infidélité à השי"ת et Sa תורה.

    Le sionisme, à l’instar du Satan, ne vient pas à nous avec des grossièretés ; il vient vers le Croyant d’une façon doucereuse pour le faire douter de ce que השי"ת nous a commandés et promis. Je veux prendre comme exemple un sujet qui devient de plus en plus grave à cause de la perte de nombreuses נשמות Juives ne luttant pas comme il se devrait. Je parle de nos jeunes gens Juifs orthodoxes qui étudient en ישיבות וכוללים… qui se font amadoués ou carrément emmenés de force afin qu’ils s’enrôlent dans l’armée sioniste.

    Malgré les protestations de Juifs orthodoxes dans le monde, les sionistes continuent leur plan expansionniste, chassant les habitants natifs pour y installer des colons ; ils appellent aussi dans leur hérésie des braves Juifs principalement d’Europe à « go home », alors que ceux-ci sont bien plus en sécurité en France ou en Belgique ou ailleurs que dans leur « Israhell ».

    Voici un link (en Anglais) qui permet de voir les actions et manifestations qui sont menées par les Juifs orthodoxes à Washington dénonçant les crimes dans l’entité sioniste et demandant au régime sioniste de ne pas obliger les Juifs pieux à aller dans l’armée. http://www.bloggen.be/jesjoeroen/archief.php?ID=2968849

    D’autres protestations ont déjà eu lieu aussi en Europe. Les premières datent depuis la création de l’entité sioniste. Voir photos en annexe (Bijlagen en bas de ce document).

     

    Pour manifester notre oppositions, nous le faisons de différentes manières ; les uns manifestent, d’autres écrivent ou donnent des interviews.  

     

    Ici deux documentaires sur l’antisionisme en Europe :

             En Français : Dépassez la ligne rouge http://www.presstv.ir/DetailFr/2017/01/28/508058/Dpasser-la-Ligne-rouge

             En Anglais : Crossing the Red Line https://www.youtube.com/watch?v=cBiTNHtFBBY

     
    Le danger qu’encourent nos âmes et nos corps sous occupation sioniste devrait être une raison suffisante pour s’enfuir de cette entité sioniste illégale, tant au point de vue de la Thora qu’au regard du Droit International. Nous appelons nos frères et sœurs Juifs d’accepter de prendre le bâton du Juif en Exil, à se purifier pour mériter, quand le moment sera venu, de retourner sur notre Terre, qui pour le moment n’est que Promise.

    Pour aider nos frères et sœurs qui sont pris en otage dans l’entité sioniste, véritables « prisonniers de Sion », nous sommes d’avis qu’une action de sauvetage, une sorte de « עזרה לפליטים », devrait organisée par les Rabbins qui s’y sentent appelés.

    Le sionisme s’attaque aussi aux non-Juifs en Palestine et ailleurs dans le monde. Encore tout récemment nous avons pu observer comment des groupuscules ultra-sionistes, tel le FJO, font pression sur les autorités de la ville pour tenter de faire interdire des manifestations pro-palestiniennes et du BDS. Un jeune marié originaire de Gaza se fait condamner par le tribunal d’Anvers à 6 mois de prison avec sursis et amende pour avoir exprimer son amertume et sa colère sur les sionistes qui avaient bombardé ce jour-là la maison de ses parents !!! C’est scandaleux, il faut que ça cesse ! Bien sûr que l’on ne va pas laisser passer ça, …chaque chose en son temps !

    Nous implorons le Tout-Puissant, le Maître des combats de venir en aide et de faire Justice aux opprimés.

    28-09-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    23-09-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.JOYEUSE FÊTE DES CABANNES - SOUKOSS!

     FÊTES DES CABANES
     

    סוכות

    23-09-2018 om 14:04 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    16-09-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.MYZ: Les trois questions qui furent posées à Hillel
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


     A l’approche de Yom Kippour, nous vous proposons un exposé rabbinique de haute qualité du savant talmudique Reb Moshe Yéhouda ZILBERSTEIN שליט"א. 

     

     

    Les trois questions qui furent posées à Hillel


     

     La גמרא[1] nous raconte l'histoire remarquable de deux hommes qui parièrent une très large somme d'argent qui reviendrait à celui d'entre eux deux qui parviendrait à mettre en colère הלל הזקן ז״ל (Hillel l'Ancien, de mémoire bénie). הלל était connu pour son extraordinaire patience, et les deux hommes se lancèrent dans une compétition pour voir lequel parviendrait à lui faire perdre son calme.

     

    L'un d'eux se rendit chez הלל un Vendredi, alors que הלל prenait son bain pour se préparer au שבת. De l'extérieur, il appela הלל, qui s'empressa de s'envelopper dans une tunique et alla ouvrir la porte. L'homme dit à הלל qu'il avait une question à lui poser : « Pourquoi les têtes des Babyloniens sont-elles rondes ? ».

     

    הלל répondit : « Tu as posé une excellente question ! », et il lui expliqua que les sages-femmes en Babylonie étaient ineptes, et que leur incompétence lorsqu'elles aidaient une femme qui accouchait était la cause de ces têtes à la forme étrange.

     

    הלל retourna dans son bain, et le même homme frappa à nouveau à la porte. Cette fois, il demanda à הלל pourquoi les habitants de Tarnoud avaient une vue pitoyable. Là encore, הלל complimenta l'homme pour son « excellente question », et lui expliqua que ces gens vivaient « dans des régions sableuses », ce qui affectait leurs yeux. L'homme frappa une troisième fois à la porte pour demander à הלל pourquoi les Africains avaient de gros pieds. הלל répondit que ces gens vivaient près des eaux, et cela rendaient larges leurs pieds.

     

    À première vue, cette histoire est racontée simplement pour démontrer la patience et l'humilité sans limite de הלל, qui répondit calmement et respectueusement aux questions ridicules qui lui étaient posées, alors qu'il se dépêchait de terminer ses préparations du שבת le Vendredi après-midi. Rien que cela suffirait à être inspirant et instructif, plus particulièrement en cette période des עשרת ימי תשובה (dix jours de repentance). Mais en y regardant de plus près, ces trois questions sont profondes, et les réponses données par הלל sont d'une grande pertinence pour cette période cruciale de l'année.

     

    Lorsque la גמרא raconte que cette histoire s'est déroulée à ערב שבת, ce pourrait très bien vouloir dire qu'elle a eu lieu la veille du grand שבת, c'est-à-dire יום כיפור, que la תורה appelle שבת שבתון. Dans les dernières heures avant הלל, יום כיפור « prenait son bain », c'est-à-dire qu'il s'adonnait au processus de purification qui doit nous occuper toute la journée durant ce temps. Et c'est en ayant cela à l'esprit, c'est-à-dire ses préparations intensives de יום כיפור, que הלל répondit aux questions de cet homme.

     

    La première question se rapportait aux « têtes rondes » des Babyloniens. Ailleurs[2], la גמרא décrit les Babyloniens comme des gens « insensés », parce qu'ils mangeaient « du pain avec du pain ». Cela a été expliqué comme voulant dire que les Babyloniens menaient leurs vies comme un cycle interminable de travail et de consommation. (Comme dans notre génération, où les gens ne pensent qu'à travailler, amasser de l'argent, et consommer.) Ils travaillaient pour manger, et mangeaient pour travailler ; ils travaillaient pour gagner de la פרנסה qu'ils utilisaient pour manger afin d'avoir l'énergie de travailler le lendemain. Leurs vies étaient « rondes », tournant incessamment dans ce cycle, sans but, objectif ou signification. הלל expliqua que c'est le résultat des « sages-femmes » incompétentes. Or, nous savons que « sage-femme » est un euphémisme régulièrement employé par חז״ל pour désigner ceux qui sont censés guider et œuvrer au développement du peuple, tout comme une sage-femme guide un bébé hors du ventre. Les רבנים ont échoué dans leur responsabilité de guider et inspirer le peuple à trouver un sens plus élevé à leurs vies, et c'est ainsi que les gens se sont retrouvés coincés dans une course de rats incessante, sans se pauser afin de contempler et réfléchir sur le but de tout cela.

     

    Les habitants de Tarnoud sont décrits ailleurs[3], dans la גמרא, comme une société immorale et hédoniste, et la question fut donc posée quant aux raisons pour lesquelles leur « vue », c'est-à-dire leur perception de la vie, était si « pitoyable ». Ils considéraient la vie comme n'étant rien d'autre qu'une opportunité de s'adonner aux plaisirs, et c'est ce à quoi ils passaient leur temps. הלל expliqua que c'est parce qu'ils vivaient dans le חול (« sable »), un terme qui signifie également « profane » ou « jour de la semaine ». Ces gens n'avaient pas l'avantage du שבת, qui refocalise notre attention sur השם ית׳ et la spiritualité, nous rappelant que la vie est bien plus que les plaisirs et la complaisance. Celui qui ne vit que dans le חול, sans expérimenter le plaisir spirituel du שבת, a une perspective pitoyable de la vie, pensant que la satisfaction ne peut être atteinte que par des plaisirs matériels, physiques ou charnels.

     

    Enfin, הלל traita de la question des « gros pieds » des Africains. Les « gros pieds » sont un euphémisme employé par חז״ל pour désigner la richesse. Ailleurs, חז״ל font effectivement remarquer que les « pieds » sont le symbole des possessions matérielles d'un individu, puisqu'ils lui permettent de « tenir debout », c'est-à-dire pourvoir à ses besoins. Les Africains avaient de « larges pieds » parce que, comme l'expliqua הלל, ils vivaient près de « l'eau », qui est un euphémisme bien connue pour désigner la תורה. Le secret de la réussite matérielle est de s'adonner régulièrement et assidûment au לימוד תורה, comme nous l'apprenons de la célèbre משנה de [4]אבות, où il est dit : אם אין קמח אין תורה, אם אין תורה אין קמח « S'il n'y a pas de farine, il n'y a pas de Tôroh ; s'il n'y a pas de Tôroh, il n'y a pas de farine ! ». Évidemment, nous devons travailler pour gagner notre vie (d'où le fait que la משנה commence par dire אם אין קמח אין תורה « S'il n'y a pas de farine, il n'y a pas de Tôroh ! » Si l'on n'a rien à manger, on ne pourra pas étudier sereinement et librement la תורה), mais la clef de la réussite réside dans le temps consacré chaque jour au לימוד תורה (c'est pour cela que אם אין תורה אין קמח « s'il n'y a pas de Tôroh, il n'y a pas de farine »).

     

    C'est à tout cela que nous devrions réfléchir pendant que nous prendrons nos « bains » et tenterons de nous purifier en préparation de יום כיפור. Alors que nous réfléchissons et faisons un compte rendu de nos vies, nous devons nous demander si nous vivons pour un but supérieur, si nos priorités sont bien ordonnées, et si nous mettons suffisamment de temps de côté, chaque jour, pour le לימוד תורה. À travers cette הלל, גמרא nous enseigne que beaucoup d'entre nous gâchent leurs vies, les passant à courir derrière la richesse et les plaisirs, sans prendre le temps de penser à un objectif plus élevé et significatif.

     

    Maintenant, durant cette période des עשרת ימי תשובה, avant יום כיפור, c'est là que nous avons besoin de nous arrêter pour réfléchir sur ce que devraient être nos objectifs, et quels sont les changements que nous devrions consentir à faire pour les atteindre

     

    http://judaismevssionisme.blogspot.be/.



    [1]    שבת דף יח, עמוד א

    [2]    ביצה דף טז, עמוד א

    [3]    יבמות דף טז, עמוד ב

    [4]    פּרק ג, משנה יז

    16-09-2018 om 09:53 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    12-09-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Le Jour de Jeûne en souvenir de G'DALIO
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


    Enseignement du Grand Rabbin Samson Raphael HIRSCH


     

    Le jour de Jeûne en souvenir de Guedalio


     

    Du temps de l’occupation babylonienne de la Terre Sainte, sous le règne de l’empereur Nabuchodonosor, G’dalio fut désigné comme gouverneur sur le reste des Juifs qui n’avaient pas été emmenés en Exil.


    Conformément à la Volonté Divine, exprimée par la voix du Prophète Jérémie, G’dalio fut un gouverneur loyal. Il accompli à la lettre et dans l’esprit judicieusement les règles de conduite requise en Exil (Prophète Jérémie Chapitre 29). Ceci déplut profondément à un nommé Ychmoél ben N’sanio, de mémoire maudite, qui assassina le Juste G’dalio. Selon celui qui jalousait G’dalio, les Juifs devraient être insoumis et quitter la Terre Sainte pour l’Egypte plutôt que de se soumettre aux Chaldéens. Mal leur a prit ! Nabuchodosor se mit en colère, et extermina ceux qui n’avaient pas apprécié le traitement doux imposé jusqu' alors.


    La faute commise n’est pas seulement une rivalité de pouvoir (Yishmoel  ben N’sanio, bien que descendant de la dynastie de David, était malheureusement idolâtre). La colère Divine frappa tous ceux qui étaient contaminés par l’esprit de rébellion contre la Volonté Divine, et de là, voués à la destruction. (Consulter: Prophète Jérémie, chapitres 38 à 44)    

     

    Ce jeûne est observé traditionnellement le 3 Tichri, c'est-à-dire le jour qui suit la Fête de la Nouvelle Année Juive.

     

    Le but est une mise en garde:


    1)       envers l’illusion que Yisroel en Exil devrait obtenir son Indépendance, comme si pendant sa pérégrination dans le Désert des Temps il ne devrait compter que sur soi, se détachant de la chaîne de souffrances qui le maintient.


    2)       Le peuple d’Ysroél a été mis en garde pour la durée des siècles « Soyez loyaux envers les pays qui vous a accueilli et les nobles qui vous protègent ! C’est Dieu qui vous conduit partout et est partout avec vous. Aussi dans cette grande pérégrination du Désert, Il vous devance invisible, vous indique où vous devez résider, d’où vous devez partir. Remettez vous entièrement à Lui et montrer ce dévouement par la fidélité aux nobles qui vous protègent et aux pays, dans une obéissance parfaite, même envers vos persécuteurs. Faisant ainsi, Dieu mettra la douceur dans leur cœurs et aussi vos souffrances diminueront avec le temps.-»

     

    Ces enseignements de notre Maître le Grand Rabbin Samson Raphael HIRSCH (1808 – 1888) de mémoire bénie, dans son ouvrage « Chauréw » (voir le texte allemand dans notre Blog multilingue) sont une condamnation avant la lettre sans équivoque du péché grave qu’est le sionisme.

     

    Le Jeûne de Gdaljoh ne doit pas être une tradition routinière mais faire prendre à cœur et conscience l’enseignement, la mise en garde du jour.


    12-09-2018 om 09:19 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    07-09-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Prière de Moussaf de la Fête de Nouvelle Année (Extrait)- Rappel 5778
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

    בס"ד

    מוסף ליום א' של ראש השנה

     

     
    Prière de Moussaf de Rosh haShonoh (Extrait)

     

    Et nous voulons raconter la forte sainteté de ce jour, car il est terrible et redoutable. En ce jour, Ta royauté est élevée (à travers les prières des enfants de Yisroel). Et Ton Trône sera établi (avec la bonté que D’ fait pour Ses créatures) et Tu t’y assoies avec vérité.

    C’est vrai, Toi, Tu es le Juge et Tu réprimandes (nous devons nous repentir), et Toi, Tu sais (tout) et Tu es un témoignage, Tu écris et Tu signes. Tu Te rappelle tout ce qui est déjà oublié, et Tu ouvres le céleste Livre des souvenirs (où sont inscrits les actes des Justes et des méchants et des moyens, ceux qui sont entre les deux) qui se lit de lui-même et où s’y trouve la propre signature de chaque homme. Il sera sonné du grand Shofar et la voix du Saint-béni-soit-il sera entendue dans le silence, et les anges tremblent et une frayeur et un tremblement (devant D’) s’emparent d’eux. Ils disent : Voici le jour du Jugement (peut-être est-ce aujourd’hui le grand jour de Jugement qui aura lieu dans l’Avenir) pour juger avec le Din (jugement- loi - droit) les anges du ciel, car par le Din, ils (les hommes) ne peuvent pas être méritants auprès de Toi (même les anges ne peuvent pas être justifiés quand D’ les juge avec le Din). Toutes les créatures du monde passent devant Toi, comme des moutons qui seront comptés un par un, tel un berger qui vérifie son troupeau. Il passe son troupeau sous la houlette, ainsi Toi, Tu opères, et Tu comptes et Tu Te souviens pour juger toutes les créatures et Tu fixes les besoins pour toutes les créatures et Tu écris leur verdict.

     Le jour de Rosh haShonoh on écrit, et le jour de Yom Kippour on signe :

    ·         Combien devront quitter ce monde

    ·         Combien doivent être créé

    ·         Qui restera en vie

    ·         Et qui mourra (dans cette année)

    ·         Qui mourra en son temps

    ·         Et qui mourra avant son temps (à cause de ses péchés, il devra mourir avant le temps qui lui était fixé)

    ·         Qui par l’eau ( qui va être condamné à mourir par l’eau)

    ·         Et qui par le feu

    ·         Qui par l’épée

    ·         Et qui par une bête sauvage

    ·         Qui par la faim

    ·         Et qui par la soif

    ·         Qui par une tempête

    ·         Et qui par une épidémie

    ·         Qui sera étranglé

    ·         Et qui sera lapidé

    ·         Qui pourra rester habiter confortablement sur place

    ·         Et qui devra errer

    ·         Qui vivra tranquille

    ·         Et qui vivra en étant dérangé

    ·         Qui vivra heureux

    ·         Et qui devra se tourmenter

    ·         Qui s’appauvrira

    ·         Et qui s’enrichira

    ·         Qui sera rabaissé

    ·         Et qui sera élevé

     

    ותשובה ותפלה וצדקה

    מעבירין את רוע הגזרה

    La repentance, la prière et la bienfaisance enlèvent le mal de ce décret.

     

    Car comme Ton Nom indique l’indulgence ainsi est Ta louange que Tu es Miséricordieux et compatissant. Il est difficile de Te mettre en colère et il est facile de T’apaiser, car Tu ne veux pas la mort du méchant, il doit seulement se détourner de ses mauvaises voies et rester en vie. Jusqu’au jour de sa mort, Tu l’attends qu’il se repente. S’il se repend, Tu l’acceptes immédiatement.

    C’est vrai, Tu es leur Créateur et Tu connais leur mauvais penchant, car ils sont chair et sang. L’homme est formé de poussière et à sa fin il redeviendra poussière (dans sa tombe).  Il gagne son pain en travaillant dur, il est comparable à un tesson cassé, à l’herbe desséchée, à un bourgeon qui se flétrit, et il est comme une ombre qui passe, comme un nuage qui s’en va, et comme le vent qui souffle et comme la poussière qui vole et comme un rêve qui s’envole.

     

    ואתה הוא מלך אל חי וקים

    Mais Toi, maître du monde, Tu es Roi, D’ Vivant et Eternel.

     ...

    Traduit par Hadassah

    Le Collectif de Yechouroun-Judaïsme contre sionisme souhaite à ses lecteurs

    une bonne et douce année תשע"ט  (5779)

    07-09-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (2)
    05-09-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Samson Raphel Hirsch: La double mission des Juifs dans le monde
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

    Samson Raphael Hirsch

           (1808-1888)

     


    « Peuple dispersé et séparé, Yisroel a une double mission à accomplir dans le monde »:

     

    …Qui peut voir ce עם מפוזר ומפורד  ,sans être rappelé à l’histoire de leur passé, à la signification de leur présent et à la promesse de leur avenir ! Mais qui peut considérer ce phénomène historique, tout à fait unique, sans en même temps et surtout être diriger vers l’Unique, קורא הדורות מראש,  qui envoya et envoie ce peuple unique et éternel parmi les rangs des générations éphémères des peuples, afin qu’il proclame son Nom, pour qu’il oriente des dirigeants et des peuples vers l’Unique; qui seul déploie sa main dans les espaces célestes et parle: « חי אנכי לעולם ! » , « Moi seul suis l’Eternel vivant à tout jamais » et qui non seulement dispose les sphères célestes et les phases de développement des germes de plantes et d’animaux, mais aussi les développements successifs de l’humanité, car c’est à Lui qu’appartiennent les cours des temps שחו גבעות עולם הליכות עולם לו! (Habakouk Ch.3, verset 6).


    Ce  עם מפוזר ומפורד , ce peuple dispersé et séparé, est quand même le seul qui, dès le début, entra sur la scène de l’histoire avec la conscience que partout où il vint, il remit son accréditif du Maître des temps et des peuples, dont l’histoire est d’ores et déjà consignée dans les archives des Etats, dans tous les palais des rois, dans toutes les maisons et demeures des hommes. Ses ennemis contribuent eux-mêmes à décerner le diplôme de sa noblesse, le certificat de sa noblesse, de porter le legs de ses aïeux, l’histoire de son passé, la promesse de son avenir, la transfiguration de sa mission, jusque dans les forêts des Hurons et les tentes de cerfs des Lapons. – Lorsqu’Il posa la première pierre de sa mission et implanta à son ancêtre la force vindicative du monde de sa mission, son Dieu l’appela « Dieu est Maître »; « Yisroel » . Il le nomma de même « Yisroel » : « Dieu sème la semence » car Il le dissémina parmi les peuples et dit  וזרעתיה לי בארץ, « Je me le plante pour Moi dans la terre » (Osée Ch.2, verset 25).


    Mais il n’a pas seulement à apporter et diffuser une semence de connaissance de Dieu: semer partout une connaissance de la profession humaine, du devoir et de la destinée humaine est aussi le but premier de sa mission.

     

    In :  « La description ethnographique des Juifs  par Haman / La voix de Jakov et l’épée d’Esaü » (« Gesammelte Schriften » Vol.3 édition allemande de 1921 – lire la reproduction intégrale de l’exposé du Rabbin Samson Raphael Hirsch dans « Jeschurun, Judentum gegen Zionismus ».

     

    Le Judaïsme authentique et le Sionisme sont et restent incompatibles !


    05-09-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    04-09-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.SAGESSE TALMUDIQUE
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


    Sagesse Talmudique


     


    A CAUSE DES PÉCHÉS des Juifs, les non-Juifs sont punis également ; Rabbi Yoshia enseigne : Si les peuples savaient qu’ils se font punir à cause des Juifs, ils placeraient deux gardiens auprès de chaque Juif pour qu’il ne transgresse pas la Torah. Non seulement, ils  ne font pas ainsi, au contraire, ils font pire : ils empêchent les Juifs de s’occuper de la Torah et d’accomplir les commandements. Si les Juifs transgressent la Thora, le monde entier se fait punir, par contre s’ils La gardent, le monde entier est béni grâce à eux. – (Midrache Tan’houma, Be’houkhossai 135)


     


    Ces paroles sages ont été prononcées à l’époque des persécutions de la Rome impériale. Qui, de nos jours, gêne les Juifs à accomplir pleinement leur devoir ? Ce sont les Sionistes et leurs acolytes, que ceux-ci soient de naissance juive ou non, et ceux qui les soutiennent.

    04-09-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (1)
    02-09-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.TORAH CONTRE SIONISME: PSAUME 20: 8 -10
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


    La Thora contre le sionisme


    Le Roi David, chantre de l’Eternel, dit dans les Psaumes :

    « Que les uns se fient aux chars, les autres aux chevaux, nous nous réclamons, nous, de l’Eternel, notre Dieu. Ceux-là plient et tombent, et nous demeurons debout, plein de force. Eternel, viens à notre secours ! Que le Roi nous exauce le jour où nous l’invoquons ! »

    (Psaume 20 : 8-10)

    Illustration : Militarisme, Terrorisme d’Etat Sioniste

    02-09-2018 om 10:58 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    26-08-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Rabbin Dr. Salomon Breuer: Soyez des Juifs entiers!
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


    Rabbin Dr. Salomon BREUER

                    (1850 – 1926)

     

     כי תבוא  פרשת

     

    Enseignement et Exhortation,

    Péricope  de Ki Sovau (Extrait)

     

     

     

    והיה אם שמוע תשמעו וגו' לשמר לעשות וגו'  L’observance et la réalisation de la Loi Divine comme seul but de toute aspiration, au service duquel Dieu accorde toute Bénédiction terrestre, caractérise la destination du Peuple Juif , que le Psaume 105 formule ainsi: ויתן להם ארצות גוים וגו' בעבור ישמרו חקיו ותורתיו ינצרו  Dieu leur donna des pays de peuples, ils héritèrent de nations "afin  de garder les statuts divins et garder ses enseignements".  Non pas un pays et ses richesses, mais bien des חקי  et תורות  constituent la richesse nationale Juive, dont l’observance fait de nous un peuple et assure notre position au milieu des peuples.  Et lorsque la Parole Divine nous promet ונתנך ה' אלקיך עליון על כל גויי הארץ,  que Dieu nous accordera une place éminente au dessus de tous les peuples, le Peuple Juif n’en sera pas redevable aux richesses, de ses moyens terrestres, mais uniquement du fait de sa vie populaire sous la domination de la Loi Divine toute puissante, dont la dévotion et sainteté  incomparable devrait apporter le respect élogieux de la part des peuples. … ….

     

    Soyez Juifs, Juifs entiers, chez qui la Sainte Loi divine sera réalisée inconditionnellement, et la reconnaissance élogieuse d’un grand monde ne vous restera pas  déniée! … …

     

    Source: Rabbiner Dr. Salomon BREUER  Belehrung und Mahnung fünfter Teil Deuteronomium  J.Kaufmann Verlag Frankfurt am Main 1936 S.49-54 [et dans notre Blog Jeschurun, Judentum gegen Zionismus]

     

    Le sionisme religieux est une tromperie effrontée et relève du blasphème!


    26-08-2018 om 08:31 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    19-08-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.« Tu aimeras l'étranger ! »


    « Tu aimeras l'étranger ! »


     

    « Le Judaïsme n'est pas une « religion » raciste et n'en déplaise aux sites de propagandes anti-juives et anti-Talmudiques qui pullulent sur Internet, ni la Torah ni le Talmud ne prêchent la haine et la discrimination à l'égard des non-Juifs… »


     

    19-08-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    12-08-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Le mois de Eloul: Se repentir de la complaisance ou indifférence envers le Sionisme
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


    אלול

     

    ELOUL

     

    Le mois béni d’Eloul, dernier mois de l’année Juive a commencé. Cette Fête de ראש השנה dure deux jours et est la commémoration de la Création de l’Homme. C’est un jour de Jugement pour toute la Création.

     

    Durant tout le mois d’Eloul, tous les jours ouvrables, à la fin de la prière du matin on sonne le Chofar (Corne de Bélier) pour appeler les Juifs à l’examen de conduite et au repentir à l’amélioration de ses voies, tant individuelles que collectives.

     

    La nouvelle année commence avec une période de dix jours de Préparation au Jour du Grand Pardon, Yom Kippour, pendant laquelle on se lève plus tôt pour réciter avant la prière les Selichoss / סליחות, prières pour le pardon. Nos frères sépharades les récitent déjà dès le deuxième jour du mois d’Eloul.

     

    Cette période de l’année est particulièrement propice pour les Juifs de se défaire du péché, du virus de complaisance ou indifférence envers le Sionisme, qui se trouve à l’extrême opposé du Judaïsme authentique.

     

    Puisse notre Père Céleste avoir Miséricorde et nous aider à ce Repentir.


    12-08-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    07-08-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.יארצייט כ"ו אב
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

     

    יארצייט כ"ו אב

     

    Paroles du Rabbi Joël TEITELBAUM (1887-1979)
    le Rabbi de Satmar contre l’hérésie sioniste

     

     

    Les paroles du Rabbi de Satmar זי"ע, de mémoire bénie, dans son livre Va-Yoël Moche écrit en 1958 (contenant trois exposés : Les trois Serments, Qui peut habiter en Terre Sainte, la Langue Sainte, - uniquement disponible en Hébreu, et une traduction abrégée en Yiddish) sonnent toujours claires et actuelles :

     

    « …Si l’on mettait tous les péchés d’immoralité de la génération ainsi que les autres péchés du monde d’un côté de la balance, et le Sionisme de l’autre, le Sionisme pèserait le plus lourd de tous. Le Sionisme est la plus grande forme d’impureté spirituelle dans le monde entier. Le Sionisme pollue le monde entier. Les Sionistes ont pollué le Peuple Juif avec leur hérésie, que le Ciel nous protège ! Ce n’est pas une surprise que la colère divine se déchaîne du Ciel. Il est impératif de se repentir et de s’enfuir d’eux, plus que d’un lion prêt à dévorer sa proie ».

     

    Le Rabbi Joël TEITELBAUM זי"ע a également écrit au sujet des sionistes : « Il est clair pour chacun qui croit en Dieu, sans aucun doute, qu’ils proviennent de la source maudite de l’impureté de l’hérésie. Que le Ciel nous protège ! C’est horrible qu’une telle chose [l’entité sioniste] a été érigée de nos jours. Nous ne pouvons nous taire en voyant une telle profanation de notre Foi et de tous les principes de notre Torah. Surtout que tant de nos frères religieux ne veulent pas s’exprimer sur cette vérité ! Dans de telles circonstances, que Dieu empêche que toute la vérité puisse être oubliée »

     

    «  Tout ce que ce que nos saints Rabbins du siècle précédent ont formulé contre le danger du Sionisme est presque totalement oublié ! Même mes propres écrits sont ignorés. A cause de cela, la vérité, les bases même de notre religion risquent d’être oubliées. Il est impossible de décrire jusqu’à quel point le monde a sombré dans une telle fausseté qui détruit toute la Torah.

    C’est pourquoi, nous sommes obligées de mettre chacun en garde contre l’impureté profonde qui se répand dans notre génération. Espérons que grandira le nombre de ceux qui ouvriront leurs yeux et que les enseignements de nos aïeux arrivent à leurs oreilles pour qu’ils cherchent la vérité et la foi. Sans cela, il n’y pas d’espoir… » 

     

     

    Pour plus de citations du Rabbin J.TEITELBAUM en langue française, consultez l’excellent ouvrage du professeur RABKIN : Au nom de la Torah. Une histoire de l’opposition juive au sionisme Presses de l’Université Laval, 2004 Montréal, Canada, 274 p. ISBN  2-7637-8024-5   Prix :  € 25,77.  

     

    07-08-2018 om 10:14 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    06-08-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Boycott HP
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    Boycott HP

     

     

    Chers frères et sœurs Juifs, fidèles à la תורה et חכמינו ז"ל,

     

    Ne nous rendons pas complices des crimes que les criminels sionistes font en notre nom envers la population d’un pays qui n’est pas le leur.

     

    Il nous faut boycotter tout ce qui contribue au sionisme et à la survie d’une entité anti-Thora.

     

    Soyons solidaires avec toutes les victimes de ce fléau qu’est le sionisme.

     

    מלחמה לד' בעמלק הציוני

     


    L’image qui accompagne le texte est reprise du site http://europalestine.com/


    06-08-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    27-07-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Yechouroun Documentation : JUIFS, ARABES ET ANGLAIS EN PALESTINE par Bernard THOMAS (août 1939)
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


    Yechouroun Documentation historique

     

    Ce document diplomatique historique est révélateur, de la plus haute importance pour les chercheurs droits et sincères. Dès le départ, nous attirons votre attention sur  la conclusion remarquable dont la diplomatie française était capable. A l’impossible, nul n’est tenu,  mais puisse t’elle s’ y prendre exemple et s’en inspirer de nos jours !

     

    Bernard Thomas : « LE PROBLEME JUIF –

    II. JUIFS, ARABES ET ANGLAIS EN PALESTINE »

    in :  ‘Le Mois’ synthèse de l’activité mondiale, 9ème année, n° 103 (août 1939)

     

    « Nous nous trouvons devant une situation paradoxale. On doit admettre que les Arabes de Palestine sont tout aussi capables de se gouverner eux-mêmes que le sont les Arabes de l’Irak  et de la Syrie. Les juifs de Palestine, cela est clair, sont tout aussi aptes à se gouverner eux-mêmes que n’importe quelle autre communauté organisée et évoluée en Europe.  Cependant, réunis par le mandat, les deux peuples sont incapables de se gouverner eux-mêmes. »

     Rapport de la Commission royale, page 362

     

    Ce qui doit frapper un observateur impartial des problèmes politiques mondiaux, c’est la disproportion évidente qui existe entre l’abondance de l’information qui nous est fournie sur le problème palestinien d’une part, et la compréhension insuffisante de ce problème d’autre part.  La raison de cette disproportion est claire : la grande majorité des publications relatives à la Palestine n’émane nullement d’observateurs impartiaux, mais de partisans.  Le but de tant d’articles est moins d’exposer le fond même de la question que d’influencer les lecteurs en faveur d’un des camps en présence. Or, il y a en Palestine trois camps différents : les Anglais, les Arabes, les Juifs. Les antagonismes entre les parties s’entremêlent avec les grands problèmes impérialistes, avec la lutte des pays de l’Axe et  les pays démocratiques.  Le problème se complique encore du fait que le mouvement nationaliste arabe palestinien n’est qu’une partie d’un mouvement plus vaste, tandis que le mouvement national juif, le sionisme, est lié à l’ensemble du problème juif mondial, que nous avons analysé dans notre dernier article.

    La question est donc complexe.  Ce que nous proposons ici, c’est de présenter les faits mêmes, leur évolution et leur loi, sans nous laisser influencer par des sympathies ou antipathies préconçues.  Nous commencerons donc par l’exposé des fondements historiques de l’imbroglio actuel.

     

    L’importance de la Palestine pour la Grande-Bretagne

     

    C’est l’évolution de la technique moderne qui a donné à ce petit pays une importance stratégique considérable.

    Par suite du perfectionnement des moyens de locomotion et de l’agrandissement du rayon d’action des armes, la Palestine est devenue un contrefort du canal de Suez.  Les progrès de l’aviation et de transport transdésertiques ont accentué son importance : la Palestine est une des portes d’entrée de l’Arabie et, en même temps, un bastion sur la route des Indes. D’autre part, le pétrole est à la base des moyens de transports modernes : l’Arabie contient des gisements importants de ce produit et un pipe-line conduit le pétrole de l’Iraq à Haïfa. Enfin, la Méditerranée a une valeur stratégique en elle-même ; pour pouvoir la contrôler, il faut posséder des points d’appui dans son bassin oriental : l’île de Chypre et Haïfa jouent ce rôle pour la Grande-Bretagne et se complètent mutuellement.

    Il suffit de mentionner ces faits pour comprendre l’intérêt que l’Angleterre (aussi bien que l’Italie) porte à la Palestine, et pour reconnaître dans quelle mesure le conflit judéo-arabe est influencé par la situation politique mondiale.

    Quand au conflit lui-même, résultat de deux mouvements nationalistes dont les buts sont opposés, il a ses racines dans les promesses difficilement ajustables faites par les Anglais aux Arabes et aux juifs depuis le début de la guerre mondiale.  Seuls ces faits historiques, peu connus du public, donnent la clé des difficultés du problème palestinien.

     

    Les promesses britanniques aux Arabes[1]

     

    La Turquie étant entrée en guerre aux côtés de l’Allemagne, les alliés se proposèrent comme un de leurs buts de guerre le partage de l’empire ottoman.  Des conversations diplomatiques et secrètes aboutirent à la signature d’un traité connu sous le nom de « traité Sykes- Picot » Ce document prévoyait le partage de la péninsule arabe entre la Grande-Bretagne et la France. L’intérieur de la péninsule, ainsi que les Etats arabes du Hedjaz et du Yémen  qui jouissaient d’une certaine indépendance au sein de l’empire turc, devaient devenir des Etats indépendants, mais soumis à l’influence  des deux puissances occidentales.  Les parties les plus développées et les plus importantes de la péninsule devaient, par contre, être placées sous le contrôle immédiat des puissances victorieuses.  La Grande-Bretagne se réservait l’Iraq, la France la Syrie (la région Mossoul-Kirkuk étant originairement attribuée à la France). Enfin, la partie méridionale de la Syrie devait être constituée en territoire distinct, soumis au contrôle commun de la Grande-Bretagne, de la France et de la Russie.

    Ainsi fut créée la Palestine…

     

    Avant de partager la peau de l’ours, il s’agissait pourtant de l’abattre. Pour ce, les alliés, et surtout la Grande-Bretagne, s’efforcèrent de gagner les sympathies des Arabes. Le traité Sykes- Picot fut élaboré en 1916.  Dès 1915, le haut commissaire britannique en Egypte, Sir Henry Mc Mahon, s’était abouché par des intermédiaires avec le shérif de la Mecque, Hussein, dont les velléités antiturques lui avaient été rapportées. Gagner Hussein devait apparaître comme une entreprise d’autant plus importante que le sultan – calife de Constantinople avait déclaré la guerre « sainte » contre les Alliés, déclaration dont, d’ailleurs le danger devait être fortement diminué par la défection éventuelle du souverain des lieux saints de l’Islam, descendant d’une famille apparentée au prophète.

     

    Devant les avances  de la Grande-Bretagne, Hussein entre en correspondance avec Sir Mc Mahon tout en pressentant les autres princes de la péninsule et les cercles clandestins des nationalistes arabes. Ainsi, il envoie son fils Feyçal à Damas, où celui-ci entre en contact avec des sociétés  nationalistes secrètes qui, par son intermédiaire, communiquent à Hussein les conditions qu’il devra poser à l’Angleterre.  Hussein fait siennes ces propositions et demande à Sir Mc Mahon l’indépendance de l’Arabie entière, y compris l’Iraq et toute la Syrie (la Palestine incluse)

     

    Dans sa réponse, datée du 24 octobre 1915, Sir Mac Mahon déclare que la Grande-Bretagne est prête à accepter ces conditions, mais sous deux réserves importantes :

     

    « Les deux districts de Mersina et Alexandrette ainsi que des parties de la Syrie situées à l’ouest des districts de Damas, Homs, Hama et Alep ne peuvent être considérés comme entièrement arabes et doivent être exclus des frontières exigées…

    « Quand aux vilayets de Bagdad et de Basra, les Arabes doivent reconnaître que la position et les intérêts de la Grande-Bretagne rendent nécessaires des arrangements administratifs spéciaux, en vue de la protection de ces territoires contre les attaques étrangères, de l’augmentation du bien-être de la population locale et de la sauvegarde de nos intérêts économiques mutuels[2]

     

    Dans sa réplique du 5 novembre, le shérif écrit qu’il veut bien accepter l’arrangement proposé par la Grande-Bretagne au sujet de Mersina, ainsi que l’établissement d’une administration britannique siégeant à Bagdad, pourvu que cet établissement ne soit que tout à fait passager. Quant aux territoires syriens mentionnés plus haut, Hussein déclare ne pas pouvoir accepter les contre-propositions anglaises :

     

    « Les deux vilayets de Alep et de Beyrout, ainsi que leurs régions côtières, sont purement arabes et il n’y a pas de différence entre un Arabe musulman et un Arabe chrétien : tout deux descendent des mêmes ancêtres. »

     

    Les points cités ont une importance capitale.  Du côté sioniste, ont n’a cessé d’affirmer que la Palestine avait été exclue par Mc Mahon des limites du futur Etat arabe. Or, il n’en est rien. Le « sandjak de Jérusalem », qui d’ailleurs se trouve au sud de Damas, n’est même pas mentionné, et  dans sa lettre du 14 décembre, Sir Mc Mahon déclare ouvertement que, quant aux régions syriennes sus-mentionnées, il s’agissait là des régions où l’intérêt de la France est impliqué. Enfin il faut constater que Hussein ne consentit pas à cette exclusion.

     

    Les Arabes entrèrent en lice aux côtés des Alliés.  Mais vers la fin de 1917, deux faits nouveaux éveillèrent leur méfiance à l’égard des puissances occidentales.  Ce furent la publication du traité Sykes-Picot par les bolchéviks, en Russie, et la déclaration de Balfour.

     

    En décembre 1917, Hussein fut informé- par les Turcs- de l’existence du traité Sykes-Picot.  Il s’adressa aussitôt au successeur de Sir Mc Mahon, Sir R. Wingate, en le priant de lui faire savoir clairement si, oui ou non, la Grande-Bretagne tiendrait ses engagements envers les Arabes.  Le haut commissaire lui télégraphia que le traité Sykes-Picot n’était qu’un projet, élaboré d’ailleurs avant l’alliance avec les Arabes.  En outre, le représentant de la Grande-Bretagne à Djeddah répéta solennellement, dans une note du 8 février 1918, les promesses de son gouvernement.

    Quant à l’interprétation de la « déclaration de Balfour » qui contenait la promesse du gouvernement britannique de contribuer à la création d’un foyer national juif en Palestine, le commandant britannique Hogarth fut envoyé auprès de Hussein pour lui déclarer catégoriquement  « que l’établissement des juifs se poursuivrait dans la mesure où cela serait compatible avec la liberté tant économique que politique de la population existante », comme le dit récemment le ministre MacDonald lors de la réunion de la commission des mandats de la S.D.N. (Times du 16 juin 1939) Lors de cette déclaration, le ministre omettait cependant de mentionner une autre promesse britannique, faite dans une note diplomatique adressée au printemps 1918 à sept notables arabes et dont le texte peut être consulté dans le livre sus-mentionné d’Antonius.  Le gouvernement de Sa Majesté y spécifiait que dans les pays arabes indépendants d’avant-guerre aussi bien que dans tous les territoires arabes conquis  avec l’aide des Arabes jusqu’alors (cette région comprenait le sud de la Palestine, Jérusalem y compris), « le gouvernement de Sa Majesté reconnaissait l’indépendance complète et souveraine des Arabes habitant ces territoires »

     

    Cette note se référait expressément aux déclarations du haut commandement militaire en Palestine qui, lors de la prise de Jérusalem, avait renouvelé la promesse de l’indépendance arabe.

    Lors de la Conférence de la Paix, Feyçal vint en Europe pour appuyer le point de vue arabe.  Il fut assez mal reçu, et les Anglais lui recommandèrent de se mettre d’accord avec les sionistes, en « appuyant » cette recommandation par le rappel de la nécessité où étaient les Arabes de rester en relations amicales avec la Grande-Bretagne.  Sous cette pression, Feyçal signa avec le représentant des sionistes, le docteur Weizmann, un « traité » dans lequel il reconnaissait la colonisation juive en Palestine ; mais il subordonna expressément, d’une manière catégorique, la validité de ce traité à l’acceptation par la Conférence de la Paix des demandes arabes formulées par son père.  Acceptation qui ne fut pas obtenue. Le « traité » Feyçal – Weizmann ne devint donc jamais légal, et d’ailleurs les Arabes au nom desquels Feyçal prétendait parler n’auraient jamais reconnu le sionisme, comme le démontrent clairement les résolutions prises par le grand congrès général de Syrie du 2 juillet 1919, congrès national dont les délégués furent élus par les Arabes musulmans et chrétiens.

     

    LES PROMESSES AUX JUIFS

     

    Deux considérations amenèrent la Grande-Bretagne à s’intéresser au sionisme : d’une part elle espérait pouvoir contrôler plus effectivement la Palestine par l’importation d’une population juive qui, entourée d’Arabes, lui serait obligatoirement dévouée[3]  D’autre part, les hommes politiques anglais comptait gagner par une politique pro-sioniste les sympathies des juifs de l’Europe centrale et de l’Amérique.  Cette assertion est démontrée exacte par un document qui, à notre connaissance, n’a jamais été publié en français et qui nous est connu grâce à la publication par les bolchéviks des documents diplomatiques de cette époque.  Il s’agit d’un « Mémorandum de l’ambassade de Grande-Bretagne à St-Pétersbourg, remis au ministre des Affaires étrangères de Russie S.D. Sasonoff » et daté du 13 mars 1916[4].

    On y lit :

    « Grâce à l’exploitation de l’idée sioniste, des résultats politiques importants peuvent être acquis. Parmi ceux-ci mentionnons la possibilité de gagner les éléments juifs de l’Est, des Etats-Unis et d’autres pays pour la cause des Alliés…Le but du gouvernement de Sa Majesté est de trouver une formule d’entente qui pourrait paraître attrayante pour la majorité des juifs et qui faciliterait la réalisation d’un arrangement qui assurerait l’appui juif.  De ce point de vue le gouvernement de Sa Majesté est porté à considérer qu’un projet qui permettrait aux juifs de prendre en leurs mains la direction des affaires intérieures de la Palestine (à l’exclusion de Jérusalem et des lieux saints) dès que leurs colonistes seraient suffisamment forts pour pouvoir entrer en compétition avec la population arabe, serait le plus attrayant… »

     

    Le 2 novembre 1917 le ministre britannique Balfour écrivit une lettre à M. de Rothschild, dans laquelle il déclarait que « le gouvernement britannique voulait contribuer à la fondation d’un ‘foyer national juif en Palestine’, tout en sauvegardant les « droits civils et religieux » des Arabes.  C’est la célèbre « déclaration de Balfour » qui plus tard fut incluse dans le mandat britannique sur la Palestine.

    « Le terme « foyer national »- déclare le ministre MacDonald dans le discours mentionné plus haut- qui fut utilisé dans la déclaration et le mandat était un terme quelque peu ambigu, ouvert  

    à diverses interprétations. »

     

    Cette formule fut le résultat d’un compromis entre les ministres qui envisageaient la création future d’un Etat juif et de ceux qui n’étaient pas de cet avis[5]  On ne mentionne pas la possibilité d’un « Etat » juif,  on ne promet même pas de transformer la Palestine en foyer national, mais uniquement d’établir un foyer national juif en Palestine.  En outre, la Palestine de 1917 comprenait les territoires à l’est du Jourdain qui, plus tard, furent séparés du reste du pays pour former l’Etat arabe de la Transjordanie.  Quant aux « droits civils et religieux » des Arabes, ce terme était, comme nous l’avons indiqué plus haut également « ouvert à diverses interprétations »

    Loin de préciser le sens de la politique britannique, l’article 6 du mandat ne fit que renforcer l’incertitude : « Tout en veillant à ce qu’il ne soit pas porté atteinte aux droits et à la situation des autres parties de la population, l’Administration de la Palestine facilitera l’immigration juive dans des conditions convenables »

    C’est avec raison que lors de la réunion de la Commission des Mandats du 21 juin 1939 le représentant britannique, Lord Hankey put déclarer qu’il s’agissait là « d’une formule très générale, très souple.  Elle ne contient pas un mot comment elle doit être mise à exécution[6] .

     

    Les sionistes qui avaient formé un bataillon de volontaires combattants dans les rangs de l’armée britannique en Palestine ne pouvaient ni connaître les promesses britanniques aux Arabes, ni prévoir les interprétations judicieuses du mandat, ni la séparation des deux tiers de la Palestine sous le nom de « Transjordanie ».  La déclaration Balfour souleva l’enthousiasme de grandes masses de la petite bourgeoisie juive qui croyait voir, dans cette promesse, le fondement d’un nouvel Etat juif, la fin de ses maux pour le « peuple élu ».

    Telle est l’histoire diplomatique de la Palestine qui, en soi, explique les troubles presque permanents qui ensanglantèrent ce pays et qui se sont répétés sous des formes différentes en 1921, 1923, 1929, 1936, 1938.  La terre sainte a été deux fois promise : aux Arabes qui aspirent à la liberté nationale d’un pays qui depuis des siècles est arabe, et dont ils ne reconnaissent d’ailleurs pas la séparation de la Syrie, aux Arabes qui veulent empêcher la transformation de leur pays en pays juif.  Elle a été en même temps promise aux juifs qui, persécutés dans tant de pays, aspirent à la fondation d’un Etat national dans un territoire auquel se rattache leur histoire nationale et religieuse, aux juifs qui ne veulent pas devenir une minorité permanente soumise au pouvoir arbitraire d’une majorité hostile et qui, tant qu’ils sont en minorité, doivent forcément combattre toutes les réformes démocratiques auxquelles aspirent les Arabes.  Enfin les Anglais veulent maintenir leur contrôle sur l’Arabie sans perdre les sympathies du monde arabe et musulman, et se voient transformés en apprentis sorciers. Tel est le fond du problème palestinien, à partir duquel nous esquisserons la situation actuelle.

     

    LA CONSTRUCTION DU FOYER NATIONAL JUIF

     

    Au moment de la déclaration de Balfour la Palestine, dans ses limites d’aujourd’hui, comptait environ 700.000 habitants, dont 50.000 à 60.000 juifs.  Actuellement ces nombres s’élèvent respectivement à 1.500.000 et 460.000 La majorité des juifs immigrés sont originaires de Pologne, de Roumanie, de Russie, des Etats baltes ; environ 50.000 viennent d’Allemagne.  Au sein de cette population qui, par suite de la prédominance des jeunes et d’une hygiène bien conduite, augmente dans une proportion de 21 pour mille par an (sans tenir compte de l’immigration), les juifs russes et allemands forment une certaine « aristocratie », tandis que les juifs orientaux, surtout les Yéménites, de caractère  et de langue arabes, sont en bas de l’échelle sociale. La propriété foncière juive comprend environ 10% de la terre cultivable (d’après les données des spécialistes sionistes, environ la moitié de l’ensemble du territoire palestinien, qui s’élève au total à 26.000 kilomètres carrés, est cultivable) 16% de la population juive sont occupés dans l’agriculture (dont environ 1/8 dans les communes collectivistes), 21% travaillent dans l’industrie et l’artisanat, 6% de la population dans les transports, 8% dans le bâtiment ; 10% appartiennent aux professions libérales, 19% sont commerçants, 6% sont rentiers, 3% sont occupés par le gouvernement ou les municipalités, 3% dans le service domestique, 8% sont chômeurs ou « improductifs »[7] 

    Inspirés par un fécond idéalisme, aidés par des capitaux très importants (plus de 100 millions de livres anglaises ont été investis), organisés d’une manière ultramoderne, les juifs ont réussi à faire sortir du sable du désert une Palestine moderne, avec de grands jardins florissants.  Avec un courage incontestable, de jeunes intellectuels et des commerçants venus de l’Est européen ont établi les fondements de leur nouvelle communauté, construit des routes, défriché la terre, lutté contre le climat pénible, les nombreuses maladies endémiques, les Arabes hostiles.

     

    L’essor économique de la Palestine a été considérable.  De 1928 à 1938 le nombre des kilowatt-heures produits par la « Palestine Electric Corp. » juive a passé de 2 millions à près de 30 millions, 5.600 entreprises juives occupent dans l’industrie et l’artisanat 30.000 personnes (produits alimentaires, vêtements et textiles, produits chimiques, occupent les premières places), la production agricole juive atteint une valeur de près de 4 millions de livres par an.  Malgré les difficultés des dernières années, la colonisation n’a pas été interrompue : 36 nouvelles colonies agricoles ont été fondées de 1936 à 1938.

     

    Non moins impressionnants sont les résultats acquis dans le domaine de la santé publique. La section d’hygiène du Conseil national juif dirige ce travail.  Des hôpitaux modernes disposant de 1.000 lits environs, plus de 60 cliniques dans les villages, 120 postes de premier secours, ont été construits en collaboration avec la Caisse-maladie de la Confédération juive de travail. A ces institutions ont doit ajouter plusieurs sanatoria, dispensaires et cliniques dentaires (sans mentionner les institutions privées)

     

    La renaissance de la langue hébraïque est un fait accompli.  Tous les journaux quotidiens et hebdomadaires juifs paraissent en hébreu.  Dans les écoles (391 écoles, sans compter les écoles gouvernementales et quelques écoles privées) contrôlées par le département de l’instruction publique de Conseil national juif, l’enseignement est donné en hébreu ; dans les jardins d’enfants (8.000 enfants) ont parle la langue de la bible. L’Université de Jérusalem est une université hébraïque.

     

    Au sein de la société juive, l’organisme le plus important est la Confédération du travail, qui joue un rôle important dans l’organisation de la production (elle englobe en plus de la grande majorité des salariés juifs, les membres des coopératives de transport, des coopératives artisanales et agricoles, elle dirige la plus grand entreprise du bâtiment) aussi bien que dans la distribution des produits (surtout par sa coopérative centrale pour la vente des produits agricoles) et le domaine des finances publiques (Banque ouvrière et diverses organisations de crédit) Par sa composition et par ses buts, elle est beaucoup moins une organisation de lutte de classe qu’un organisme de construction et de colonisation.

     

    Le plus fort parti politique juif en Palestine est le parti ouvrier, qui dirige la Confédération du travail. A droite, nous trouvons le parti religieux Misrahi et à l’extrême droite les révisionnistes, groupement du type fasciste qui compte de nombreux sympathisants parmi les jeunes et les juifs orientaux.  C’est ce parti, qui n’adhère pas à l’organisation sioniste mondiale, qui est surtout responsable des attentats anti-arabes des derniers mois. 

     

    Sans doute, le déclenchement de la guerre contre l’hitlérisme apaisera les passions en Palestine, pendant quelques temps.  Mais le problème subsiste.  Et il faudra se souvenir que les sionistes ont répondu par des protestations à la publication du dernier « Libre blanc » Leur position a été renforcée par la constatation de la Commission des Mandats, d’après laquelle la nouvelle politique britannique n’est pas conforme à l’esprit du Mandat sur la Palestine. Le Congrès sioniste de 1939 a décidé de poursuivre la lutte, de maintenir en tout état de cause l’immigration et la colonisation.

     

    LE CONFLIT JUDEO - ARABE

     

    La société juive en Palestine est une société moderne, de type européen ; la société arabe, avec ses 70% d’agriculteurs, ses 75% d’illettrés, est, malgré le développement de quelques petites industries et la poussée d’une large couche d’intellectuels, une société arriérée. 45% des terres arabes appartiennent  à 250 grands propriétaires, les paysans sont pour la plupart très pauvre et en proie à des usuriers qui ne leur prêtent qu’à 100%.

    Les deux sociétés, juives et arabes, foncièrement différentes, demeurent l’une à côté de l’autre sans se mélanger.  Il n’y a pas une population, une société palestinienne : il y en a deux, profondément séparées, à tendances autarciques, nationalistes, « exclusivistes » La tendance vers une « autarcie juive », résulte nécessairement du sionisme même : « L’économie juive aux juifs » tel est le mot d’ordre de ceux qui veulent faire de la Palestine un pays « aussi juif que l’Angleterre est un pays anglais »  C’est en raison de ce fait que la Confédération du travail n’accepte dans ses rangs que des juifs, le « Fonds national juif » (qui possède un tiers de la propriété foncière juive), prescrit à tout juif qui prend une terre à bail de n’y occuper que la main-d’œuvre juive ; c’est pour cela enfin que le mot d’ordre « Juifs achetez juif ! », est écrit sur tous les murs, et que son application est contrôlée dans les magasins et sur les marchés.

    Certes, les Arabes ont profité de la colonisation juive ; mais le caractère sioniste de cette colonisation a fortement restreint ces avantages.  Ce sont d’ailleurs surtout les grands propriétaires qui en ont tiré bénéfice par la vente de leurs terres aux juifs (80% de toutes les terres acquises proviennent des grands propriétaires, dont plusieurs n’habitent même pas le pays)  La grande masse des Arabes a profité pendant un certain temps de l’extension du marché des produits agricoles, et d’une demande accrue de main-d’œuvre par les entreprises juives.  Mais cette période a pris in avec l’immigration massive des années 134-35.  Il s’agissait dorénavant pour les juifs de créer un marché intérieur suffisant pour leur propre production agricole accrue, et de trouver des places pour les immigrés.  Ainsi la période pendant laquelle la colonisation sioniste attirait la main-d’œuvre arabe, a succédé celle où l’on expulsa les Arabes des entreprises juives, à la période où les paysans arabes tiraient bénéfice de la vente de leurs produits aux juifs, celle où les produits arabes furent chassés des marchés juifs.  Ont peut aisément comprendre que ce changement de tendances devait avoir pour résultat une aggravation du conflit national entre les deux populations.

     

    CONCLUSION

     

    « La Palestine- déclarait lors du 17e Congrès sioniste le leader sioniste mondial, M. Weiszmann- ne saurait en aucun cas, même avec la Transjordanie, donner une solution quantitative au problème juif ».  En fait le pays est bien trop petit pour cela ; sa population est dense et les Arabes sont hostiles « Que les 350.000 juifs restent ici, mais qu’il n’y ait plus de développement ultérieur. Ainsi les Arabes seraient contentés…Tout ce qui se passe actuellement en Palestine se passe sur le modèle de l’Egypte et de la Syrie.  Les mêmes mots d’ordre, les même demandes », reconnaissait Weizmann dans un article de 1936 (« Palestine Post », 16-9-1936).

    La lutte nationaliste, conduite par un grand nombre d’intellectuels arabes, appuyée moralement par les élites arabes de la Syrie, de l’Iraq, de l’Egypte, se base sur les promesses britanniques du temps de guerre.  La lutte est rendue plus âpre par les conflits économiques entre Sionistes et Arabes, deux populations qui font partie des groupes ethniques plus vastes et qui, en Palestine, poursuivent des buts opposés : les Arabes aspirant au maintien du caractère arabe du pays, à la démocratisation du gouvernement et à la libération complète, les Sionistes voulant transformer la Palestine en pays d’Israël, s’opposant à toute démocratisation qui donnerait forcément des droits politiques à une majorité hostile, s’appuyant autant que possible sur les forces de la Grande-Bretagne.

    Les Sionistes qui, avec tant de labeur et de ténacité, ont construit la Palestine juive d’aujourd’hui, se sentent poussés par les nouvelles persécutions des juifs en Europe.  De toutes ces forces opposées et qui, du point de vue historique et sociologique, sont aussi légitimes les unes que les autres, résulte un conflit sans issue.

    Notre dessein n’était pas de trouver des solutions, de rendre des jugements ou de faire quelque propagande que ce soit : il s’agissait simplement d’expliquer la réalité.  Pourtant cet exposé même nous paraît indiquer les seules solutions possibles : ou bien les Sionistes seront assez fort pour créer leur Etat en Palestine contre la volonté des Arabes, c’est-à-dire les armes à la main ; ou bien il ne le seront pas et il ne restera que la voie du compromis, l’essai de s’entendre avec les Arabes pour constituer, au sein d’une fédération arabe, une minorité juive avec des droits autonomes. Il est vrai que cela signifie la fin du sionisme.  Nous ne voyons cependant pas d’autre voie où s’engager.

                                                                                                  Bernhard Thomas.  



    [1]  Le meilleur exposé de ces faits se trouve chez George Antonius : « Arab Awakening » London, 1938.

    [2] Correspondence between Sir Henry Mc Mahon and the Sherif Hussein of Mecca », London 1939, H.M . Stationary Office.

    [3] Voir Wegwood « Palestine the 7th Dominion » London 1928.

    [4] « Rasdiel Asiatskoi Tourtsii p secretnin documentam », Moscou 1924, pages 161-162.

    [5] Palestine Royal Commission, 1937 Report, paragraphe 20, page 24

    [6] Rapport de la Commission permanente des Mandats au Conseil de la Société des Nations, 36ème  session.

    [7] Les données les plus récentes dur la colonisation juive se trouvent dans le « Mémorandum sur le développement du foyer national juif au cours de l’année 1938, soumis par l’Agence juive pour la Palestine au sécrétaire général de la S.D.N. « , juin 1939, Genève.

    27-07-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    23-07-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.ישעיהו י''ט כ''ד - כ''ה
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

     

    Avec nos Prophètes et nos Rabbins
    contre l’exclusivisme nationale-raciste du sionisme religieux !

     

     

     

    ישעיהו י''ט  כ''ד - כ''ה

     

    בַּיּוֹם הַהוּא יִהְיֶה יִשְׂרָאֵל שְׁלִישִׁיָּה לְמִצְרַיִם וּלְאַשּׁוּר  בְּרָכָה בְּקֶרֶב הָאָרֶץ.  אֲשֶׁר בֵּרְכוֹ יְהוָה צְבָאוֹת לֵאמֹר  בָּרוּךְ עַמִּי מִצְרַיִם וּמַעֲשֵׂה יָדַי אַשּׁוּר וְנַחֲלָתִי יִשְׂרָאֵל. 

     

     

    Ce jour-là ישראל viendra guide (féminin en Langue Sainte) pour l’Egypte et l’Assyrie, une bénédiction au milieu de la terre, afin que lorsque השי"ת, le D’ des Armées (Célestes) lui aura confié Sa Bénédiction, Il dira: « Bénis soient Mon peuple d’Egypte, l’oeuvre de Mes mains l’Assyrie, et Yisroel Mon héritage! »

     

    Prophète Isaïe Chapitre 19, versets 24-25

     

    Reb Julius HIRSCH (1842-1909) traducteur allemand du Prophète Isaïe

     

     

    23-07-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    20-07-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Jeûne du 9 Av
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


     

    תשעה באב תשע"ח



    Nous souhaitons à tous nos frères et sœurs Juifs de pouvoir jeûner facilement. Nous ne jeûnons pas seulement pour la perte du Bais-HaMiqdosh, mais surtout pour ce qui a provoqué sa destruction et les autres malheurs, c.à.d. les péchés que nous avons commis envers HaShem !

    20-07-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    16-07-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.שבת חזון
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


    שבת חזון

     

    Ce  Shabbess, par lequel nous commençons la lecture du cinquième Livre de Moïse, est appelé שבת חזון, le Shabbess de la Prophétie. C’est notamment le Shabbess qui précède תשעה באב , le jour de deuil et de jeune en commémoration  de la destruction de Jérusalem. 

     

    C’est le seul Shabbess de toute l’année auquel de tristes souvenirs remplissent les cœurs de Yisroel. C’est pourquoi qu’après la lecture de la Thora dans la Maison de D’, nous lisons le premier chapitre d’Isaïe, la poignante prophétie dans laquelle sont décrits d’une manière bouleversante les péchés de nos ancêtres et où fut prédite la disparition du royaume Juif.

     

    Cette Haphtoroh est lue par le Rav de la communauté. Delà ce Shabbess a reçu cette appellation de שבת חזון .

     

     

    Source: Erbauungsbuch „Bibel- und Talmudschatz“ J.H. Kohn S. 375  13.Auflage Hamburg 5691 – 1931

    16-07-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    03-07-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Message de cœur à cœur
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    Message de cœur à cœur

     

     

    29 juin 2018

     


    L'annonce suivante a été publiée le vendredi 29 juin 2018 dans le journal arabe Al Ittihad par la Communauté Juive Ultra-Orthodoxe de Terre Sainte. Elle explique la lutte de la Communauté Orthodoxe contre le projet militaire, et se termine par un plaidoyer fraternel à leurs voisins arabes.

     

    Traduction de la lettre:


    Avec l'aide du Tout-Puissant

     

    Un message de cœur à cœur, à nos voisins de longue date à Jérusalem-Est et dans toutes les parties de la Palestine.

     

    Nous, les résidents Juifs ultra-orthodoxes de Jérusalem, les Charedim, les gens de l'ancien Yishouv [ancienne colonie], avons vécu côte à côte avec vous en tant que bons voisins pendant des centaines d'années.

     

    Pendant de nombreuses années, nous avons vécu côte à côte, sans avoir besoin de murs de séparation et de miradors.

     

    Les relations de voisinage entre vos grands-parents et les nôtres étaient un symbole et un modèle de coexistence pacifique, car ils faisaient face aux difficultés de la vie et aux défis posés par les événements du temps.

     

    Selon les instructions de nos Rabbins de la communauté, il nous est interdit d'occuper n'importe quel bout de terre et d'établir un Etat Juif.

     

    Nous sommes en exil depuis 2000 ans et notre religion nous commande de vivre humblement sous la domination des nations du monde. Il nous est interdit de prendre les armes et de participer à l'armée et à l'Etat. L'Etat qui a été établi entre le Jourdain et la mer et qui prétend porter le nom "Israël" a été établi contrairement à la volonté de nos dirigeants et à notre consternation.

     

    Depuis que les dirigeants sionistes sont arrivés au pouvoir dans le pays, ils ont essayé de nous forcer à faire partie de leur Etat, en forçant nos fils et nos filles à servir dans leur armée. Nous refusons catégoriquement de nous y conformer. Ceci est strictement interdit pour nous et tombe dans la catégorie des péchés les plus graves, pour lesquels nous devons être prêts à sacrifier nos vies plutôt que de les commettre.

     

    En conséquence, à un moment donné, beaucoup de nos enfants sont en prison militaire, simplement parce qu'ils veulent s'abstenir de s'enrôler dans l’armée de défense sioniste et de faire partie de cette armée qui maintient l'État, ce qui, comme indiqué plus haut, est strictement interdit.

     

    Nous aspirons au jour où cet Etat hérétique sera démantelé et nous reviendrons vivre côte à côte dans la paix et la sécurité.

     

    Dans les jours à venir, le gouvernement sioniste tente d'adopter une version modifiée de la loi sur le service de la défense, qui vise à forcer nos enfants à entrer dans l'armée et à établir des quotas de recrutement pour la Communauté Ultra-Orthodoxe. Le désir de conscription forcée parmi les dirigeants du sionisme est insatiable. Ils regardent avec avidité tous les gens du pays, Juifs et Arabes, hommes et femmes. Le danger d'enrôlement dans l'armée et dans le projet sioniste plane au-dessus de nous également.

     

    Nous avons approché les représentants de la minorité palestinienne, avec une requête sincère: veuillez ajouter vos voix à ceux qui s'opposent à cette loi. Nous demandons votre vote uni contre la tentative du gouvernement de nous enrôler pour servir son occupation honteuse de la terre, contre notre volonté. Ne permettez pas, même indirectement, que ce terrible décret passe. Sur cette question fatidique et urgente, abstention et regarder de l'autre côté ne suffisent pas; il faut être ouvertement opposé.

     

     Nous vous demandons de nous aider à ce que nos enfants ne deviennent pas, à D’ ne plaise, une partie de l'armée hérétique. Ne permettez pas à nos enfants de prendre les armes contre nos voisins avec qui nous avons vécu tant d'années en paix et en harmonie. S'il vous plaît, aidez-nous à rétablir la paix entre nous et ne provoquez pas d'incidents violents entre nous.

     

    Nous espérons que notre demande trouvera une oreille attentive et que les représentants arabes nous aideront à

    continuer dans notre voie traditionnelle, jusqu'à ce que D’ aide et que ce terrible conflit, avec toutes ses victimes des deux côtés, touche à sa fin.

     

    Avec respect et amitié

     

    Vos voisins Ultra-Orthodoxes

    https://www.israelversusjudaism.org/single-post/2018/06/29/A-Message-From-Heart-to-Heart

     

    Cette lettre aux voisins Musulmans et Arabes est un grand Qiddush HaShem !


    C'est un premier pas. Les Juifs palestiniens devraient également offrir leur aide à la Résistance Palestinienne ou au moins exprimer leur solidarité avec les résidents palestiniens natifs qui sont autant victimes du sionisme que les Juifs antisionistes.

     

    Cette lettre est une mise à jour de l'approche antisioniste par les meilleures forces de l'Agudass Yisroel historique.


    Beaucoup de succès !


    Le comité de rédaction

     

     

    03-07-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    01-07-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.שבעה עשר בתמוז
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

    Courrier des amis

     

     

    שבעה עשר בתמוז

     

    סליחות

     

     

    עס איז כדאי צו דערציילן וועגן א מחאה ברבים וואס רביה"ק בעל ויואל משה זי"ע האט אמאל מוחה געוועהן, אויף דעם וואס פרעמדע ציוניסטישע הענט האבן ליידער מגי' געוועהן און געפעלשט עטליכע ווערטער פון די סליחה לויט זייער געשמאק, און אנשטאט ווי עס שטייט

     

    "הוד ליבי ומשגבי הלעד אפך יעשן הלא תראה עם נלאה אשר השחר כמו כבשן גדור פרצי בבן פרצי ומחדק לקוט שושן בנה בית זביל להשיב גמול הכרמל והבשן"

     

    האבן זיי מגי' געוועהן דאס פאלגענדע:

     

    "הוד לבי ומשגבי הלעד אפך יעשן שמחני והעלני ומחדק לקוט שושן בנה בית זבול להשיב גבול הכרמל והבשן"

     

    דהיינו אנשטאט די ריכטיגע בקשה וואס מען בעט פון השי"ת אז ער זאל שיקן משיח צדקינו וואס ווערט אנגערופן בן פרצי, האבן זיי געדרוקט אנשטאט דעם די ווערטער "שמחני והעלני" זיי ווילן עולה זיין קיין א"י אן משיח'ן און אנשטאט די ווערטער "להשיב גמול" האבן זיי געדרוקט "להשיב גבול"

     

    דער זיוף איז געדרוקט אין סידורים וועלעכע זענען שפעטער איבער געדרוקט געווארן בלא יודעים דארעך ערליכע מוציאי לאור, און דער סידור איז געוועהן צעשפרייט אין חסידישע בתי מדרשים

     

    חיים בער

    אנטי-ציוניסטישער איד פון פאלסטין

    Traduction:

    Il vaut la peine de parler à propos d'une protestation en public du Rabbi de Satmar זי"ע, auteur du livreויואל משה    dans laquelle il s’éleva contre le fait que des mains étrangères sionistes ont falsifié quelques mots des סליחות en fonction de leur gout.

    Au lieu de laisser comme c’était marqué:

    הוֹד לִבִּי וּמִשְׂגַּבִּי הֲלָעַד אַפְּךָ יֶעֱשַׁן הֲלֹא תִרְאֶה עַם נִלְאֶה אֲשֶׁר הָשְׁחַר כְּמוֹ כִּבְשָׁן גְּדוֹר פִּרְצִי בְּבֶן פַּרְצִי וּמֵחֶדֶק לְקוֹט שׁוֹשָׁן בְּנֵה בֵּית זְבוּל לְהָשִׁיב גְּמוּל הַכַּרְמֶל וְהַבָּשָׁן

    Il ont joué au correcteur en mettant ceci à la place:

    "הוד לבי ומשגבי הלעד אפך יעשן שמחני והעלני ומחדק לקוט שושן בנה בית זבול להשיב גבול הכרמל והבשן"

    A savoir, au lieu de la correcte demande que nous prions de HaShem, qu’il doit nous envoyer משיח צדקינו qui s’appelle Ben Pirsti (qui est un descendant de Perets), les sionistes ont imprimé les mots "שמחני והעלני", (ils vont monter en Erets Yisroel sans Moshiach, et au lieu des mots "להשיב גְּמוּל " (récompense) ils ont imprimé  "להשיב גבול". ( frontières)

    Cette falsification est imprimée dans des סידורים qui ont plus tard été réimprimés par des honnêtes éditeurs qui ne savaient rien de cette falsification, et ce Siddour a été répandu dans les cercles de prière chassidiques.

     

    01-07-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    29-06-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.בין המצרים תשע
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


    בין המצרים תשע"ח



    בין המצרים, aussi appelé “les 3 semaines”, est la période entre שבעה עשר בתמוז et תשעה באב .

     

    Cette période de deuil de trois semaines débute avec שבעה עשר בתמוז où nous jeûnons pour 5 principales raisons :

     

    1)       Les premières לוחות que השי"ת a Lui-même écrites ont été brisées.

            Quand השי"ת nous a donné la Thora au mont Sinaï 50 jours après la sortie de מצרים, Il a demandé à משה רבינו de monter  sur cette montagne, et là pendant 40 jours il lui enseigna la Sainte תורה. Ces quarante jours et 40 nuits se sont terminés le 17 Tammuz, et משה רבינו est descendu avec les לוחות. Quand משה רבינו a vu que le peuple a fait un veau d’or et qu’il le servait, il a jeté les לוחות qui se sont brisées.

     

    2)       La cessation du קרבן תמיד est le deuxième malheur.

            Chaque jour, il fut sacrifié 2 agneaux, un le matin et un le soir pour le pardon des péchés du Peuple Juif et ainsi nous étions toujours purs. Ce sacrifice fut arrêté car il n’y avait plus de moutons à offrir pour le קרבן תמיד du fait que l’ennemi Hyrcan, un descendant des חשמונאים, avait assiégé Jérusalem et qu’il n’était plus possible ni de rentrer, ni de sortir pour acheter du petit bétail. Tout cela fonctionnait tant que nous avions gardé la Thora et les מצוות, mais quand nous ne voulions pas écouter les paroles de  מוסר des נביאים, alors השי"ת a décrété la destruction du בית המקדש. Dans la ville, il y avait aussi un רשע qui connaissait bien la langue non juive, le Grec, et il avait crié : «  Tant que les Juifs vont faire des sacrifices, vous n’allez pas pouvoir prendre la ville ». Les Sages ont alors décrété qu’il est interdit d’étudier la langue grecque, מען טאר נישט לערנען די יוונישע שפראך.

     

    3)     Le mur de la ville de Jérusalem a été ébréché durant la destruction du 2ème בית המקדש.

          En l’an 3816, s’est levé à Rome un nouvel empereur, Néron, il fut un רשע et impitoyable. Il savait que nous avions besoin d’agneaux et que tant qu’on pouvait faire les sacrifices, il ne pouvait pas prendre la ville de Jérusalem. Un jour, en retour de l’argent avec lequel les Juifs payaient les agneaux, il avait donné un porc, un animal impur, ce qui a offusqué tout Jérusalem. Et les sacrifices cessèrent.

     

    4)      Un רשע du nom de אפוסטמאס a brûlé la Sainte Thora.

           Concernant les צרות que les Juifs ont subies sous les Grecs et leurs associés les מתיוונים (aujourd’hui les sionistes), nous vous renvoyons au texte sur חנוכה du 22 12 '16.

                    http://www.bloggen.be/yechouroun/archief.php?ID=1524318

    5)       Il fut introduit une forme ou image d’idole dans le sanctuaire du בית המקדש.

           Ce fut du temps du roi מנשה. Plus tard il s’en est repenti et השי"ת a accepté sa תשובה et il a encore régné pendant 33 ans comme un bon roi.

     

    La période entre les deux jeunes est une période de deuil où tout réjouissance est évitée ou réduite: pas de musique, pas de mariage ou l’achat de nouveau vêtements, rénovation de maison …  משנכנס אב ממעטין בשמחה


    Cette période de
    בין המצרים se termine par תשעה באב. Elle est précédée des 9 jours où les restrictions sont plus sévères et de שבת חזון qui tombe cette année la veille de תשעה באב.  Ah, si seulement מוצאי שבת de cette année, nous pouvions déjà dire המבדיל בין קודש לקודש au lieu de המבדיל בין קודש לחול, car תשעה באב sera un יום טוב לעתיד לבוא! Voir dans le שלחן ערוך et dans les livres de הלכות et השקפה concernant la conduite durant cette période de deuil.

     

    תשעה באב est le jour le plus sombre où nous pleurons sur nos fautes qui ont provoqué la colère de השי"ת et nous nous lamentons des malheurs qui se sont abattus sur notre Peuple, une conséquence de notre désobéissance à notre Saint Créateur. C’est aussi le jeûne le plus long du fait qu’il commence la veille au coucher du soleil et se termine le lendemain à la tombée de la nuit, et en été où les jours sont les plus longs.

     

    Encore cinq malheurs sont arrivés ce jour:

     

    1)       C’est un décret des מרגלים.

           Un an après la sortie de מצרים en 2249, les explorateurs sont allés voir si le Pays que השי"ת donne est bon ! Quel manque de אמונה ! 40 jours plus tard, ils sont revenus et qui ont parlé du mal de la Terre Sainte en disant qu’elle est habitée par des géants et ils ont ainsi découragé le peuple qui a alors pleuré. השי"ת a puni ; tous les hommes de 20 ans et plus devront mourir dans le désert et n’entreront pas en ארץ ישראל.

     

    2)       Destruction du premier בית המקדש en 3338 par נבוכדנצר, le roi de Babylone, un רשע, un grand ennemi des Juifs.

           C’est une grande perte pour le כלל ישראל ! Ce בית המקדש fut construit par שלמה המלך et a tenu 410 ans.

     

     

    3)       Destruction du deuxième בית המקדש en 3828 par Titus le général de l’empereur romain.  

            Néhémie l’avait construit du temps de עזרא הסופר qui sur l’ordre de השי"ת a rassemblé et fait monter les Juifs exilés en Babylone à Jérusalem.  Ce בית המקדש a tenu 420 ans. Les rois de Perse, de Grèce, de Rome avaient donné honneur, envoyé de l’argent, de l’or, des cadeaux pour ce 2ème בית המקדש, plus encore que pour le 1er. Seulement, du fait que nous avons péché, השי"ת a fait mépriser les Juifs aux yeux des rois non-Juifs et le destruction arriva.

     

    4)       Destruction de la ville de ביתר en 3880, 52 ans après le חורבן בית שני par   טרייאנוסאספסיינוס. Il a commis un tel meurtre comme il n’y en avait pas eu du temps de נבוזראדן et de Titus.


    Destruction de la ville de טור מלכא dans la même année. C’était une grande ville avec des Juifs d’importance et précieux qui ont survécu le בית המקדש חורבן.

     

    5)       La ville de Jérusalem et la place où fut le בית המקדש ont été retournées/labourées avec רשעות ואכזרות en 3833 parטורנוסרופוס הרשע  du temps de רבן גמליאל.



    Jusqu’à ce jour, nous souffrons de la perte du בית המקדש השני, jusqu’à ce que השי"ת nous aidera à être méritant du בית המקדש השלשי qui sera bâti par השי"ת Lui-même. Que השי"ת accepte notre תשובה! Que ce soit bientôt de nos jours!     

     

     

    כל המתאבל על ירושלים זוכה ורואה בשמחתה

     ושאינו מתאבל על ירושלים - אינו רואה בשמחתה

     

    Celui qui prend le deuil de Jérusalem, mérite de voir sa joie (de sa reconstruction).

    Celui qui ne prend pas le deuil de Jérusalem, ne verra pas sa joie.

    Talmud Taaniss (30b)  

     

     

    29-06-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    22-06-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Qui n'est pas mon ennemi ?
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    Qui n’est pas mon ennemi?

     

     

    Par Hadassah BORREMAN

     

    L’article paru dans IRIB le 10 juin ‘12 « L’islam est-il antisémite ? » commentant le livre de Tareq Fatah, termine sur l’avis que cet ouvrage lucide et très instructif devrait être lu par tous ceux qu’intéressent les relations entre Juifs et Musulmans. Trouvez l’article en annexe (Bijlagen)

     

    Bien sûr que ce sujet des relations entre Juifs et Musulmans m’intéresse au plus haut point, … mais pas n’importe comment!

     

    J’appelle même à une alliance amicale et stratégique du Judaïsme et l’Islam, ainsi qu’à des actions communes contre nos ennemis communs!

    http://www.centre-zahra.com/conferences/alliance-judaisme-et-islam-contre-le-sionisme-571.html

    http://www.bloggen.be/yechouroun/archief.php?ID=25152

     

    Tout d’abord, nous devons nous entendre sur le mot antisémitisme. La définition dans cet article est celle qui est usitée communément, à tort puisque sémite est le Musulman comme le Juif.

    Pour continuer, je vous propose de commenter quelques points de cet article.

     

    L’illustration pour cet article

     

    Le titre du livre de Tareq Fatah. « Le juif n’est pas mon ennemi » est attirant. C’est tout aussi juste pour le Juif de dire « le Musulman n’est pas mon ennemi ». Par contre, les symboles ne représentent pas le Judaïsme et l’Islam. C’est surtout vrai pour ce qui concerne le Judaïsme, puisque cette sorte d’étoile est l’emblème sioniste. Quant au croissant, dont l’origine serait obscure, était devenu un symbole de l’Empire Ottoman, puis serait associé à l’Islam. Cette image ne fait que soutenir la confusion entre Judaïsme et sionisme, qui en réalité sont opposés et incompatibles l’un avec l’autre.

     

    La première phrase : «En toute logique, les Musulmans et les Juifs auraient dû et pourraient être partenaires. Leurs croyances sont très semblables».

     

    Je crois toujours que Musulmans et Juifs, non seulement peuvent, mais doivent être partenaires, car il y a entr’eux beaucoup de parallélismes dans leurs convictions religieuses respectives (Emouneh/Îmaan), leur langue, la nourriture Halal/Kosher, mais aussi parce qu’ils ont des ennemis communs tels que le sionisme, l’arrogance, l’immoralité, etc.

     

    L’auteur milite pour un Islam modéré et tolérant.

     

    Sorry, mais je ne comprends pas ce que veut dire « Islam modéré ». Serait-ce comme le Judaïsme français à la carte ? Pour autant que je sache, il y a dans l’Islam comme dans le Judaïsme des Lois à respecter qui ne peuvent être négligées au détriment de sentimentalités ou d’idées personnelles non conformes à ces Lois. Nous pouvons remarquer que les croyants de moindre observance semblent plus humains, ils sont plus ouverts, mais de ce fait, ils dépassent aussi les limites du permis.

     

    … qui rappelaient la proximité des juifs avec leurs cousins arabes …

     

    Mais oui, nous sommes frères, fils d’Abraham, des frères arabes, des Palestiniens d’origine! J’en reste fière.

     

    … crédit auprès des lecteurs extérieurs à la communauté…

     

    J’expérimente également une plus grande attention de la part de gens extérieurs à la communauté, et aussi de grandes déceptions de la part des gens qui sont comme moi, Juifs de stricte observance et antisionistes dont j’attends d’eux qu’ils soient mes compagnons de combat, et qui vous lâchent quand il faut se montrer publiquement. Ah, la terreur sioniste est grande ! Autant dans les communautés musulmanes que dans les communautés Juives, la masse n’est pas de ceux qui sont actifs et courageux à affronter l’ennemi ouvertement. Eh bien, le Tout-Puissant, s’Il le veut, se servira des quelques-uns que nous sommes pour faire des grandes choses.

     

    Préjugés anti-Juifs, antimusulmans

     

    Il faut absolument combattre cela. Le Satan/ShayTan se sert des préjugés que nous aurions les uns contre les autres pour faire régner l’animosité. C’est lui, l’ennemi, et non mon frère Musulman, c’est non mon frère Juif.

    Au contraire, nous devons chercher à nous connaitre avec nos traditions, pour nous comprendre, pour nous respecter mutuellement. C’est ainsi que nous vivrons pacifiquement et dans l’amitié malgré nos différences qui ne sont que provisoires dans ce monde-ci. Car en réalité, nous poursuivons le même but, la proximité du Créateur et la recherche ce qu’Il Lui plait.

     

    Bijlagen:
    L'Islam est-il antisémite IRIB 12 06 12.docx (26.6 KB)   

    22-06-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    11-06-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Quelle forme la Nakba prendra-t-elle dans l’avenir ? 3/3
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    Quelle forme la Nakba prendra-t-elle dans l’avenir ?

     

    Ci-dessous une intéressante analyse, parue dans CHRONIQUE DE PALESTINE du 23 mai ’18, sur la situation en Palestine Occupée, la Terre Sainte, depuis le début du sionisme. Nous sommes reconnaissants au Prof Joseph MASSAD qui nous explique comment les sionistes sont arrivés à réaliser leur plan maléfique jusqu’à nos jours, à voler la terre d’autrui par la terreur. Vu la longueur de son texte, nous l’apporterons en trois parties.

    Nous pensons qu’en premier lieu les Palestiniens eux-mêmes (Juifs, Musulmans, Chrétiens) devraient bien connaître l'Histoire de la Terre Sainte à laquelle ils sont spirituellement attachés et de la protéger efficacement contre la présence et l’occupation sionistes. Aussi les activistes antisionistes dans le monde entier devraient étudier l’histoire de la Palestine depuis son début (et non à partir de 48 ou juste un peu avant) afin de pouvoir avec succès soutenir politiquement le peuple palestinien, qui ploie sous le joug du sionisme, via les instances internationales.

    Ce n'est pas parce que l'entité sioniste existe qu’il faille en accepter le fait. Les sionistes profitent de l’ignorance des masses concernant leur hérésie, sèment grâce à leur propagande la confusion entre Juifs et sionistes et entre Musulmans et terroristes. Ils attendent que nous antisionistes abdiquions, que nous abandonnions la lutte pour les droits des Palestiniens, le recouvrement de leur terre et leurs biens et le retour des exilés. Cette entité est illégale et doit être démantelée pour que justice soit faite aux Palestiniens. En attendant, nous devons continuer à considérer le pays comme la Palestine occupée, non pas comme "Israël", qui n'est pas un Etat, même s'il se comporte en tant que tel.

    Peut-être faudrait-il commencer par utiliser les termes appropriés pour parler de ce conflit sioniste-palestinien et boycotter le langage que les sionistes imposent au monde; nous nous comprendrions mieux. Exemples: juif / sioniste, "Israël" / Palestine occupée, entité sioniste, régime sioniste, etc.

    Cette analyse nous concerne nous Juifs aussi, car parallèlement aux Musulmans nous subissons les mêmes misères de la part des sionistes, les Juifs de stricte observance antisionistes sont gênés dans leur ‘Avodass HaShem. Le but des agitations sionistes est de retarder dans un premier temps la libération de la Palestine de la présence sioniste, et de l’impureté sioniste qui retarde la venue de Moshiach et les Promesses Divines.

    Première partie : Quelle forme la Nakba prendra-t-elle dans l’avenir ? 1/3

    Deuxième partie : Quelle forme la Nakba prendra-t-elle dans l’avenir ? 2/3

    Troisième partie

     
    La partition sans expulsions

    Le Plan de partition des Nations Unies de 1947 va proposer une autre solution. Alors que la Commission Peel proposait que les terres privées et publiques soient volées et que le peuple soit expulsé, le plan de partition de l’ONU proposait uniquement de partager la Palestine mandataire entre les colons Juifs et les autochtones palestiniens, en donnant aux colons qui constituaient alors moins d’un tiers de la population plus de la moitié de la terre.

    Et contrairement à la Commission Peel, le plan de l’ONU interdisait explicitement la confiscation des terres privées et l’expulsion des populations. Les sionistes ont accepté le plan de partition de l’ONU, mais ils ont violé tous ses préceptes en faisant comme s’il s’agissait du plan de la Commission Peel ratifié par l’ONU.

    Le Plan de partition de l’ONU était en fait une proposition non contraignante qui n’a jamais été ratifiée ni adoptée par le Conseil de sécurité et n’a donc jamais acquis de statut juridique.

    Néanmoins, il est important de se pencher sur le sens exact que le plan donnait aux expressions « État Juif » et « État arabe » parce qu’”Israël” utilise ce document pour justifier son établissement et exiger que les Palestiniens et le monde entier reconnaissent son droit d’être un « État Juif », plutôt que l’État israélien de tous ses citoyens.

    Le plan stipule clairement qu’il n’y aura « aucune discrimination d’aucune sorte entre les habitants sur la base de la race, de la religion, de la langue ou du sexe » et qu' »aucune expropriation de terres appartenant à un arabe dans l’Etat Juif (ou à un Juif dans l’Etat arabe)…. ne sera autorisée, sauf à des fins d’intêret publique ». Dans tous les cas d’expropriation, l’intégralité de l’indemnité fixée par la Cour suprême sera versée avant la dépossession. ».

    Lorsque la « Déclaration d’indépendance de l’État d’”Israël” » a été publiée le 14 mai 1948, les forces sionistes avaient déjà expulsé environ 440 000 Palestiniens de leurs terres et ils allaient en expulser 360 000 de plus dans les mois suivants.

    Il s’ensuit clairement que les efforts d’”Israël” pour établir un État à majorité démographique Juive, au moyen du nettoyage ethnique, n’ont rien à voir avec le Plan de partition des Nations Unies, mais tout à voir avec les recommandations de la Commission Peel.

    La manière dont “Israël” s’autoproclame État Juif n’est pas non plus conforme au Plan de partition des Nations Unies, en ce sens que c’est un État qui privilégie les citoyens Juifs par rapport aux citoyens non-Juifs sur le plan racial et religieux, légalement et institutionnellement.

    Le plan de partition des Nations Unies sur lequel “Israël” se fonde prévoyait au départ un État Juif à majorité arabe (cela a ensuite légèrement modifié pour inclure une population arabe de 45 %). Le plan n’a donc jamais envisagé un État Juif sans aucun arabe, ou Araberrein, comme l’État israélien l’avait espéré et comme de nombreux Juifs israéliens l’espèrent encore aujourd’hui.

    En effet, comme la Palestine était divisée en 16 districts, dont neuf étaient situés dans l’État Juif prévu, les arabes palestiniens étaient majoritaires dans huit des neuf districts.

    Nulle part dans le plan de partage de l’ONU l’utilisation du terme « État Juif » n’autorise le nettoyage ethnique ou la colonisation par un groupe ethnique des terres privées confisquées à un autre groupe ethnique, d’autant plus que le plan voyait les arabes dans l’État Juif comme une grande « minorité » perpétuelle et l’emploi de ce mot même garantissait aux Palestiniens les droits qui doivent être accordés aux minorités dans tous les États.

    Par contre dans l’État arabe, le plan de l’ONU prévoyait qu’il n’y aurait qu’une population Juive de 1,36 %.

    Le mouvement sioniste a compris le parti qu’il pouvait tirer de cette contradiction du plan de Partition et il a entrepris d’expulser la majorité de la population arabe de l’État Juif prévu, conformément aux recommandations de la Commission Peel. Mais les sionistes n’ont pas réussi à rendre l’état Araberrein, ce qui a compliqué les choses pour eux au fil du temps.

    Aujourd’hui, environ un cinquième de la population d’”Israël” est constituée d’arabes palestiniens qui subissent une discrimination légale et institutionnalisée en tant que non-Juifs.

    Les sionistes, y compris l’éminent historien israélien Benny Morris, soutiennent que c’est la présence même d’arabes dans l’État Juif qui l’oblige à édicter des lois racistes. SI “Israël” avait réussi à chasser tous les palestiniens, la seule loi qui serait nécessaire pour préserver le statut des Juifs serait une loi sur l’immigration. (Voir mon débat avec Morris dans History Workshop Journal et dans mon livre The Persistence of the Palestinian Question.)

    Mais contrairement au plan de partition de l’ONU, “Israël” entend par « État Juif » l’expulsion d’une majorité de la population arabe, le refus de laisser les refugiés revenir dans leur pays, la confiscation des terres palestiniennes pour la colonisation exclusive des Juifs, et l’adoption de dizaines de lois discriminatoires à l’encontre des Palestiniens qui sont restés dans le pays.

    Quand “Israël” exige aujourd’hui que l’Autorité palestinienne et les autres États arabes reconnaissent son droit d’être un État Juif, cela ne signifie pas qu’ils doivent reconnaître sa judéité de la manière dont le plan de partage de l’ONU l’envisageait, mais plutôt de la manière dont “Israël” comprend et applique cette définition sur le terrain.

    Le plan sioniste pour pérenniser la Nakba n’a pas changé depuis la recommandation de Herzl. Si le rapport de la Commission Peel a constitué la première approbation de ce plan par un gouvernement occidental, ce n’était pas du tout le cas du plan de partition de l’ONU. Dans ce contexte, la Nakba infligée aux Palestiniens allait comprendre trois étapes principales, la première a précédé le plan de l’ONU et les deux autres ont suivi l’échec de l’ONU à faire respecter l’esprit de son plan de partition sur le terrain.

    Phase I (1880-1947)

    Phase II (1947-1993)

    Cette phase a vu se poursuivre et s’intensifier, mais cette fois par des moyens illégaux, la conquête de la terre et l’expulsion forcée de la population sur la période 1947-1950 dans les zones que l’État d’”Israël” avait déclaré siennes en 1948, et sur la période 1967-1968 en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, ainsi que sur le plateau du Golan en Syrie et dans la péninsule du Sinaï en Égypte. “Israël” a voté des lois pour légitimer la confiscation des terres et empêcher le retour des réfugiés expulsés, et a institué un système de gouvernement démocratique racialiste qui prive les autochtones de l’égalité et limite leur droit à posséder de la terre et à à résider dans leur propre pays.

    “Israël” a coopté et/ou créé une caste de collaborateurs pour diriger les Palestiniens (les mukhtars dans les zones de 1948, et les ligues villageoises dans les zones de 1967) et s’est efforcé de délégitimer les réfugiés survivants en prétendant qu’ils étaient victimes de leur propre erreur de jugement qui les avait fait quitter, de leur propre gré, des maisons dont ils n’avaient pas du tout été expulsés par les sionistes.

    Cette stratégie à multiples facettes a été appliquée avec souplesse et efficacité à l’intérieur d’”Israël”, et dans les territoires occupés en 1967, sauf que, malgré tous leurs efforts, les Israéliens n’ont pas réussi à installer totalement et durablement un leadership de collaborateurs dans le pays qu’ils occupaient.

    Phase III (1993-2018)

    Les expulsions massives illégales sont devenues impossibles pendant cette phase, mais les expulsions individuelles légales et surtout les confiscations massives de terres sous couvert de la loi se sont poursuivies sans entrave.

    Les occupants ont aussi changé complètement de tactique en ce qui concerne les dirigeants palestiniens. Comme ils n’arrivaient pas à chasser du pouvoir la direction palestinienne anticoloniale historique, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), pour la remplacer par un gouvernement de collaborateurs, ils ont fait semblant de s’accommoder de l’OLP pour la corrompre et la transformer en une équipe de collaborateurs et d’exécutants du colonialisme sioniste, l’Autorité palestinienne (AP).

    “Israël” voulait aussi que la direction palestinienne de collaboration reconnaisse officiellement que le colonialisme sioniste était et est toujours légitime et que l’expulsion des Palestiniens et le vol de leurs terres était et est légitime. Cet objectif a été atteint avec les accords d’Oslo et les nombreux accords que l’AP a signé avec “Israël” depuis.

    Sur la base des stratégies employées au cours de ces trois phases, on peut extrapoler les tactiques qui seront utilisées pendant les 30 prochaines années, pour qu’”Israël” atteigne l’âge de 100 ans et rende la Nakba totalement irréversible.

    La phase future

    La phase future est déjà en cours, il s’agit d’éliminer complètement les deux tiers du peuple palestinien et leur droit à la terre.

    Une partie de ce projet a été réalisée au cours de la phase III, notamment en éliminant l’OLP qui représentait réellement tous les Palestiniens, et en créant l’AP qui ne représente – sur le papier – que les Palestiniens de Cisjordanie (excepté Jérusalem) et de Gaza.

    “Israël” a déjà relégué la question des réfugiés palestiniens dans des pourparlers sur le statut final qui n’ont jamais eu lieu, et espère maintenant éliminer formellement leur droit au retour garanti par l’ONU, et même la question des réfugiés palestiniens elle-même.

    Les efforts en cours du gouvernement américain et d’”Israël” pour détruire l’UNRWA, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, visent à en finir avec la question des réfugiés une fois pour toutes.

    Dans la phase future – déjà en cours – “Israël” s’efforcera aussi d’éliminer complètement les hypocrites démonstrations de nationalisme de l’AP, et de mettre en place une équipe de collaborateurs qui ne feront même plus semblant de défendre les Palestiniens contre la Nakba.

    Enfin, dans cette phase, “Israël” intensifiera ses efforts pour isoler les survivants palestiniens de la Nakba qui dure depuis 140 ans, et les entourer d’ennemis arabes, qui sont maintenant les meilleurs amis d’”Israël” ou du moins les ennemis avoués des Palestiniens qui continuent de résister à la Nakba – comme les régimes jordanien, égyptien, syrien** et libanais** ainsi que tous les régimes du Golfe (à l’exception possible du Koweït).

    Pendant que les politiciens et intellectuels arabes et palestiniens libéraux et néolibéraux et les dirigeants arabes non élus entérinent les projets israéliens pour assurer leur propre avenir désormais lié à l’avenir d’”Israël” et à l’éternisation de la Nakba, ce qui reste du peuple palestinien en Palestine continue à résister et à subvertir la stratégie israélienne.

    La résistance palestinienne à la Nakba actuelle et future, que ce soit en “Israël”, en Cisjordanie (Jérusalem comprise), à Gaza ou en exil, ne faiblit pas, malgré tous les efforts d’”Israël” pour l’écraser.

    Comme les contradictions au sein de l’Etat colonial et le contexte internationale ne lui permettent plus à de se lancer dans l’expulsion illégale et massive de la population, “Israël” a présenté au gouvernement de collaboration de l’AP un projet d’expulsion légale et volontaire des citoyens palestiniens d’”Israël” par le biais d’un accord final (du type Plan Peel). Toutefois le projet s’est avéré plus facile à rédiger qu’à mettre en pratique.

    La période actuelle est une période de transition. En effet un certain nombre d’obstacles se dressent maintenant sur le chemin d’”Israël” pour rendre la Nakba irréversible en s’appropriant toute la terre et en expulsant toute la population.

    A l’intérieur même d’”Israël”, les citoyens palestiniens israéliens sont vent debout contre la nature Juive et coloniale de l’État, et ils exigent l’abolition de ses nombreuses lois racistes. L’équipe de collaborateurs de l’AP, encore au pouvoir en Cisjordanie, est sur le point de perdre son dernier vestige de légitimité avec la disparition prochaine de Mahmoud Abbas.

    La résistance, à Gaza, de la population et de l’aile militaire du Hamas n’a pas été affaiblie malgré les agressions monstrueuses d’”Israël” et l’assassinat de milliers de personnes depuis 2005, année où “Israël” a retiré ses colons et déplacé ses forces d’occupation de l’intérieur de Gaza vers son périmètre, d’où elles maintiennent les Gazaouis sous un siège brutal.

    Si la Grande Marche du retour des dernières semaines signifie quelque chose, c’est bien que la volonté du peuple palestinien demeure inflexible et inébranlable.

    Sur le plan international, le mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions isole de plus en plus “Israël” en prenant de l’ampleur sauf dans les cercles gouvernementaux occidentaux et arabes.

    Même si les régimes officiels occidentaux et arabes apportent à l’Etat colonial israélien un soutien inconditionnel, ils refusent catégoriquement de le laisser expulser de force les 6,5 millions de Palestiniens vivant sous son régime colonial dans les régions saisies en 1948 et en 1967. Ils lui permettent cependant de continuer à confisquer les terres des Palestiniens et à les opprimer, les assassiner et les emprisonner. Ce faisant, ils soutiennent une moitié des plans de Nakba éternelle d’”Israël”, mais pas l’autre.

    C’est le dilemme d’”Israël” depuis le début.

    Quand, après la conquête de 1967, Golda Meir a demandé au Premier ministre Levi Eshkol ce qu’”Israël” ferait d’un million de Palestiniens puisqu’il ne rendrait pas les territoires occupés et qu’il ne pourrait plus les expulser en masse, il lui a répondu : « Vous voulez la dot, mais pas la mariée. »

    Dans ce contexte, il semblerait que la Nakba n’ait pas d’avenir, sauf si les dirigeants israéliens pensent pouvoir s’en tirer avec une nouvelle expulsion massive de millions de Palestiniens. En ce 70ième anniversaire de l’établissement de l’État colonial Juif, Netanyahu a raison de craindre qu’”Israël” n’atteigne pas ses 100 ans, et que l’avenir de la Nakba, tout comme celui d’”Israël”, soit derrière elle.

    11-06-2018 om 08:43 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    07-06-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Journée mondiale de Jérusalem / Al Quds 2018
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


    Journée mondiale de Jérusalem / Al Quds

     

     

    Image : Juifs comme Musulmans s’accordent à dire que le sionisme est une catastrophe et que les sionistes commettent des crimes contre l’humanité

     

     

    En cette journée intitulée Journée mondiale de Quds, instituée par l’Imam Khomeiny, nous nous rappelons spécialement que le sionisme est l’ennemi de toute l’humanité. Ce mal du sionisme frappe partout, notamment  en Terre Sainte, la Palestine Occupée. Cette tumeur cancéreuse du sionisme est aussi chez nous, nous sommes tous concernés.

     

    YECHOUROUN- JUDAISME CONTRE SIONISME une fois de plus manifeste  sa solidarité au peuple palestinien qui aujourd’hui est la victime des sionistes, ce qui se doit de rappeler aux Juifs les persécutions subies dans leur passé.

    YECHOUROUN- JUDAISME CONTRE SIONISME réitère son Appel à l’initiation d’une alliance stratégique amicale entre Judaïsme et Islam contre le sionisme. Le Satan cherche la discorde entre croyants. Juifs et Musulmans ne sont pas ennemis les uns des autres ; ils marchent parallèlement dans la même direction vers le même but : la proximité du Tout-Puissant Créateur.  Rejoignez-nous, et ensemble nous serons forts et ferons reculer l'ennemi.

     

    Pour rappel la position de l’Imam Khoneyni par rapport aux Juifs :

     

    «Nous savons très bien que les communautés juives et sionistes ne sont pas les mêmes, nous sommes contre les sionistes et notre opposition à eux est parce qu'ils sont contre la religion de tous ensemble - ils ne sont pas Juifs, ce sont des politiciens qui commettent des actions au nom du Judaïsme. Le Peuple Juif a commencé à leur en vouloir. En fait, tous les humains devraient s’indigner de leurs actions. »



    https://www.youtube.com/watch?v=zWIqUknOxnE

     

     

    07-06-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    05-06-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Quelle forme la Nakba prendra-t-elle dans l’avenir ? 2/3
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

     Quelle forme la Nakba prendra-t-elle dans l’avenir ?

     

    Ci-dessous une intéressante analyse, parue dans CHRONIQUE DE PALESTINE du 23 mai ’18, sur la situation en Palestine Occupée, la Terre Sainte, depuis le début du sionisme. Nous sommes reconnaissants au Prof Joseph MASSAD qui nous explique comment les sionistes sont arrivés à réaliser leur plan maléfique jusqu’à nos jours, à voler la terre d’autrui par la terreur. Vu la longueur de son texte, nous l’apporterons en trois parties.

    Nous pensons qu’en premier lieu les Palestiniens eux-mêmes (Juifs, Musulmans, Chrétiens) devraient bien connaître l'Histoire de la Terre Sainte à laquelle ils sont spirituellement attachés et de la protéger efficacement contre la présence et l’occupation sionistes. Aussi les activistes antisionistes dans le monde entier devraient étudier l’histoire de la Palestine depuis son début (et non à partir de 48 ou juste un peu avant) afin de pouvoir avec succès soutenir politiquement le peuple palestinien, qui ploie sous le joug du sionisme, via les instances internationales.

    Ce n'est pas parce que l'entité sioniste existe qu’il faille en accepter le fait. Les sionistes profitent de l’ignorance des masses concernant leur hérésie, sèment grâce à leur propagande la confusion entre Juifs et sionistes et entre Musulmans et terroristes. Ils attendent que nous antisionistes abdiquions, que nous abandonnions la lutte pour les droits des Palestiniens, le recouvrement de leur terre et leurs biens et le retour des exilés. Cette entité est illégale et doit être démantelée pour que justice soit faite aux Palestiniens. En attendant, nous devons continuer à considérer le pays comme la Palestine occupée, non pas comme "Israël", qui n'est pas un Etat, même s'il se comporte en tant que tel.

    Peut-être faudrait-il commencer par utiliser les termes appropriés pour parler de ce conflit sioniste-palestinien et boycotter le langage que les sionistes imposent au monde; nous nous comprendrions mieux. Exemples: juif / sioniste, "Israël" / Palestine occupée, entité sioniste, régime sioniste, etc.

    Cette analyse nous concerne nous Juifs aussi, car parallèlement aux Musulmans nous subissons les mêmes misères de la part des sionistes, les Juifs de stricte observance antisionistes sont gênés dans leur ‘Avodass HaShem. Le but des agitations sionistes est de retarder dans un premier temps la libération de la Palestine de la présence sioniste, et de l’impureté sioniste qui retarde la venue de Moshiach et les Promesses Divines.

    Première partie : Quelle forme la Nakba prendra-t-elle dans l’avenir ? 1/3


    Deuxième partie

     

    Les expulsions

    L’observation de la stratégie sioniste pour faire de la Nakba une réalité quotidienne, passée et présente, nous fournit quelques indices sur la manière dont Israël entend la pérenniser dans l’avenir, au moins jusqu’à ce que l’état colonial atteigne l’âge de 100 ans.

    L’empire ottoman a introduit en 1858 une loi pour transformer les terres de l’État et les terres communales en propriété privée dans tout le sultanat, qui a constitué la première étape de la dépossession des Palestiniens en les expulsant de leurs terres par la force de la loi. En effet beaucoup de paysans palestiniens n’ont pas pu enregistrer, alors, leurs terres à leur nom parce qu’ils ne pouvaient pas payer les impôts impériaux pour ce faire, et leurs terres ont été vendues aux enchères dans les dix ans qui ont suivi, à des marchands de Beyrouth, de Jérusalem et d’autres villes.

    Cela a permis aux colons sionistes européens de s’installer en Palestine. La première vague est arrivée en 1868. Ces premiers colons étaient des protestants millénaristes allemands appelés Templiers ; ils décidèrent d’établir plusieurs colonies dans le pays pour accélérer la seconde venue du C.

    Entre-temps, les propriétaires arabes qui n’exploitaient pas leurs terres, en ont vendu à des philanthropes juifs comme le baron Edmond de Rothschild qui les a cédées à des Juifs russes, qui se faisaient appeler les Amoureux de Sion, pour établir leurs colonies.

    Les chrétiens allemands déjà installés ont partagé avec les nouveaux colons juifs l’expérience coloniale accumulée pendant une quinzaine d’année. Le sort des colons allemands a été scellé avec la Seconde Guerre mondiale, ils ont été expulsés par les Britanniques et leurs terres ont été reprises par les sionistes juifs et plus tard par les Israéliens, mais l’avenir des colons juifs sionistes s’est révélé beaucoup plus prometteur.

    Les Allemands semblaient avoir des relations relativement cordiales avec les Palestiniens indigènes, à la différence des colons juifs qui expulsaient tous les villageois palestiniens des terres qu’ils achetaient. Parmi les dirigeants des colons juifs chargés de leur expulsion, certains avaient mauvaise conscience.

    L’agronome et colonisateur polonais Chaim Kalvarisky, directeur de l’Association pour la colonisation juive, l’une des armes du mouvement sioniste, a écrit en 1920, après avoir dépossédé les Palestiniens pendant 25 ans, c’est-à-dire depuis les années 1890 : « La question des Arabes m’est apparue pour la première fois dans toute sa gravité immédiatement après le premier achat de terres que j’ai fait ici. J’ai dû déposséder les résidents arabes de leurs terres dans le but d’y installer nos frères. »

    Kalvarisky disait que la « complainte » de ceux qu’il chassait de leur terre « n’a pas cessé de résonner à mes oreilles par la suite ». Pourtant, il a affirmé à l’Assemblée provisoire sioniste qu’il n’avait pas d’autre choix que de les expulser parce que « les juifs l’exigeaient ».

    Les expulsions engendrées par les acquisitions sionistes de terres respectaient la loi ottomane et n’étaient pas contestables, mais cela n’a pas suffi à l’occupation britannique qui a mis en place régime d’expulsion plus musclé, peu après sa prise de pouvoir.

    Un des premiers instruments britanniques les plus importants pour dénationaliser et expulser des dizaines de milliers de Palestiniens a été l’Ordre de la citoyenneté palestinienne de 1925 que les Britanniques ont imposé au pays. A la lumière du Traité de Lausanne de 1923 qui fixait les conditions de l’après-guerre dans les anciens territoires ottomans, l’article 2 de l’Ordre de la citoyenneté palestinienne donnait à des milliers d’expatriés palestiniens un ultimatum de deux ans pour demander la citoyenneté palestinienne, qui a été réduit à neuf mois seulement par le haut-commissaire britannique en Palestine.

    Comme l’historien du droit palestinien Mutaz Qafisheh le montre, cette période de neuf mois « était insuffisante pour que les autochtones qui travaillaient ou étudiaient à l’étranger puissent rentrer chez eux. Par conséquent, la plupart de ces autochtones sont devenus apatrides. D’une part, ils avaient perdu leur nationalité turque [ottomane] en vertu du traité de Lausanne, d’autre part, ils ne pouvaient pas acquérir la nationalité palestinienne selon l’Ordre de la citoyenneté ». Environ 40000 personnes au bas mot se sont trouvées dans cette situation.

     Les débats des sionistes depuis les années 1890 sur ce qu’ils ont appelé le « transfert » des Palestiniens sont riches en détails et reflètent le consensus qui régnait sur la question entre les sionistes travaillistes majoritaires et les révisionnistes minoritaires qui se sont séparés des premiers pour former leur propre groupe un peu plus tard. Leur conclusion était la même et elle était sans appel.

     Les Palestiniens doivent être expulsés et leurs terres doivent être saisies, mais, pour ce faire, les sionistes doivent obtenir la souveraineté. C’était déjà le plan de Theodor Herzl dans son pamphlet de 1896 L’Etat juif : « Une infiltration [des Juifs] finira mal. Elle se poursuivra jusqu’au moment inévitable où la population autochtone se sentira menacée et obligera le gouvernement à stopper l’afflux de Juifs. L’immigration ne servira donc à rien si nous n’avons pas le droit souverain de poursuivre cette immigration ».

     Les dirigeants sionistes étaient d’accord. Le chef révisionniste Vladimir Jabotinsky a été clair sur la question dès le début, alors que David Ben-Gurion, qui connaissait l’importance de la propagande, se montrait plus prudent et plus attentif à la façon de présenter les choses en attendant que l’expulsion devienne la politique officielle du pouvoir souverain.

     Les conquérants britanniques de la Palestine leur ont alors rendu le service de publier le rapport de la Commission Peel, en 1937, lors de leur ré-invasion de la Palestine pour réprimer la grande révolte des Palestiniens de 1936-39. Ce rapport du gouvernement anglais a constitué la première proposition officielle britannique de voler les terres palestiniennes et d’expulser des centaines de milliers de Palestiniens.

     Plan directeur du « transfert »

     Le rapport proposait comme solution au conflit le partage du pays entre les colons juifs européens et les Palestiniens autochtones et stipulait que, pour réaliser le partage, il était nécessaire de priver les Palestiniens de leurs terres et de les expulser. Le rapport citait comme précédent l' »échange » des populations grecque et turque de 1923.

     L’échange prévu par le rapport en Palestine aurait entraîné l’expulsion de 225 000 Palestiniens de l’État juif prévu et de 1 250 colons juifs de l’État palestinien prévu.

     De plus, à une époque où les Juifs ne contrôlaient que 5,6 % des terres de Palestine (que ce soit par achat ou par l’octroi de terres d’État par les conquérants britanniques), principalement concentrées dans la plaine côtière, la Commission Peel proposait de créer un État juif sur un tiers du pays, y compris la Galilée, entièrement détenue et peuplée par des arabes. Cela aurait nécessité la confiscation de tous les biens qui appartenaient à des Palestiniens dans ces zones.

    Suite à cette proposition officielle britannique d’expulsion et de confiscation massives, Ben-Gurion a écrit dans son journal : « Le transfert obligatoire des arabes des vallées de l’État juif prévu pourrait nous donner quelque chose que nous n’avons jamais eu, même lorsque nous régnions en maîtres à l’époque des premier et deuxième temples : [une Galilée quasiment sans non-Juifs]. …. On nous donne ce que nous n’avons jamais osé imaginer dans nos rêves les plus fous. C’est plus que l’offre d’un état, d’un gouvernement et d’une souveraineté – c’est la consolidation nationale dans une patrie libre ».

    Le gouvernement britannique a approuvé les conclusions du rapport, et a cherché à obtenir l’accord de la Société des Nations pour partitionner le pays. Mais les Britanniques ont finalement dû abandonner le plan Peel, car il aurait entraîné l’expulsion massive et forcée des Palestiniens, en violation, entre autres, des règlements de la Société des Nations.

    Les sionistes, cependant, ont considéré à juste titre que le rapport de la Commission Peel les autorisait à promouvoir plus ouvertement leurs projets de vol de terres et d’expulsion. A l’instar de Jabotinsky qui avait appelé plus tôt à l’expulsion massive des Palestiniens, Ben-Gourion déclara en juin 1938 : « Je soutiens le transfert obligatoire. Je n’y vois rien d’immoral. » Sa déclaration venait soutenir la politique adoptée par l’Agence juive – le principal organe sioniste chargé de faire venir des colons juifs en Palestine – qui avait mis sur pied son premier « Comité de transfert de population » en novembre 1937 afin d’élaborer une stratégie pour l’expulsion forcée des Palestiniens.

    Joseph Weitz, le directeur du département des terres de l’Agence juive était un membre clé de ce comité. Ce n’était pas une coïncidence. Comme la colonisation et l’expulsion font partie de la même politique, le point de vue et le rôle de Weitz étaient déterminants. Les paroles de Weitz sur la question sont restées célèbres : « Entre nous, il doit être clair qu’il n’y a pas de place pour les deux peuples dans ce pays. Aucun ‘développement’ ne nous rapprochera de notre objectif qui est d’être un peuple indépendant dans ce petit pays. Après le transfert des Arabes, le pays sera tout à nous ;

    Si les Arabes, restent ici, le pays sera trop petit et nous ne serons pas libres… La seule solution est de transférer les Arabes vers les pays voisins, sauf peut-être Bethléem, Nazareth et la vieille ville de Jérusalem. Il ne doit pas subsister un seul village ni une seule tribu. »

    Comme l’historien palestinien Nur Masalha l’a expliqué, l’Agence juive a créé un deuxième comité de transfert de population en 1941, et un troisième pendant la conquête sioniste de la Palestine en mai 1948.

    La révolte palestinienne et le déclenchement de la Seconde Guerre ont donné un coup d’arrêt au plan britannique car les Britanniques ne pouvaient plus s’offrir des soulèvements en Palestine, et l’expulsion des Palestiniens a dû attendre la fin de la guerre.

     

    La partition sans expulsions

    … La suite à la prochaine publication.

     

    05-06-2018 om 23:46 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    04-06-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Lettre - un cri de douleur
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    מכתב זעקת כאב

     

     

    Lettre - un cri de douleur

     

     

    על אלו המחפים מעשי רשע ומשקרים בענין הגזירות על הדת בארץ ישראל

     

    A propos de ceux qui couvrent les mauvaises actions et mentent concernant la question des décrets sur la religion en Erets-Yisroel

     

     

    ידוע שברור כשמש שמי שמכריז ברבים שאין גזירת גיוס הוא ממש שותף לגזירות השמד

     

    Il est clair comme du cristal que celui qui proclame publiquement qu'il n'y a pas décret de recrutement, celui-là est vraiment un partenaire dans les décrets de shmad.

     

     

    En annexe (Bijlagen) encore 2 déclarations de Rabbins de la communauté orthodoxe sépharade.

    Bijlagen:
    מכתב זעקת כאב - déclarations de 2 Rabbins sépharades.jpg (164.5 KB)   

    04-06-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Comment “Israel” utilise les Juifs du monde entier comme boucliers humains

    Courrier des amis

    Comment “Israel” utilise les Juifs du monde entier comme boucliers humains

     

    Dans un éditorial du quotidien israélien Haaretz, Yossi Klein dénonce le machiavélisme d’ « Israël », qui nourrit l’antisémitisme contre les Juifs du monde entier.


    Juif américain qui dit sa "honte de l’insatiable machine de guerre israélienne"

     

    “Israel” est bien content de pouvoir exploiter à sa guise les Juifs de par le monde, et se moque comme d’une guigne du danger qu’il leur fait courir.

     

    “Israel” est un danger pour les Juifs, sur toute la planète. Il prétend être leur protecteur, mais n’a que faire des conséquences qu’ils auront à subir, à la suite de ses agissements. “Israel” use sans vergogne des Juifs vivant à l’étranger comme d’un gilet pare-balles, se prémunissant ainsi de l’hostilité suscitée par ses propres agissements.

     

    "Ma politique vous révulse ? Vous comptez me menacer ? Fort bien ! Sachez que les premiers touchés seront les Juifs de vos propres pays."

     

    Savoir comment les Juifs vivant à l’étranger, pourraient subir les conséquences de ses opérations militaires, n’entre pas dans les plans de l’armée israélienne. Cela ne compte pas.


    L’armée fait ce qu’elle veut, que cela soit dommageable ou non à la sécurité des Juifs dans le monde. Ceci, tout en n’omettant jamais prétendre les représenter, de parler en leur nom, les prenant, de fait, en otages, tels des boucliers humains.

     

    "Sois obéissant à “Israel”. Ta loyauté à ton propre pays, cela passe après"

     

    Le Judaïsme affiché par “Israel”, n’est pas du tout celui que, dans une grande majorité, partagent les Juifs de la diaspora. De toute façon, c’est “Israel” qui définit ce qu’est le Judaïsme.

     

    Le Judaïsme, à la sauce israélienne, c’est celui d’une minorité qui s’est emparée des manettes en “Israel”, et qui, aux USA, est toute ouïe aux discours des chrétiens sionistes, et n’est guère réceptive aux préoccupations des Juifs américains. Qu’ils soient libéraux ou conservateurs, “Israel” les combat s’il le faut, sans pour autant cesser de les instrumentaliser.


    Tous les gouvernements israéliens ont toujours su utiliser les Juifs de la diaspora. “Israel” ne se sent nullement gêné aux entournures si, en se camouflant derrière le Judaïsme, il l’expose au danger.

     

    Ainsi, en 1956, “Israel” a manipulé les Juifs égyptiens, en les incitant à nuire à leur propre pays.

     

    Pour ce faire, ce fut l’espion Jonathan Pollard qu’”Israel” envoya, sur place, mener à bien des opérations de déstabilisation de l’Egypte, pourtant son propre pays.

     

    “Israel” impose sa présence dans le monde Juif, faisant de la loyauté à son égard un véritable dogme, tout en n’ayant de cesse d’assimiler la moindre critique le concernant à une attaque contre les Juifs du monde entier et, selon ce scabreux raisonnement à ... de l’antisémitisme.

     

    Si on voit les choses ainsi alors, très franchement, “Israel” ne devrait nullement manquer d’antisémites, et ce à l’intérieur de ses propres frontières. On estime en effet à la moitié de la population israélienne, le nombre de réfractaires au gouvernement en place.

     

    Alors, au bout du compte, ce qui devait arriver est arrivé.

     

    A ce petit jeu réduisant toute voix critique à son égard à de l’antisémitisme, “Israel” a fini par trop tirer sur la corde. Selon l’adage bien connu, tant va la cruche à l’eau qu’elle finit par se casser.


    La tactique, usée de manière éhontée, consistant à porter à tout vent l’accusation d’antisémitisme, est devenue complètement obsolète.

     

    Le temps où nous arguions de notre bon droit à bombarder Gaza, en nous abritant derrière les atrocités nazies, le camps d’extermination d’Auschwitz, est désormais derrière nous.

     

    Mais “Israel” ne souhaite nullement s’y résoudre, et pour cause, tant il peut être bénéfique de parler à tout bout de champs d’antisémitisme. Cela ne permet-il pas de prouver ainsi l’échec des pays étrangers à protéger leur propre population de confession juive, mettant ainsi, en évidence, l’excellence d’”Israel” en la matière, seule bouée de sauvetage et refuge pour les Juifs d’un monde forcément hostile ?

     

    Les chefs d’”Israel” sont tellement fiers de se voir ainsi portés au pinacle, en héros d’un peuple juif tellement menacé. Pour “Israel”, les Juifs du monde sont, avant tout et sur toute la planète, ses Juifs.

     

    Que l’on se rappelle lorsque, il y a maintenant trois ans, une attaque terroriste a frappé mortellement des Français de confession juive. “Israel” s’est alors empressé d’appeler ceux-ci à émigrer en “Israel”, « seul pays à même de garantir leur sécurité ». (Ironie de l’histoire, c’est en “Israel” que le nombre de Juifs morts lors d’attentats est le plus élevé.)

     

    “Israel” balaie d’un revers de mains toute condamnation de ses crimes commis à Gaza. Dans le même temps, il abandonne à leur sort les Juifs de l’étranger, dédaigne les non Juifs, tout en leur demandant de l’aimer. “Israel” a soif de toute forme de la sollicitude que le monde, si reconnaissant, devrait lui prodiguer.


    Pour une médaille de judo, la naissance en fanfare d’une start up, notre pays se démènera dans tous les sens, nationalisant d’un côté, privatisant de l’autre, prêt à manger à tous les râteliers pour parvenir à ses fins.

     

    On en a eu un petit aperçu la semaine passée lorsque, aux Pays-Bas, deux questions de portée hautement nationale, étaient en jeu. Je veux parler de la victoire à l’Eurovision, et des tirs meurtriers contre la population gazaouie, deux sujets si chers à nos cœurs.

     

    La parodie néerlandaise de la chanson " Toy", où l’action de l’armée israélienne se voyait remise en question a été, très rapidement, qualifiée d’antisémite. Le tout accompagné, comme il se doit en de telles circonstances, de protestations en provenance de l’ambassade israélienne. La chanson n’avait absolument rien d’antisémitisme mais après tout, peu importe. Réduire toute contestation des crimes israéliens à de l’antisémitisme, voila tout ce qui compte.


    Si vous osez vous moquer de notre chanteuse Neta Barzilai, c’est que vous en voulez au premier ministre, à sa femme, son parti, et au bout du compte à tout son gouvernement que vous voulez renverser.

    Et pourquoi me direz-vous ?

     

    Parce-que nous l’avons décidé.

     

    Circulez, il n’ y a rien à voir, nous faisons autorité en la matière et, pour définir ce qui est, ou non, antisémite, c’est nous qui avons le dernier mot, et s’il le faut, pour appuyer nos dires, nous instrumentalisons sans honte les six millions de juifs assassinés par les nazis.

     

    Les israéliens sont responsables de l’arrivée au pouvoir de Nethanyaou. Pour autant, en quoi les Juifs du reste du monde devraient en assumer la responsabilité ? Pourquoi devraient-ils porter le fardeau des crimes et délits commis par cet autoproclamé "Roi des Juifs", qui fuit ses responsabilités quand sont menées des investigations criminelles à son égard ?

     

    Si je vivais à l’étranger, c’est d’un œil aussi inquiet qu’alarmé, que je suivrais les tenants et aboutissants de sa politique. L’affaire du bunker souterrain, comme celle de la voiture blindée pour Sarah, sont de très mauvais augure pour les Juifs. Qu’ils vivent, ou non, en “Israel”. Lorsque l’on apprend qu’il est en contact avec des agents immobiliers en Toscane, ou qu’il a ouvert un compte bancaire dans les Caraïbes, c’est qu’il est vraiment temps de donner un sérieux coup de balai dans la maison, de la cave au grenier.

     

    Le superbe et non moins magnifique Roi des Juifs, vendrait père et mère, pour le retrait d’une seule de toutes les charges l’accablant."

     

    (Traduit par Lionel R. pour CAPJPO-EuroPalestine)

     

    Source : https://www.haaretz.com/opinion/.premium-”Israel”-uses-diaspora-jews-as-human-shields-1.6135014

     

    CAPJPO-EuroPalestine

    04-06-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    31-05-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.70 ans d’entité sioniste en Palestine !
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    70 ans d’entité sioniste en Palestine !

     

     

    Ce sont 70 ans de blasphème, de révolte contre D’ par les sionistes usurpant et dominant sur la Terre Sainte. Le sionisme est un attentat à l’identité Juive plus grande épreuve que le Peuple Juif connaisse depuis son existence. Cela s’ajoute à l’Exil qui perdure !

     

    Ce sont aussi 70 ans de Nakba pour la population palestinienne native avec laquelle les Juifs de stricte observance, antisionistes et fidèles à la Thora, étant aussi victimes du sionisme et des sévices des sionistes, compatissent!

     

    Qui avait cru il y a 150 ans que le Mal, la Méchanceté, l’hérésie sioniste atteindrait de telles proportions, en plus au nom des Juifs ?! Nous ne pouvons que nous lamenter et espérer le secours Divin.

     

    Il nous faut encore  faire תשובה et activer la Résistance Juive, parallèlement à la Résistance Islamique Palestinienne, pour combattre le pire ennemi de l’humanité, chacun comme il lui est commandé dans sa Foi et selon ses capacités (prières, politiques, militaires).

     

    Ne loupez pas le rendez-vous de 70 Rabbis antisionistes à New-York ce dimanche 3 juin qui protesteront contre le défilé annuel célébrant l’entité sioniste !

     

    Voir en annexe (Bijlagen) le texte concernant cette manifestation de Juifs antisionistes.

     

     

    Bijlagen:
    70 Senior Rabbis to Protest Parade to Celebrate Israel at 70.JPG (107.2 KB)   

    31-05-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    29-05-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.L’impureté sioniste et le devoir de résister au sionisme
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

    L’impureté sioniste et le devoir de résister au sionisme


     

    « La situation est infernale, nous savons que leur armée est idolâtrie, adultère et effusion de sang. Celui qui y tombe ne peut pas rester avec l’aspect d’un Yid. Les hérétiques écrivent explicitement qu’ils vont attraper les Chareidim. On veut taire cela ! Les sionistes se creusent la tête pour organiser cela , et nous, nous devrions taire cela ! »

     

    C’est ce que dit le texte dans l’image. C’est un extrait d’un discours dont l’entièreté se trouve en annexe (Bijlagen). C’est un document authentique de Juifs antisionistes vivant sur place et qui subissent journellement les sévices des sionistes. Les sujets de ce document : le fondement de l’impureté sioniste et l'énorme obligation de toujours rester ferme dans la guerre contre les décrets de l’empire du mal en Terre Sainte, d’encourager ceux qui combattent et de faire très attention de ne pas être entraînés après les esprits étrangers qui soufflent de nos jours.

     

    Les Juifs Chareidim installés dans l’entité sioniste se plaignent du décret du régime sioniste de devoir s’enrôler dans l’armée sioniste. Selon la Thora, ce refus de faire le service militaire est justifié, mais avec ceci le problème essentiel n’est pas réglé, c.à.d. le sionisme même.

     

    De nos jours les sionistes cherchent l’occasion de revenir à leur plan antérieur, c.à.d. l’obligation du service militaire pour les citoyens valides, laïcs, religieux. Pour rappel, le 22 octobre 52, le laïc Ben-Gurion, ימ"ש, vint chez le Chazon Ish ז"ל, Rabbin expert en הלכה et l’autorité du Judaïsme dans le pays, pour discuter de l’enrôlement des filles dans l’armée. Jusqu’alors, il y eu un «statu quo», le compromis concernant la place de la Loi Juive dans la vie publique, sur laquelle Ben-Gurion avait déjà fait des concessions importantes - y compris le non-enrôlement des étudiants de ישיבות et la fermeture des entreprises pendant le שבת. Personne, d’un coté comme de l’autre, n’a pensé que ce compromis concernant les Chareidim deviendrait historique et perdurerait si longtemps !

     

    Le sionisme change de tactique au fur et à mesure du temps et de l’évolution des situations dans le monde, mais le but des sionistes reste le même : éloigner les Juifs de la Thora et du Judaïsme. Bien que grotesques, les sionistes se montrent aujourd’hui avec une facette de fausse piété avec laquelle ils cherchent toujours à attirer les Juifs. L’argent, l’honneur et des postes de pouvoir sont des offres empoisonnées pour faire abdiquer. Ils appuient aussi sur des touches sensibles telles que la « Terre Sainte », ils utilisent notre langue, notre nom « Yisroel » dont ils en changent la prononciation. Nous voyons aujourd’hui à quoi leur hérésie a amené ;  des Juifs ils en ont fait des païens, des âmes perdues ! Quand on se trouve dans l’entourage des sionistes, une contamination se fait, on pense autrement et finalement, on fait comme tout le monde, alors que nos Rabbis nous ont averti de ne pas avoir de relations avec les sionistes.

     

    Le malheur avec le renforcement du sionisme religieux est que même des Juifs pieux sont entrainés dans la כפירה (hérésie) et veulent ajuster le compromis en disant que ce n’est pas si grave. La tentation de vouloir être bien avec la plupart et de vouloir être tranquille empêche de s’opposer aux רשעים. Cela prolonge l’Exil et retarde la venue de Moshiach !!! Si les Juifs pieux et antisionistes, tels que les Chassidim de Satmar ou Neturei-Karta tombent, qu’en sera-t-il de la multitude d’autres Juifs inconscients ou faibles ?

     

    Maintenant avec les années, les Juifs se rendent compte du piège de la כפירה sioniste. Que faire ? Il nous reste que de la combattre ! Il faut faire la guerre à ces מסיתים ומדיחים pour que nous ne soyons pas entrainés davantage après eux et que nous ne venions pas à avoir des doutes quant à notre אמונה. Il faut continuer à révéler et dénoncer ce que les sionistes veulent faire des Juifs חרדים.

     

    Leur but en tant que mouvement nationaliste extrême et expansionniste est de s’approprier et dominer la Palestine Historique qu’ils appellent « le grand ‘Israel’ », ce qu’ils font sans tenir compte des Lois Internationales et en toute impunité faute d’un Tribunal International indépendant. Il nous faut prier pour que soit démantelée et que disparaisse cette entité sioniste anti-Thora avec sa ממשלת זדון (gouvernement de malice). L’existence de cette entité sioniste est un vrai blasphème, les sionistes en tant que mouvement nationaliste et expansionniste ne pensent qu’à voler la terre d’autrui et rendre les populations palestiniennes (toutes confessions confondues) malheureuses, en plus en Terre Sainte et au nom des Juifs !

     

    Nous ne devons pas oublier que nous sommes en גלות. La question du service militaire est effectivement ennuyeux pour les Juifs qui persistent à vouloir rester sous la domination sioniste avec ses « avantages », au lieu de prendre ce décret sioniste comme un rappel que nous sommes en Exil et Dispersion, et comme un signal pour se détacher des sionistes comme nos authentiques Rabbis nous ont avertis. 

     

    Si déjà des frères et sœurs pensent que leur place durant l’Exil est en Terre Sainte Occupée et dominée par les sionistes, c’est à leurs risques et périls. L’avantage de la lutte contre la כפירה sioniste est que le sionisme et ses adeptes sont dénoncés devant le monde entier… , avantage qui se paye très cher.

    Nous nous empressons de dire aussi que nous avons pitié des Juifs natifs qui désireraient sortir de l’entité sioniste, mais qui ne le peuvent, faute de moyens. Nous espérons que des Rabbins organiseront un « 
    עזרת פליטים » en Europe ou ailleurs dans le monde afin que nos frères comme emprisonnés, ployant sous le joug du sionisme soient aidés et libérés.

    Que HaShem nous vienne en aide!

    Bijlagen:
    יסוד טומאת הציונות 1.jpg (254.4 KB)   
    יסוד טומאת הציונות 2.jpg (311.3 KB)   

    29-05-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    26-05-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Quelle forme la Nakba prendra-t-elle dans l’avenir ? 1/3
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


    Quelle forme la Nakba prendra-t-elle dans l’avenir ?

     

    Ci-dessous une intéressante analyse, parue dans CHRONIQUE DE PALESTINE du 23 mai ’18, sur la situation en Palestine Occupée, la Terre Sainte, depuis le début du sionisme. Nous sommes reconnaissants au Prof Joseph MASSAD qui nous explique comment les sionistes sont arrivés à réaliser leur plan maléfique jusqu’à nos jours, à voler la terre d’autrui par la terreur. Vu la longueur de son texte, nous l’apporterons en trois parties.

    Nous pensons qu’en premier lieu les Palestiniens eux-mêmes (Juifs, Musulmans, Chrétiens) devraient bien connaître l'Histoire de la Terre Sainte à laquelle ils sont spirituellement attachés et de la protéger efficacement contre la présence et l’occupation sionistes. Aussi les activistes antisionistes dans le monde entier devraient étudier l’histoire de la Palestine depuis son début (et non à partir de 48 ou juste un peu avant) afin de pouvoir avec succès soutenir politiquement le peuple palestinien, qui ploie sous le joug du sionisme, via les instances internationales.

    Ce n'est pas parce que l'entité sioniste existe qu’il faille en accepter le fait. Les sionistes profitent de l’ignorance des masses concernant leur hérésie, sèment grâce à leur propagande la confusion entre Juifs et sionistes et entre Musulmans et terroristes. Ils attendent que nous antisionistes abdiquions, que nous abandonnions la lutte pour les droits des Palestiniens, le recouvrement de leur terre et leurs biens et le retour des exilés. Cette entité est illégale et doit être démantelée pour que justice soit faite aux Palestiniens. En attendant, nous devons continuer à considérer le pays comme la Palestine occupée, non pas comme "Israël", qui n'est pas un Etat, même s'il se comporte en tant que tel.

    Peut-être faudrait-il commencer par utiliser les termes appropriés pour parler de ce conflit sioniste-palestinien et boycotter le langage que les sionistes imposent au monde; nous nous comprendrions mieux. Exemples: juif / sioniste, "Israël" / Palestine occupée, entité sioniste, régime sioniste, etc.

    Cette analyse nous concerne nous Juifs aussi, car parallèlement aux Musulmans nous subissons les mêmes misères de la part des sionistes, les Juifs de stricte observance antisionistes sont gênés dans leur ‘Avodass HaShem. Le but des agitations sionistes est de retarder dans un premier temps la libération de la Palestine de la présence sioniste, et de l’impureté sioniste qui retarde la venue de Moshiach et les Promesses Divines.

    En voici la première partie :

     

    Phase I (1880-1947)

     

    Joseph MassadLa résistance palestinienne à la Nakba actuelle et future ne faiblit pas malgré tous les efforts d’Israël pour l’écraser.

    La conquête sioniste de la Palestine, qui a commencé de manière aléatoire au début des années 1880 et qui s’est intensifiée après le tournant du siècle, atteignant son apogée avec l’invasion et l’occupation britannique du pays avant la fin de la Première Guerre mondiale, a constitué les prémices de ce qu’on allait appeler la Nakba – la Catastrophe.

    Le terme « Nakba » a été utilisé par l’intellectuel syrien Constantin Zureik pour décrire ce qui était arrivé aux Palestiniens en août 1948 (dans son livre Ma’na al-Nakba qui est devenu un classique), mais d’autres auteurs ont employé d’autres termes. L’officier militaire jordanien et gouverneur de Jérusalem-Est Abdullah al-Tall a employé le terme karitha (catastrophe) dans son livre Karithat Filastin, et l’intellectuel nationaliste anticolonialiste palestinien Muhammad Izzat Darwaza le mot ma’saa (tragédie), dans son livre Ma’sat Filastin de 1959.

    Le terme « Nakba » s’est cependant révélé le plus approprié et le plus utilisé pour décrire le calvaire enduré par les Palestiniens. Le journaliste palestinien anticolonial puis maire de Jérusalem-Est Arif al-Arif l’a choisi comme titre de sa vaste historiographie en plusieurs volumes des événements de 1947-1952, publiée pour la première fois en 1956.

    Al-Arif commence par s’interroger : « Comment pourrait-on décrire ce qui nous est arrivé par un autre mot que Nakba ? Nous avons bien été victimes d’une catastrophe – nous, nous, les arabes en général, et les Palestiniens en particulier…. notre patrie nous a été volée, nous avons été expulsés de nos maisons, nous avons perdu un grand nombre de nos enfants et de nos proches et, en plus de tout cela, nous avons été profondément atteints dans notre dignité ».

    Étant donné que la Nakba se traduit principalement sur le terrain par le fait de voler les terres palestiniennes et d’expulser les Palestiniens de leurs terres, et, lorsque les terres ne peuvent être volées, ni les Palestiniens expulsés, de les soumettre à un contrôle systématique et à l’oppression, alors, et comme je l’ai soutenu il y a dix ans, il serait tout à fait inexact de considérer la Nakba comme un événement ponctuel et banal, lié à la guerre de 1948 et à ses conséquences immédiates. Il faut la considérer comme un processus qui s’est étendu sur les 140 dernières années, et qui a commencé avec l’arrivée des premiers colons sionistes au début des années 1880.

    Et d’autant plus que les dirigeants israéliens continuent à faire croire à leur propre peuple et au monde entier que la Nakba n’est pas seulement un processus passé et présent de dépossession et d’expulsion du peuple palestinien de ses terres, mais bien plutôt un processus nécessaire à la survie d’Israël. La Nakba n’est pas seulement un événement qui a commencé dans le passé et qui dure jusqu’à aujourd’hui, c’est une catastrophe destinée à durer car son développement futur a été soigneusement planifié. Quelle forme prendra la Nakba dans l’avenir ?

    Le colonialisme sioniste, qui s’est finalement débarrassé de son sponsor colonial britannique en 1948 et a établi l’Etat colonial d’occupation, n’a jamais cessé de craindre la fin de la Nakba. Les politiciens et intellectuels « pragmatiques » arabes et palestiniens libéraux et néolibéraux des trois dernières décennies ont plus ou moins entériné la propagande sioniste et impérialiste qui affirme qu’Israël est là pour rester et que la Nakba palestinienne est un événement historique qui ne pourra jamais être inversé, mais ce ne semble pas être le cas des dirigeants des colons juifs.

    En effet, des plans visant à empêcher la fin de la Nakba sont élaborés tous les jours par les dirigeants et les politiciens israéliens. Et les célébrations actuelles du 70ième anniversaire de la destruction du peuple palestinien sont gâchées par la peur que la situation ne s’inverse.

    La peur que la situation ne s’inverse

    Quelques mois avant les célébrations, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a ouvertement exprimé ses craintes et ses espoirs. Au cours d’une session régulière d’études bibliques à la résidence du premier ministre à Jérusalem-Ouest en octobre dernier, Netanyahu a dit, selon Haaretz : « Israël doit se préparer à faire face aux futures menaces existentielles s’il veut célébrer son 100ième anniversaire dans trois décennies. » Netanyahu, selon le journal, a ajouté que « le royaume hasmonéen n’avait survécu qu’environ 80 ans » et qu’il « faisait le nécessaire pour que l’état moderne d’Israël, lui, atteigne son 100ième anniversaire ».

    Le contexte des études bibliques est très révélateur, car il ne s’agit pas seulement d’un signe indiquant que la direction de l’état colonial est de plus en plus religieuse, mais d’un rituel initié par son premier ministre séculier et athée, David Ben-Gurion, qui avait inauguré la tradition des cours d’études bibliques à la résidence du premier ministre. Netanyahu l’a simplement reprise il y a plus de quatre ans. Si Ben Gourion et les premiers dirigeants juifs sionistes séculiers, à la différence des chrétiens protestants sionistes mais tout à fait comme les chrétiens sionistes séculiers, considéraient la Bible comme un livre d’histoire et de géographie qui inspire la colonisation, Netanyahu et les chefs religieux juifs de d’état colonial la considèrent aujourd’hui comme la justification religieuse de la colonisation.

    Tandis que les dirigeants israéliens expriment leurs craintes d’un renversement futur de la Nakba, les stratèges de l’état colonial s’assurent de sa pérennité. Ce que le président américain Donald Trump a appelé, à juste titre, « L’accord du siècle* » est une opération de communication qui va dans ce sens. L’accord du siècle est un remake des Accords d’Oslo du début des années 1990 (et la nouvelle version est encore pire que la précédente), qui garantissait la pérennité de l’état colonial israélien et de la Nakba palestinienne.

    Le projet d’Israël est d’effacer complètement la Nakba de la mémoire publique, d’éliminer les témoins qui ont survécu en les expulsant et en en faisant des réfugiés, et de forcer les survivants de la Nakba qu’ils n’ont pas encore réussi à éliminer, à reconnaître qu’Israël et le sionisme avaient le droit de leur infliger la Nakba, et que les Palestiniens sont responsables de tout ce qui leur est arrivé.

    Netanyahu est très attentif à cette dernière question. Il a déclaré lors de la même séance d’études bibliques que la condition qui garantirait l’avenir d’Israël et de la Nakba était que : « Quiconque parle d’un processus de paix doit d’abord dire que [les Palestiniens] doivent reconnaître Israël, l’État du peuple juif. »

    Les expulsions

    … La suite à la prochaine publication.

     

    26-05-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    22-05-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Les amis antisémites de Netanyahou et de Trump
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

    Courrier des amis

     

    Les amis antisémites de Netanyahou et de Trump


     

    Jean-Pierre Filiu relève dans son blog sur Le Monde, que Netanyahou a déroulé le tapis rouge à des antisémites américains notoires, à l’occasion du transfert de l’ambassade étatsunienne à Jérusalem. Ce qui montre toute l’hypocrisie de la "lutte contre l’antisémitisme" dans nos différents pays. Pour Israël, on peut être antisémite, à condition d’être sioniste, c’est à dire d’approuver les crimes israéliens contre les Palestiniens.

     

    "Les amis antisémites de Trump à Jérusalem

     

    Les deux prêcheurs américains qui ont « béni » le transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem ont un lourd passé de déclarations antisémites.


    John Hagee, militant du « sionisme chrétien »

     

    Donald Trump était représenté par sa fille Ivanka et son gendre Jared Kushner, lors de la cérémonie de transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, le 14 mai. Mais ce sont deux de ses très proches alliés dans l’extrême-droite évangéliste, les pasteurs John Hagee et Robert Jeffress, qui ont apporté leur crédit religieux à l’événement. Or l’un comme l’autre ont tenu par le passé des propos de nature antisémite, ce qui n’a pas semblé gêner leur hôte Benyamin Netanyahou, très attentionné à leurs égards.

     

    HAGEE : HITLER, UN « CHASSEUR » ENVOYE PAR DIEU

     

    John Hagee gère depuis 1975, à partir de son église Cornerstone, dans la ville texane de San Antonio, un réseau fondamentaliste fort aujourd’hui de 22000 fidèles revendiqués. Comme tant d’autres télévangélistes du sud des Etats-Unis, il associe entreprise familiale, conglomérat médiatique et succès éditoriaux pour consolider une base aux valeurs aussi intransigeantes qu’intolérantes. Conformément au credo des « sionistes chrétiens », bien plus engagés en faveur du Likoud israélien que les Juifs américains eux-mêmes, il milite en faveur du « retour » des Juifs en Israël, car il y voit l’accomplissement des prophéties divines. C’est dans cet esprit qu’il a fondé en 2006 Christians United for Israel (Chrétiens unis pour Israël), devenue l’organisation-phare des « sionistes chrétiens », alignés en Israël comme aux Etats-Unis sur la droite la plus dure, et donc favorables à la colonisation des territoires palestiniens occupés, à commencer par Jérusalem-Est.

     

    Hagee a prononcé, le 14 mai, la bénédiction du nouveau siège de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem. Il a à cette occasion été particulièrement choyé par le rayonnant Premier ministre Nétanyahou. Hagee a pourtant prétendu à au moins deux reprises par le passé qu’Adolph Hitler était en partie d’origine juive. Il avait même considéré dans un sermon que le chef nazi était l’instrument d’un dessein supérieur, dès lors que la Shoah avait poussé les Juifs à se rassembler en Israël : « Dieu a dit dans Jérémie, 16 : Voyez, je renverrai le peuple juif sur la terre que j’ai donnée à ses pères. Voyez, j’enverrai de nombreux pêcheurs et j’enverrai de nombreux chasseurs. Et alors les chasseurs les chasseront. Ainsi adviendra-t-il aux Juifs. Et Dieu a envoyé un chasseur. Un chasseur vient avec une arme pour vous contraindre. Hitler était un chasseur ». Un sermon aussi sulfureux avait créé la polémique au cours de la campagne présidentielle de 2008 où Hagee avait apporté son soutien, contre Obama, au républicain McCain, obligeant celui-ci à se désolidariser publiquement du télévangéliste.

     

    JEFFRESS : « NUL JUIF NE PEUT ETRE SAUVE »

     

    Robert Jeffress a ouvert par ses prières, le 14 mai à Jérusalem, la cérémonie de transfert de l’ambassade. Il avait déjà, en janvier 2017, prononcé le sermon de la messe marquant à Washington l’entrée de Donald Trump à la Maison blanche. Il contrôle depuis son fief baptiste de Dallas, dans le Texas, une communauté de 13000 fidèles, un peu moins nombreuse que celle du pasteur Hagee. Son empire médiatique est en revanche encore plus important que celui de son collègue, du fait de son programme radio-télévisé Pathway to victory (Chemin vers la victoire), retransmis en direct par un millier de stations partenaires, ainsi qu’à l’étranger. Jeffress a déclaré en 2010 qu’on « ne peut être sauvé en étant juif. Savez-vous d’ailleurs qui a dit cela ? Les trois plus grands Juifs du Nouveau Testament : Pierre, Paul et JC ». Il avait déjà affirmé deux ans plus tôt que la foi dans le judaïsme menait tout droit « en enfer », tout comme d’ailleurs la foi en l’Islam ou dans l’hindouisme.

    De telles outrances n’ont pas empêché Nétanyahou d’être aussi prévenant envers Jeffress qu’envers Hagee. Il est vrai que le Premier ministre israélien n’hésite plus à afficher sa complaisance envers l’extrême-droite américaine depuis l’élection de Trump. Il avait ainsi tardé trois longs jours, en août 2017, avant de se dire « scandalisé » par le rassemblement néo-nazi de Charlottesville, en Virginie, au cours duquel une contre-manifestante avait trouvé la mort. Une réaction aussi peu spontanée avait suscité l’émoi au sein de la communauté juive des Etats-Unis, très inquiète de la montée en puissance des suprémacistes blancs. Il est désormais clair que Netanyahou apprécie trop le soutien inconditionnel d’éminents « sionistes chrétiens » pour leur tenir longtemps rigueur de leurs déclarations antisémites."

     

    Source : http://filiu.blog.lemonde.fr/2018/05/20/les-amis-antisemites-de-trump-a-jerusalem/

     

    CAPJPO-EuroPalestine

    http://www.europalestine.com/spip.php?article14290

     

     

    22-05-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    14-05-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Il y a 70 ans, la Nakba palestinienne, et aussi une tragédie pour le Peuple Juif
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


    Il y a 70 ans,
    la Nakba palestinienne, et aussi une tragédie pour le Peuple Juif

     

    En 48, les sionistes ont expatrié de force des centaines de milliers de palestiniens de leurs propres foyers et de leurs terres. Le peuple palestinien a perdu sa patrie au profit de la création de l’entité sioniste que les sionistes appellent sans scrupule « Israël ».  Lors de ce drame, la majorité des terres palestiniennes fut occupée par le mouvement sioniste, et plus de 750000 palestiniens furent expulsés et devinrent des réfugiés. Les Palestiniens furent aussi victimes de dizaines de massacres, atrocités en tous genres, et pillages. Les grandes villes furent transformées en villes Juives, plus de 500 villages ont été détruits pour n’en citer que deux : Beth-Shemesh est construit sur le village arabe de Az-Zakariyya, et « Har-Nof sur le village de Deir Yassine. Une grande partie des familles bédouines qui vivaient dans le Néguev se firent chasser, et on tenta de supprimer l’identité palestinienne en supprimant les noms géographiques arabes.

     

    Cette commémoration de la Nakba montre l’attachement sans faille des Palestiniens au droit au retour sur leurs terres, en vertu de la résolution de l’ONU n°194.

     

    La création de l’entité sioniste est aussi une catastrophe pour le Peuple Juif, du fait qu’il est également victime de cette hérésie sioniste. La Thora interdit aux Juifs en Exil d’avoir une domination Juive en Terre sainte, sur la Palestine Historique, et voilà que les sionistes se servent de l’aspect extérieur du Judaïsme pour s’imposer aux nations comme des représentants des Juifs !

     

    Le texte qui suit apporte un regard Juif sur cette problématique du sionisme et sur la justice qui doit être rendue aux victimes palestiniennes du sionisme. Ce discours de Madame Hadassah BORREMAN donné lors de l’anniversaire de la Nakba 62, n’a rien perdu de son actualité.

     

    CONFÉRENCE DROIT LEGITIME AU RETOUR DU PEUPLE PALESTINIEN

     

    Texte du discours prononcé par Madame Hadassah BORREMAN à l’occasion de NAKBA 62 - 13 mai 2010

     

    Au nom du Tout-Puissant, le Très Miséricordieux

     

    Salaam ‘alaykum ! Paix à vous tous qui rejoignez le combat de la Justice ! Mes remerciements aux organisateurs de cette conférence.

     

    Chers amis,

     

    Quelque soit leur croyance ou leur opinion politique, les hommes et femmes de bonne volonté du monde entier sont d’accord pour le principe du droit légitime au retour du peuple palestinien dans ses foyers en Terre Sainte, en Palestine.

     

    L’association d’études rabbiniques « Yechouroun Judaïsme contre Sionisme », basée à Anvers, dont je suis la déléguée, s’est déjà prononcée à reprise et sans équivoque à ce sujet.

     

    Vous avez les chaleureuses salutations de mon époux Reb Shmiel Mordche BORREMAN, représentant de l’Association YECHOUROUN, qui malheureusement ne peut pas être des nôtres aujourd’hui pour raison de santé.

     

    Partenaire du Centre Zahra France, nous avons formulé en juillet 2008, un « APPEL A L’INITIATION D’UNE ALLIANCE STRATEGIQUE AMICALE ENTRE JUDAÏSME ET ISLAM CONTRE LE SIONISME ».

     

    Permettez-moi d’en citer 3 passages-clé pour introduire notre sujet :

     

    Première citation

     

    « Il a bien sûr la cause palestinienne qui devrait unir le Judaïsme de la Torah et l’Islam. L’antisionisme de la Torah devrait s’opposer au Sionisme et à son entité, même si pendant la période de notre Exil et de Dispersion, le  Saint Créateur avait installé en Terre Sainte au lieu de Palestiniens musulmans, d’autres peuples tels des Coréens ou Inuits. La Torah interdit formellement tout autant un pouvoir politique religieux, même régi selon les règles de la Torah, que l’actuel pouvoir de Kofrim (renégats), alliance de sionistes antireligieux et falsificateurs religieux. Malheureusement le Satan a réussi à tromper et à conditionner un très grand nombre de Juifs par la propagande sioniste.

    A quoi sont intéressés les Juifs non contaminés par le Sionisme dans la phase actuelle que nous croyons être celle des souffrances, des douleurs qui annoncent l’avènement du Messie?  C’est bien sûr que cesse au plus tôt la domination de la Terre Sainte par les Sionistes ! Car le Sionisme est l’obstacle principal qui empêche la venue du Messie, qui doit venir et qui est attendu, non seulement pour les Juifs, mais pour la rédemption de toute l’humanité. …

     

    Deuxième citation

     

    En période d’Exil et de Dispersion, les Juifs n’ont aucun intérêt à dominer la Terre Sainte, et les autres parties du monde non plus. Notre vocation divine est d’être « un peuple saint et un royaume de prêtres », une population pilote, exemplaire, au service de l’humanité. Nous devons nous rappeler, plus que jamais, que ce n’est que par et pour la Thora transmise à Moïse au mont Sinaï que nous sommes Juifs.

    C’est de bon cœur, que nous Juifs devons accepter et promouvoir la souveraineté du peuple palestinien sur l’entièreté de la Palestine historique. Pas une parcelle de la Terre Sainte ne peut rester profanée par les Sionistes.

     

    Vu ainsi, c’est le bon sens même. Il n’y a aucun antagonisme entre le Judaïsme et l’Islam. Le Sionisme est notre ennemi commun. …

     

    Dernière citation

     

    Nous devons compatir avec les victimes non-Juives du sionisme et soutenir la Résistance islamique palestinienne. Ceci contrairement aux gouvernements arabes qui laissent souffrir Gaza et craignent la Révolution Islamique dans leurs pays. La compassion et la bienfaisance sont des traits indélébiles des enfants d’Abraham, de toute âme Juive qui a été présente au Mont Sinaï lors du Don de la Thora. L’Amalek sioniste est le contraire.

    Notre proposition d’alliance stratégique amicale entre Judaïsme et Islam contre le Sionisme, resterait incomplète si nous ne faisions pas l’éloge et n’exprimerions pas notre soutien à la République Islamique d’Iran, fruit de la Révolution Islamique (1979). Cette Révolution Islamique a fait ses preuves et donne des impulsions spirituelles indispensables, de très haute qualité, aux aspirations des peuples pour leur souveraineté, contre le sionisme, l’impérialisme et toute forme d’injustice. »  Fin de citation.

     

    Cet APPEL A L’INITIATION D’UNE ALLIANCE STRATEGIQUE AMICALE ENTRE JUDAÏSME ET ISLAM CONTRE LE SIONISME n’a rien perdu de son actualité.

     

    Ce qui se passe en Palestine, à Gaza en particulier me fait en tant que Juive doublement mal. Tout d’abord, le Juif, est un humain. En lui doit se trouver les traits de caractères de son Père Céleste dont la Justice. Le génocide que surtout les frères Palestiniens de Gaza, majoritairement musulmans, subissent de la part des sionistes, est injuste et abject.

     

    Deuxièmement, les agressions contre les Palestiniens se font au nom des Juifs, en mon nom, au nom du Peuple Juif, au nom de Yisroe-l, un autre nom du patriarche Ya’qov. Et c’est à dessein que les sionistes ont appelé leur Etat « Israël ». C’est ainsi qu’est semée la confusion entre Juif et sioniste, Judaïsme et sionisme.

     

    Le sionisme de nos jours a pris une forme ‘pieuse’ ; des ‘rabbins’, pour de l’honneur et de l’argent pour leurs institutions, se sont laissés acheter et ‘cachérisent’ aujourd’hui les crimes des sionistes contre les Palestiniens. Ils trouvent même des versets justifiant leurs actes, bien sûr pour cela ils ont dû falsifier la Thora. Comment des Juifs, que les sionistes ont entraînés après eux dans leur hérésie, peuvent faire subir à un autre peuple, au peuple palestinien ce qu’eux-mêmes ou leurs parents ont subi pendant la deuxième guerre mondiale ?

     

    L’Etat sioniste n’est que la concrétisation de l’idéologie satanique du sionisme. Sa conception seule avait déjà à l’époque fait trembler les Maîtres du Judaïsme ; ils voyaient au loin le danger que le Peuple Juif allait encourir. Le sionisme est la pire des épreuves que le Peuple Juif a connue, cette épreuve a débordé sur nos frères Palestiniens, Juifs et Musulmans.

     

    Cette idéologie qu’est le sionisme a fait d’eux des gens de la pire espèce que le monde n’ait jamais connue. En 46, les sionistes, ces sinistres individus, se prenant pour les représentants de tous les Juifs, ce qu’ils tentent encore de faire aujourd’hui, se sont présentés devant les membres de l’ONU en les trompant en disant que les Juifs avaient besoin d’un Etat. Or, les Juifs fidèles à la Thora n’ont pas et ne demandent pas d’Etat, vu que le Saint Créateur dans un but précis a décrété pour eux l’Exil et la Dispersion, jusqu’à ce que Dieu Lui-même en décide la fin. La loi Juive interdit aux Juifs de mettre fin à l’Exil de par leurs propres moyens, elle interdit aussi de gouverner un pays, et plus encore de dominer un peuple en Terre sainte, la Palestine Historique. Les sionistes d’alors, le maudit Ben Gurion et consort, se sont emparés de la Palestine pour y ériger leur Etat de terreur, sans l’accord des habitants du pays. D’ailleurs le Peuple Palestinien n’existe pas pour eux.

     

    La religion du sioniste,  c’est le nationalisme ; ses buts sont : amasser et conquérir toujours plus de terres, ce qu’il fait en usant l’arrogance, la terreur, les armes.

     

    Osons appeler les choses par leur nom et leur réel qualificatif : ce qui se passe en Palestine Occupée, c’est de l’apartheid !

     

    Malgré le soutien de l’arrogance globale, des lobbys sionistes, de l’inertie des potentats arabes, de la trahison de la Clique Abbas, nous assistons à la débâcle, au début de la fin du Sionisme et de sa domination en Palestine. Le régime sioniste, bien qu'assisté de son semblable, Washington, se trouve aujourd'hui de plus en plus dévoilé, embarrassé et en déclin. Que sa perte soit pour très bientôt, comme nos prophètes l'ont annoncé, ce pourquoi le Juif authentique prie trois fois par jour en disant Velamachinim. C'est pour cela que les sionistes sont déchaînés, n'arrivant pas à atteindre leurs objectifs, ils entrent en guerre de façon sauvage, tels des démons assoiffés de sang.

     

    L’occupation brutale de la Palestine et le refus des droits élémentaires du peuple palestinien par les Sionistes ne peuvent plus durer longtemps. Pour cela, deux conditions sont essentielles, sine qua non, qui se complètent mutuellement : une pour les Palestiniens, l’autre pour leurs amis de par le monde.

     

    1.     La première condition, c’est la Résistance ! Résistance jusqu’au bout, et si elle est conséquente, elle se doit d’être Islamique. Gaza résiste, le peuple palestinien résiste, et c’est non seulement légitime, c’est une question d’être ou ne pas être. L’ennemi sioniste a beau n’être qu’un tigre en papier, il faut résister et lutter pour le vaincre. La Résistance islamique en Palestine, au Liban, dans d’autres pays encore, donne un bel exemple et un encouragement aux peuples du monde en lutte contre l’arrogance des grandes puissances, l’impérialisme et l’hégémonisme, pour un monde de Justice, pour l’avènement du Royaume Céleste sur Terre. Il est impératif que certains pays arabes se repentent pour leur honteuse collaboration avec le régime sioniste et prennent enfin la défense de leurs frères musulmans palestiniens.

     

    2.     La deuxième condition, se pose à nous tous : Il nous faut soutenir le peuple palestinien, la Résistance Islamique, le Hamas, le Jihad Islamique et tous les autres groupes de résistance qui luttent pour le recouvrement de tous les droits du peuple palestinien. Il faut que toutes les nations coupent leurs relations avec l’entité sioniste criminelle, boycottent leurs produits volés aux Palestiniens et dénoncent leurs actes de terreur. Nous devons nous opposer et dénoncer les lobbys sionistes, dont l’adresse en France est surtout le CRIF. Ne craignons pas de se faire traiter d’antisémites par le CRIF par exemple, car il est dévoilé. Le CRIF et les organisations sionistes équivalentes dans les autres pays sont le lobby sioniste, le Mossad. Ce sont de gros hypocrites, de gros racistes, de gros antisémites qui instillent le poison du sionisme partout où ils ont accès pour exercer leur influence dans les décisions : dans les gouvernements, dans les communautés Juives, dans l’enseignement, dans les médias et dans des associations de bienfaisances qui ne sont que des couvertures pour amasser de l’argent qui sert à financer l’armée sioniste. Les sionistes ont fait toute une industrie de l’ « holocauste » avec la souffrance des Juifs en 39-45 ; ils entretiennent un sentiment de culpabilité chez les membres de gouvernements ayant participé au génocide des Juifs, alors que, c’est le sionisme qui a attiré la colère de Dieu, la guerre.

     

    En tant que Juifs de la Torah, dont le message est Equité et Justice, il nous incombe une responsabilité particulière. Nos Sages enseignent : «  La tâche est immense, ce n’est pas à toi de la parachever, mais tu ne peux pas t’en défaire ». Nous dénonçons le Sionisme religieux, la domination étatique de l’entité sioniste sur la Terre Sainte, domination profondément injuste et obstacle principal à la réalisation de notre foi et espoir messianiques.

     

    Un SEUL Rabbi, le Saint Rabbi Joël TEITELBAUM, que son mérite  nous protège, a résisté à cette hérésie sioniste. Avec lui, chacun savait comment il fallait tenir. Cela fait 30 ans ce Tsadiq (Juste) nous a quittés, le Peuple Juif se trouve depuis sans dirigeants de cette envergure. Les sionistes profitent de la faiblesse des générations pour les entraîner à leur sinistre fin de damnés.

     

    Rappelons-nous, qu’avant l’avènement satanique du Sionisme, sous la domination ottomane, Juifs et Musulmans ont vécu fraternellement et paisiblement ensemble en Terre Sainte, en Palestine. Ce n’est que la brutalité sioniste qui a troublé cette bonne entente. Une telle entente régnait d’ailleurs dans tous les pays musulmans.

     

    Une fois, leur Etat érigé, les sionistes ont arrivé à entraîner dans leur hérésie des centaines de milliers de braves Juifs, fatigués et affaiblis de la deuxième guerre mondiale. Des rabbins ont alors commis une erreur fondamentale, pensant sauver la situation ; ils tombèrent dans le piège des sionistes  en les reconnaissant et discutant avec eux. Les 'rabbins' sionistes de la Agoudah siègent aujourd'hui avec les renégats et décident avec eux des crimes contre les Palestiniens.

     

    Ce n’est pas parce que cet Etat existe, qu’il faille en accepter le fait, le reconnaître et vivre avec. Cet Etat est illégal à tous égards et est la source de conflits en Palestine, et aussi au PO et MO et dans le monde.

     

    Chers amis,oeuvrons ensemble à la Palestine libre, la Palestine où le peuple palestinien sera enfin maître de sa destinée, habitant en paix dans ses maisons, travaillant ses terres, édifiant sans entrave aucune sa société. Juifs, Musulmans, hommes et femmes de bonne volonté, œuvrons ensemble à la grande Harmonie des peuples avec leur Créateur. Soutenons la Résistance offensive du peuple palestinien. 

     

    Lorsque viendra le Messie il ne restera pas une pierre sur l’autre des édifices construits par les Amalécites sionistes (Parole du Grand Rabbin de Satmar). Le destin des Juifs authentiques est lié à celui du peuple palestinien!

     

    La seule solution est le démantèlement de l’Etat sioniste, la destruction de tout ce qui lui a appartenu afin qu’aussi son souvenir soit effacé.

     

    Alors seulement, nous vivrons un monde nouveau, tel que Dieu nous l’a promis à travers Ses Prophètes. Heureux celui qui, par sa pratique de la Justice et son amour de la Vérité avec foi et courage, aura contribué à la chute du sionisme et à la libération, et de la Palestine, et du monde. Que ce soit bientôt !

     

    Je vous remercie.

     

    Hadassah BORREMAN

     

    Déléguée par YECHOUROUN – JUDAISME CONTRE SIONISME  

    14-05-2018 om 16:10 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    10-05-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.«Le rejet du projet sioniste par les juifs n’est pas que de l’histoire»
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


     

    Yakov Rabkin:

    «Le rejet du projet sioniste par les juifs n’est pas que de l’histoire»

     

    17 mai 2016

    Yakov Rabkin, spécialiste de l’histoire du sionisme, se montre très critique envers cette idéologie. Entretien.

    Yakov Rabkin, professeur au Département d’histoire à l’Université de Montréal, est né en 1945 en Russie. Chimiste, juif religieux, historien, il est, entre autres, l’auteur de Au nom de la Torah : Une histoire de l’opposition juive au sionisme et Comprendre l’état d’Israël : Idéologie, religion et société. Le premier est aujourd’hui traduit dans une douzaine de langues et a, bien sûr, déclenché de vives polémiques. Militant, il participe aussi à des activités de rapprochement interreligieux entre juifs et musulmans. L’Association Solidarité Maroc – Palestine l’a invité à Rabat et Casablanca (il sera le mercredi 18 mai à 18 h à la Bibliothèque nationale de Royaume du Maroc et le lendemain à la librairie Livremoi). En amont, TelQuel a posé quelques questions à ce connaisseur, très critique, de l’histoire du sionisme, d’Israël et de leur opposition.

    Quel est le rapport historique des juifs du Maroc au sionisme ?

    Les juifs d’origine marocaine et leurs descendants font partie d’un ensemble plus large des juifs non-européens. Et il faut rappeler que l’activisme sioniste était pourtant plutôt négligeable dans les pays musulmans. En août 1939, les juifs des pays à majorité musulmane fournissaient 0,38 % des membres enregistrés du mouvement sioniste, comparé à 40,9 % pour ceux venant de l’Europe de l’Est. Au Maroc, les premiers sionistes qui propagent la nouvelle doctrine chez les indigènes sont, comme presque partout ailleurs, d’origine russe. Cela illustre le caractère est-européen du sionisme, qui constitue un sérieux obstacle à l’intégration des juifs arabes en Israël. On remarque que le départ des juifs marocains vers Israël n’a presque jamais reflété un réel engagement idéologique pour le sionisme, ni pour cet État construit par et pour les ressortissants d’Europe de l’Est. Rappelons que le plan de partage de la Palestine formulé par la Commission Peel en 1937 provoque une réaction négative au Maroc, où des notables juifs et des musulmans écrivent une lettre de protestation au Foreign Office à Londres.

    La droite dure israélienne semble se tourner aujourd’hui vers le religieux. Pourquoi ?

    La droite doit justifier son désir de coloniser la Palestine en entier. Puisque les fondateurs de l’État étaient ouvertement athées ou agnostiques, leur prétention d’occuper la Palestine se résumait en une absurdité qu’un collègue israélien a ainsi décrite, de manière sarcastique : « Dieu n’existe pas, et il nous a promis cette terre ». La droite actuelle, elle, a découvert la valeur mobilisatrice de la religion, surtout dans sa forme hybride de national-judaïsme, appelée «dati leumi» en hébreu. Aujourd’hui, certains Marocains d’ailleurs se sont ralliés au parti ultrareligieux Shass, fondé afin d’inculquer la fierté d’être juif «oriental» et de retourner à la pratique traditionnelle du judaïsme.

    Quel est l’écho de l’opposition juive religieuse au sionisme aujourd’hui ?

    Il est révélateur que l’éditeur israélien a donné à la version hébraïque de mon livre sur l’opposition juive au sionisme le sous-titre «Une histoire de lutte continue». En effet, à la veille de sa présentation en Israël des centaines de milliers de «haredim» (juifs ultra-orthodoxes) protestaient à Jérusalem contre le service militaire obligatoire. Le rejet du projet sioniste par les juifs n’est pas que de l’histoire. Beaucoup de jeunes juifs, surtout aux États-Unis, s’opposent non seulement à la violence de l’État sioniste mais au principe même d’un État réservé aux juifs du monde, qui est l’idée fondatrice du sionisme.

    http://telquel.ma/2016/05/17/yakov-rakbin-le-rejet-du-projet-sioniste-par-les-juifs-nest-pas-que-de-lhistoire_1497619  

     

    10-05-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    06-05-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.« Un Dixième survivra »
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

    Julius  HIRSCH[1] 

    1842-1909

     

     

     

    « Un Dixième survivra »

     

     

    Traduction et Commentaire Isaïe 6:13

     

    וְע֥וֹד בָּהּ֙ עֲשִׂ֣ירִיָּ֔ה וְשָׁ֖בָה וְהָֽיְתָ֣ה לְבָעֵ֑ר כָּֽאֵלָ֣ה וְכָֽאַלּ֗וֹן אֲשֶׁ֚ר בְּשַׁלֶּ֙כֶת֙ מַצֶּ֣בֶת בָּ֔ם זֶ֥רַע קֹ֖דֶשׁ מַצַּבְתָּֽהּ:

     

     « Un dixième survivra, même si il sera à reprise exposé à la dévastation, tout comme le térébinthe et le chêne, lors de la chute des feuilles, conservent leur tronc, la semence subsistera comme tronc pour le Sanctuaire. »

     

     

    Commentaire:

     

     

    "La dîme doit être sanctifiée à Dieu". Bien que la nation Juive puisse subir à plusieurs reprises le sort le plus sévère, il reste toujours un dixième, une partie consacrée à la sanctification et la même partie capable, comme le sol n'attend que le souffle revigorant. A qui la tâche et le but sont d'être כאלה וכאלון comme le térébinthe et le chêne: que les tempêtes du temps privent l'arbre de tant de feuilles et de branches – ce ne sont que les branches sèches et les feuilles fanées qu'il a perdu. Rien ne tombe, ce qui n'est pas déjà en soi que toute la sève aurait été perdue. Mais la souche peut persévérer courageusement et sans dissimulation, silencieusement et invisiblement renforcé à l’intérieur de son noyau, il commence à pousser des branches fraîches et vigoureuses, et son feuillage redevient vert - car il persiste comme זרע קדש, l'ensemencement indestructible d’un avenir prospère pour le temps où le royaume de Dieu s'épanouira sur terre.

     

    Ce commentaire du savant de Torah renforce notre Emounah sur le sens et la perspective de l’Exil et bat en brèche les sophismes sionistes.





    [1] Rabbi Julius (Yehuda) Hirsch (1842-1909), fils de Samson Raphael HIRSCH a écrit un commentaire sur le livre d'Isaïe  avec le système de recherche exégétique de son père.

     

    06-05-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    02-05-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Petit vademecum antisioniste
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    Petit vademecum antisioniste

     

     

     

    Samson Raphael HIRSCH

     

     

    השיבנו : « Aides-nous à revenir vers Toi dans la vie ordinaire par la véritable repentance, alors nous trouverons aussi le retour à l'indépendance nationale au pays de nos ancêtres, un retour que nous devons seulement attendre des mains de Dieu, qui était aussi le Seul créateur de notre ancien destin national»

     

     

    Prières de Yisroel traduites et expliquées par Samson Raphael HIRSCH  2.Auflage Verlag Kaufmann Ff/m 1906  S.195

     

    02-05-2018 om 21:19 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    30-04-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.ל"ג בעומר
    Klik op de afbeelding om de link te volgen


    ל"ג בעומר

     

    Le jour de [1]ל"ג בעומר, c’est le 33ème jour du Compte du ‘Omer, il casse la période de 7 semaines entre פסח et שבועות qui est une période :

     

    -          de deuil pour la mort des 24000 תלמידי חכמים de רבי עקיבא

     

    -          de repentance de 49 jours ; en Egypte, nous étions tombés jusqu’au 49ème degré d’impureté.

     

    C’est un jour de festivités ; en ce jour-là, les Juifs du monde entier ont la tradition de faire des feux de joie pour plusieurs raisons dont :

     

    -          la manne a commencé à tomber

     

    -          c’est le יארצייט du grand רבי שמעון בר יוחאי qui a écrit lui-même une grande partie du זוהר הקדוש, le reste étant ses élèves qui ont rapporté ses paroles. Il fut aussi un בעל הניסים; grâce à son mérite, le Peuple Juif fut protégé lors de mauvais décrets

     

    -          les תלמידי חכמים de רבי עקיבא cessèrent de mourir de l’épidémie qui tomba sur eux, car ils ne se respectèrent pas les uns les autres.

     

    Les Juifs antisionistes brûlent à cette occasion le drapeau sioniste, et les enfants jouent avec l’arc et les fléchettes en souvenir du mérite de רבי שמעון בר יוחאי ; il n’y avait pas d’arc en ciel, signe que D’ s’est souvenu de sa promesse à נח de ne plus détruire le monde par le מבול.

     

    Beaucoup pensent devoir aller à מרון en ce jour de ל"ג בעומר, mais vue l’occupation sioniste de ce lieu ainsi de toute la Palestine Historique, nous nous en privons tout le temps de notre Exil et Dispersion. La raison se trouve dans le texte suivant : Pourquoi ne pas aller ni à Meron Lag Ba’Omer, … et ni dans l’entité sioniste ? http://www.bloggen.be/yechouroun/archief.php?ID=2513966

     



    [1] qui tombe le 18 Iyyar

    30-04-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    19-04-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Jour de deuil et jour de lamentation au jour amer du 5 Iyyar
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    יום העצמות – יום המר

     

    אבל ומספד על היום המר והנמהר ה' אייר


     

     

    ה' אייר   est le jour amer où les עמלקים   sionistes ont réussi à établir en 1948 leur 'Etat' 'Juif’ en Terre Sainte, la Palestine.

    Les sionistes appellent ce jour « יום העצמאות  » (dans leur langue impure « ivrit », Jour de l’Indépendance.

    Par opposition, les Juifs fidèles à la Torah appellent ce jour :

    - יום המר , le jour amer. C’est une tragédie pour le Peuple Juif et la Nakba pour la population palestinienne

    - « יום העצמות  », le jour des ossements et « יום השמוץ  », le jour de l’impureté.

    Un Etat Juif, établi même selon les règles de la Thora, serait une Révolte contre le Tout-Puissant. Le Messie, annoncé par le Prophète Elie, doit d’abord être venu.

    D’autant plus que cette entité mi-laïque, mi-sioniste religieuse est une injustice envers les habitants non-Juifs de Palestine et sert à transformer des Juifs en païens de la pire espèce.

    En ce jour, beaucoup de Juifs antisionistes brûlent symboliquement le drapeau sioniste. Certains tiennent même un jour de Jeûne. Tous prient quotidiennement pour le démantèlement rapide de cette monstruosité anti-Torah qu’est l’entité sioniste.

     

     

    19-04-2018 om 16:29 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    18-04-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Où se trouve le Mont Sinaï ? En Egypte ou en Arabie ?
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     

    Où se trouve le Mont Sinaï ? En Egypte ou en Arabie ?

     

     Nous ne savons pas comment cette question a été posée, mais puisqu’elle est posée, nous y répondons.

    Nous devinons que la confusion vient du fait qu’en Egypte, il y a le désert du Sinaï qui n’est pas le Mont Sinaï. Il existe de nombreuses cartes pour indiquer les pérégrinations des Juifs dans le désert, mais elles ne correspondent pas à l’itinéraire précis décrit dans la Thora, comme par exemple la carte en annexe.

    Nous Juifs sommes liés à la Thora, nous ne pouvons mettre en doute aucun mot, même pas une lettre ou signe, et naturellement pas les localisations, même si on ne peut pas les situer toutes de nos jours (Rambam). Le Juif qui nie, ne fut-ce qu’une localité du désert est un בעיקר כּוֹפֵר. Notre אמונה reste intacte malgré des trouvailles « scientifiques » / « archéologiques » qui vont à l’encontre de la description de notre itinéraire dans la Thora.

    Les בני ישראל furent esclaves en Egypte durant 210 ans. Quand הקב"ה a décidé de mettre fin à ce premier Exil, Il s’est servi de משה רבינו accompagné de son frère אהרון pour que Par’oh laisse sortir les Juifs d’Egypte, une première fois pour fêter פסח, puis une seconde fois pour recevoir la Thora et entrer dans le Pays Promis, Canaan.  

    Dans le désert, Dieu nous a guidés en nous protégeant avec des colonnes de feu la nuit, et des colonnes de nuée le jour jusqu’à la frontière de Canaan dont l’entrée s’est faite au niveau de la Jordanie. Voir carte en annexe.

    Donc, puisque nous étions sortis de מִצְרַיִם, la Thora n’a pas pu être donnée en מִצְרַיִם. Elle fut donnée au Mont Sinaï qui se trouve dans le מדבר, lieu non habité et qui n’appartient à personne, il ne peut être qu’en Arabie comme nous allons le voir plus loin.

    שמות  י"ג כ' - י"ד ב'

    Après être partis de la province de Goshen, les Juifs passèrent par Souccoth, puis arrivèrent à Etham

    וַיִּסְע֖וּ מִסֻּכֹּ֑ת וַיַּחֲנ֣וּ בְאֵתָ֔ם בִּקְצֵ֖ה הַמִּדְבָּֽר׃

    De Etham, ils descendirent jusqu’à Nuweiba. De là, il traversèrent la Mer Rouge, car là elle est assez profonde pour pouvoir engloutir l’armée de Pharaon qui poursuivra les Juifs.

    דַּבֵּר אֶל־בְּנֵ֣י יִשְׂרָאֵל֒ וְיָשֻׁ֗בוּ וְיַחֲנוּ֙ לִפְנֵי֙ פִּ֣י הַחִירֹ֔ת בֵּ֥ין מִגְדֹּ֖ל וּבֵ֣ין הַיָּ֑ם לִפְנֵי֙ בַּ֣עַל צְפֹ֔ן נִכְח֥וֹ תַחֲנ֖וּ עַל־הַיָּֽם׃

    Les בני ישראל  au nombre de 2 millions arrivèrent à Madian à l’Ouest de Hedjaz (اَلْـحِـجَـاز) ancien nom de l’Arabie. C’est dans ce désert de Madian que se trouve le הר סיניהקב"ה nous a donnés la Thora. Ce Mont Sinaï est appelé en Arabe جبل اللوز, Djabal allawz (2580 m de hauteur), il se trouve à 50 km du Golfe d’Aqaba et à 70 km de la frontière Sud de la Jordanie.

     

    Pour plus de précisions, voir l’article dans Meqor Haim : https://meqorhayim.blogspot.be/2016/04/le-mont-sinai-en-egypte-ou-en-arabie.html

     

    Bijlagen:
    D'Egypte à Sinaï.jpg (540.5 KB)   

    18-04-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    13-04-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.En marche vers le Mont Sinaï
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

    En marche vers le Mont Sinaï

     

     

    Après avoir passé notre belle et joyeuse Fête de פסח et après avoir tout remis en place[1] pour l’année, nous continuons notre route vers מתן תורה où nous renouvellerons notre engagement pour la Thora que השי"ת nous a donnée à travers משה רבינו.

     

    Durant פסח, nous nous sommes spécialement rappelés les miracles et prodiges que השם a fait pour nos ancêtres et pour nous aujourd’hui. Notre table était garnie de choses qui nous rappellent ce que nos ancêtres ont vécues : מצה, מרור, פסח, ארבע כוסות ....

     

    Nous nous sommes aussi rappelé de notre ennemi המן qui fut pendu le 2ème jour de פסח. La lutte antisioniste continue toute l’année, le המן sioniste n’étant pas encore éradiqué.

     

    J’ouvre une parenthèse qui indique que pour les sionistes, il n’y a pas de פסח:

    A  propos du המן sioniste, pendant que le Peuple Juif célébrait la Fête de פסח, que s’est-il passé en Terre Sainte, en notre nom ? Les criminels de sionistes se sont défoulés en tuant et blessant de nombreux Palestiniens participant pacifiquement et non-armés, à la « Marche du retour » pour recouvrer leurs droits élémentaires violés par les occupants sionistes. Ils s’en prennent de plus en plus aux enfants qu’ils emprisonnent, ce qui est contre le Droit de l’enfant. Pour ne citer qu’un exemple parmi des centaines : Ahed TAMIMI, une adolescente de 15 ans pour avoir giflé des soldats sionistes qui viennent de blesser gravement son cousin à la tête, est en prison depuis 4 mois et subit des interrogatoires cruels.

    Les sionistes sont également occupés, comme à leur habitude, à semer le chaos dans la région du PO et du MO, en coordination avec les lobbies sionistes états-uniens et leurs partenaires wahhabites arabes.

    Nous sommes désolés de ne pas être plus de Juifs antisionistes qui condamnent publiquement les crimes sionistes. משיח ne peut pas venir tant que la Terre Sainte, la Palestine Historique n’est épurée du sionisme.

    Je ferme la parenthèse, bien qu’il y ait encore beaucoup de choses à dénoncer.

     

    Cet intervalle entre פסח et שבועות est une période de 50 jours. Du temps du בית המקדש, il fallait apporter une offrande de farine d’orge de la nouvelle récolte  de la capacité d’un עומר. Avant cela, il était interdit de manger de la nouvelle récolte. A partir du 2ème soir de פסח, nous comptons le עומר pendant 49 jours, le 50ème jour étant la Fête du Don de la Thora. Cette période s’appelle ספירת העומר. En Mitsraïm, nous étions tombés jusqu’au 49ème degré d’impureté, encore un degré de plus et nous y serions restés ! השי"ת nous a sauvés de justesse. Chaque jour correspond à une ספירה, un trait de caractère particulier que nous devons améliorer pour être en état de recevoir la Sainte Thora.

     

    C’est la saison où poussent le blé, l’orge, l’avoine, le seigle et l’épeautre, les fruits, nous prions pour une bonne récolte afin d’assurer la subsistance du monde.

     

    Dans cette période, nous nous rappelons aussi l’évènement tragique de la mort en 33 jours de 24000 תלמידי רבי עקיבא pour le seul péché de שנאת חינם, ils ne se respectaient pas l’un l’autre et ne voulaient pas étudier l’un avec l’autre. C’est un péché de mépriser l’autre, car cela amène au לשון הרע ; à la médisance et à la calomnie. C’est un יצר הרע parmi d’autres qui fait que nous sommes encore en גלות. Le 33ème jour, l’épidémie s’est arrêtée, c’est ל"ג בעומר[2]. Ce jour-là est aussi le יארצייט de רבי שמעון בר יוחאי[3].

     

    Dans cette période, il y a aussi le mois de אייר, mois de סגולה, les lettres du mois donnent : אני השם רופאך. En ce début de mois, le 5 אייר, s’est aussi abattu la plus grande épreuve pour les Juifs avec la création de l’entité sioniste, et la tragédie de la Nakba pour les populations arabes palestiniennes[4].

     

    C’est aussi durant le mois de אייר que עמלק a attaqué. Ce fut un moment où les Juifs se sont disputé avec משה רבינו pour de l’eau, ils ont douté que השם puisse leur donner de l’eau, alors qu’Il est toujours avec eux pour leur donner tout ce qu’ils ont besoin, la manne, la viande. Alors le chien עמלק est venu leur faire la guerre. Celui-ci s’est concerté avec le sorcier בלעם, car il craignait les Juifs pour qui השם a fait des miracles, pour savoir comment il pouvait atteindre le Peuple Juif. Mais il ne put avec sa grande armée de 18 millions de sorciers ; les Juifs furent entourés de colonnes de nuée avec lesquelles השם les protégea.

     

    Quand השם demande aux Juifs de faire la guerre, ce n’est pas avec la force, ni avec les armes, ni avec un grand nombre, mais cela dépend seulement de la force de השם. Pour cela, les Juifs doivent être une armée de צדיקים. Et c’est ainsi que nous viendrons aussi à bout du הציוני עמלק, tout comme avec יהושע בן נון ; une frayeur s’empara de עמלק et lui et les peuples qui l’accompagnèrent furent vaincus.

     

    שבועות est le sommet de notre progression. מתן תורה ne s’est pas fait en ארץ ישראל, mais sur le הר סיני, une petite montagne dans le désert, un lieu inhabité pour nous dire que chacun pouvait venir. Le Midrash dit que השם a proposé la Thora à tous les peuples, mais que seuls les Juifs ont accepté et rempli les conditions et הקב"ה fit d’eux Son Peuple.

     



    [1] Vaisselle et trousseau appropriés pour Pessach

    [2] Voir aussi les articles ל"ג בעומר http://www.bloggen.be/yechouroun/archief.php?ID=2887881

    [3] Pourquoi ne pas aller ni à Meron Lag Ba’Omer, … et ni dans l’entité sioniste? http://www.bloggen.be/yechouroun/archief.php?ID=2513966

    13-04-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    29-03-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Pessach 5778
    Klik op de afbeelding om de link te volgen

     


    YECHOUROUN-JUDAISME CONTRE SIONISME

     souhaite à tous les Juifs

    une belle, joyeuse et Kosher Fête de Pessach 5778 !

    חג פסח קדוש ושמח!

    יהי רצון שנזכה לצאת מעבדות לחרות, משעבוד הציונות לגאולה האמיתית בב"א!

     

    29-03-2018 om 00:00 geschreven door Naphtali HIRSCH  


    >> Reageer (0)
    19-03-2018
    Klik hier om een link te hebben waarmee u dit artikel later terug kunt lezen.Le malheur du Juif dans l’entité sioniste
    Klik op de afbeelding om de link te volgen



    Le malheur du Juif dans l’entité sioniste

     

    Par Hadassah BORREMAN

    Avec l’aide du Tout-Puissant

    Dans l’article «  Qods : manifestation contre le régime sioniste » paru le 17 mai dans le site IRIB, je désire développer un point qui me parait important pour comprendre le problème des Juifs dans l’entité sioniste, et surtout le problème actuel concernant le service militaire. L’article se termine avec cette phrase : « L'intégration au sein des militaires sionistes est en contradiction avec les préceptes du Torah, selon les manifestants. »

    Une question qui se pose est comment le régime sioniste réussit à recruter certains de ces Juifs orthodoxes, par force ou soft (en douceur). Une première réponse est que les Juifs qui se trouvent actuellement en Palestine Occupée par les sionistes s’inscrivent en faux avec la Thora, rien que du fait de leur présence en masse dans l’entité sioniste durant l’Exil.

    C’est difficile à comprendre surtout pour les non-Juifs ignorant tout ou presque tout sur la Tradition Juive ainsi que son extrême opposé qu’est le sionisme, …mais c’est tout aussi trouble pour beaucoup de Juifs non vigilants ou non avertis par leurs autorités rabbiniques, elles-mêmes tombées dans le sionisme.

    Tout d’abord un petit rappel mais combien important ; il concerne l’Exil du Peuple Juif, et veuillez m’excuser si j’insiste et me répète sur cette notion d’Exil. Tant que Moshiach (le Messie) descendant du Roi David n’est pas venu, précédé par le Prophète Elie, les Juifs sont en Exil, et ne sont pas autorisés à vivre en masse sur la Terre Promise, et encore moins à la dominer. Il va de soi que les sionistes en sont tout à fait exclus, vu qu’ils ne sont pas le Peuple Juif, ni ne peuvent parler en son nom ; les sionistes sont un mouvement politique, composé de renégats d’origine Juive pour une partie d’eux, suivant une idéologie née dans les ténèbres. Le sionisme est un affront envers D’, la Thora, et un attentat contre l’identité Juive. Ces démons de sionistes combattent tout ce qui entrave leur néfaste dessein : l’expansionnisme par l’usurpation, la violence, le meurtre. Ils sont tout simplement ennemis de l’humanité, spécialement des Croyants. Nous les trouvons actifs contre le Judaïsme naturellement antisioniste, mais aussi contre l’Islam qui n’est pas à confondre avec le Wahhabisme et autres mouvements arabes ou ‘musulmans’ collaborant avec les sionistes. 

     es Juifs sont en Exil et Dispersion par Décret Divin, depuis la destruction du Deuxième Temple, il y a presque 2000 ans, ce qui veut dire :

    -       qu’ils ne sont plus en masse chez eux, en Terre Sainte d’où D’ les a renvoyés à cause de leurs péchés envers Lui et entre eux.

    -       qu’ils dispersés aux quatre coins du monde, vivant au sein des nations et sous leurs lois.

     Ces centaines de milliers de Juifs orthodoxes antisionistes, ou du moins non-sionistes (je ne parle pas des sionistes ‘religieux’ ou ‘pieux’) sont beaucoup trop nombreux en Palestine Occupée, car le Peuple Juif est en exil et Dispersion. Etre en masse en Terre Sainte pendant l’Exil, c’est le premier des 3 doubles serments qui est violé. C’est très grave de transgresser un Serment Divin ! Et comme un péché en entraîne un autre, les voilà qui sont aussi tombé dans l’interdiction de jouir de la protection et d’autres ‘avantages’ des resho’im, les méchants, les sionistes. En tant qu’étudiants voire érudits de Thora, ayant reçu une éducation antisioniste, ils devraient savoir tout cela. Si la connaissance n’aboutit pas à l’application, elle est vaine.

    Il y a toujours eu dans toutes les générations d’Exil une poignée de quelques milles Juifs en Terre Sainte, la Palestine Historique, pour accomplir les commandements de la Thora, mais ils furent toujours soumis aux autorités arabes et musulmanes. Mais quand l’entité sioniste a été érigée, la plupart des Juifs authentiques sincères, des valeureuses personnes, sont partis. Pour ceux qui y sont restés et ceux qui y sont allés par après, leur Judaïsme s’est affaibli, érodé par la pression sioniste, et aujourd’hui, ils ne font que semer l’amalgame entre Judaïsme et sionisme aux yeux des nations et de beaucoup de simples Juifs dans le monde, et ils sont même complices avec le régime sioniste avec leurs crimes contre les Palestiniens, surtout musulmans qui tant bien que mal défendent leurs droits ! Ces Juifs orthodoxes étrangers, car venus de l’Occident, ne réalisent même pas qu’ils vivent dans un pays qui n’est pas le leur, un pays arabe où la plupart de la population est musulmane, et qui elle aussi est victime du sionisme. Ils ne pensent même pas, alors qu’ils sont déjà sur place, de combattre ensemble avec les résistants palestiniens leur ennemi sioniste commun, tellement, ils sont contaminés par le virus sioniste !